Humour. Un chef a décidé ! Et non pas un « rien » !

Cela aurait pu être « Notre Jupiter » ! Ou le préfet à grande casquette ? ! Ou n’importe Superman gérant la France !

N’EST-CE PAS LA PUISSANCE MENTALE D’UN CHEF DE SERVICE (Et non pas d’un « rien ») QUI EST A L’ORIGINE DE CE CHEF-ŒUVRE ? !

Saint-Denis : invisibles, les demi-sphères en béton entraînent des chutes en série de cyclistes Le Parisien 23/06/20

Blanches sur fond blanc, des bornes arrondies ont été posées au milieu de la nouvelle piste cyclable entre Porte de Paris et Pleyel. Des cyclistes les ont maculées de rouge, pour alerter de leur présence.

(Moi : Voici la borne officielle toute blanche, invisible et-et une autre, rougie par un cycliste … !)

 

demi-sphere-piste-cyclable

 (

 

Les demi-sphères en béton posées au milieu de la piste cyclable entre Porte de Paris et Pleyel, à Saint-Denis sont peu visibles des cyclistes qui chutent régulièrement. Twitter/@lgoumari

Par Claire Guédon

Le 18 juin 2020 à 18h59

L'effet d'optique est parfait et les cyclistes tombent comme des mouches. Blanches sur fond blanc, les demi-sphères en béton disposées au milieu de la nouvelle piste cyclable entre Porte de Paris et Pleyel, à Saint-Denis sont invisibles !

Installées par le territoire de Plaine commune, elles sont censées empêcher l'intrusion et le stationnement sauvage de véhicules depuis le boulevard Anatole-France.

LIRE AUSSI > Les routes départementales 100 % cyclables à l’horizon 2024

« Non seulement ces boules ne règlent pas la problématique des voitures garées sur la piste, mais en plus elles sont dangereuses pour les cyclistes », résume Vincent-Xavier, victime en mars d'une de ces demi-sphères qui étaient à l'époque grises et se confondaient avec le goudron.

Peintes tout récemment de la même couleur blanche que la signalétique dessinée au sol, elles sont encore plus difficiles à voir.

Trauma crânien léger, vélo cassé, chute avec un bébé…

Le récit de l'un des derniers accidents est posté en début de semaine sur les réseaux sociaux et déclenche une avalanche de réactions. « Je me suis pris la putain de boule blanche invisible avec la roue avant […] Ça finira forcément par tuer quelqu'un », décrit sur Twitter le cycliste qui a terminé aux urgences. « Mais rien de grave finalement », rassure-t-il. Sa photo parlante est partagée plusieurs centaines de fois et « likée » plus d'un millier de fois.

« Les types qui ont imaginé ce truc ont perdu la boule », ironise l'un des commentateurs tandis que plusieurs autres proposent de passer les demi-sphères à la bombe orange fluo, en attendant que les collectivités corrigent le tir. Ni une, ni deux, quelques heures après le post sur les réseaux sociaux, les demi-sphères ont été barbouillées de peinture rouge pour avertir les usagers à bicyclette du piège. 

Les demi-sphères en béton posées au-milieu de la piste cyclable entre Porte de Paris et Pleyel, à Saint-Denis sont peu visibles des cyclistes qui chutent régulièrement. DR  

« Le choc a été assez violent », raconte encore Vincent-Xavier qui a également cassé son vélo lors de sa chute, début mars. « Ça a été très vite, je pense que j'ai fait un soleil et que ma tête a percuté le sol. Je me suis retrouvé assis par terre, le visage en sang. Il y avait une fêlure sur mon casque », détaille-t-il. Il s'en sort avec un léger traumatisme crânien. « Mon nez avait doublé de volume, j'avais un œil au beurre noir et des contusions. »

« Supprimer les bornes et faire de la verbalisation »

Il y a un mois, c'est Raphaël qui prend de plein fouet une de ces bornes arrondies, alors qu'il roule avec sa fille d'un an dans le siège vélo. « Je suis tombé sur la piste à hauteur du Leader Price, je faisais attention aux véhicules qui entraient et sortaient du parking et j'ai pris la demi-sphère de face. On regarde au loin mais on ne s'attend absolument à trouver ça sous sa roue. »

Newsletter Seine-Saint-Denis

Chaque matin, l'actualité de votre département vue par Le Parisien

Votre adresse mail est collectée par Le Parisien pour vous permettre de recevoir nos actualités et offres commerciales. En savoir plus

Le jeune papa se relève avec quelques hématomes, sa fille est indemne. La mauvaise expérience l'a cependant refroidi du vélo en ville. De son côté, Vincent-Xavier évite désormais d'emprunter cette piste.

Une erreur d'aménagement qui rappelle les progrès à faire en France en matière d'urbanisme vélo. « Il y a un manque de formation de façon générale dans ce secteur, confirme Maxime Gadreau, de l'association Paris en Selle. Il faut supprimer ces bornes. L'infrastructure qui est mal pensée blesse le cycliste au lieu de le protéger ! Si on veut empêcher le stationnement sauvage, il faut faire de la verbalisation. »

Bientôt des potelets souples

Plaine Commune qui a « bien conscience des difficultés engendrées par ce dispositif » a commandé des potelets souples orange avec bandes fluo pour signaler la présence des demi-sphères. Ils pourraient être posés la semaine prochaine.

Toujours selon la collectivité, c'est la seule piste cyclable équipée de la sorte car il s'agit d'une « bidir » (bidirectionnelle), autrement dit un axe réservé aux vélos qui circulent dans les deux sens. Et pour les prochains aménagements, Plaine commune s'engage à concerter en amont les utilisateurs et les associations de cyclistes.

*** Ce qui a été décrit n’est pas seulement un fait divers sans intérêt !!

C’est ce qu’on retrouve partout ! Dans tous les services, ministères !

*** Par ex. M. Darcos et M. Martel, alors que ministres de l’Education Nationale, lors d’une visite d’école primaire, ont dû avouer à l’institutrice qu’ils ne savaient pas appliquer ladite « Règle de trois »

Règle de trois : quand les ministres sèchent

La règle de trois n’est décidément pas le point fort des ministres de l’éducation nationale. Après Xavier Darcos en 2008 sur le plateau du Grand Journal c’est au tour de Luc Chatel de ...

https://www.lemonde.fr/education/article/2011/06/07/regle-de-trois-quand-les-ministres...

*** Notre ancien ministre de l’agriculture, devenu ministre de l’économie, M. Bruno Le Maire, agrégé de français, spécialiste des mots, de l’étymologie, de manière encore plus grave, ne sait pas décomposer le mot « hectare » ! ! !

(Pourtant hect …cent, are ? Quésaco ? Si ce n’est pas 1m², cela ne peut être que 100m²)

Bruno Le Maire, ce ministre de l’Agriculture qui ne ...

[VIDEO] Un zéro pointé hier pour Bruno Le Maire dans un questionnaire – assez facile – sur l’agriculture. Alors, un hectare, c’est combien, en mètres ? Le ministre de l’Agriculture

https://www.sudouest.fr/2011/02/23/bruno-le-maire-ce-ministre-de-l-agriculture-qui-ne...

*** D’un point de vue logique rudimentaire, cartésienne, notre Jupiter n’a pas hésité à placer en avant, pour mieux  pousser dans les cordes son contradicteur, le raisonnement suivant pendant le débat de Rodez : Emmanuel Macron n'aime pas le mot "pénibilité" lorsqu'on ...

  1. Emmanuel Macron n'aime pas le mot "pénibilité" appliqué au travail mais lui préfère "conditions de travail compliquées". Une sémantique l'air de rien qui en dit long sur la vision ...

https://blogs.mediapart.fr/wael-mejrissi/blog/051019/emmanuel-macron-naime-pas-le-mot...

La phrase complète : le président de la République a confié ne pas “adorer” le mot “pénibilité, parce que ça donne le sentiment que le travail c'est pénible”.

Mais sans doute qu’il adore « rien », parce que ça donne le sentiment que l’homme c’est un rien ! ! !

Sa Déesse n’arrête pas de lui crier : « Brigitte Macron : “Arrête tes conneries !” - France Dimanche

Brigitte Macron : “Arrête tes conneries !” Publié le 23 octobre 2018 Dans le huis clos feutré des appartements de l’Élysée, Brigitte Macron a laissé exploser sa colère contre son mari. Elle n’a pas pu retenir ses larmes, le 5 octobre, lors de l’hommage national à Charles Aznavour, décidé par le chef de l’État et célébré aux Invalides à Paris. Élégante, comme ...

https://www.francedimanche.fr/actualites/brigitte-macron-arrete-tes-conneries

C’est lui aussi qui a proclamé, les yeux dans les yeux, « La France n’a pas été en rupture de masques »

Ce sont donc les Soignant.e.s, les Policier.e.s, toutes les Personnes qui travaillaient au contact du public, qui, par fainéantise, n’ont pas daigné ouvrir les boîtes de masques se trouvant partout ! ! !

 

C. Q. F. D. ? !

Pierre Payen (Dunkerque)

N. B. Ces bornes n’ont pas été retirées ! ! !

Ce sont des cyclistes qui ont sorti pinceau et-et couleur ! ! !

Ils pourraient être attaqués en justice pour « dégradation de chefs-d’œuvre » !  Et pour « assistance à personnes en danger » !

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.