Humour²². 2 livres qui décillent le 18-19ième siècles et + !

Victoria Mas, ce samedi 26/09/19 présentait lors de l’émission ONPC le livre « BAL DES FOLLES » IL EST A LIRE ! En 2004, j’avais lu un autre bouquin (Le même thème) d’un seul jet et avais eu besoin d'en parler partout ! Écœuré ! De MAKHI XENAKIS « LES FOLLES D’ENFER DE LA SALPÊTRIÈRE »

EN VIDÉO. INTERVIEW de VICTORIA MAS lors de la 41e édition du Livre sur la Place 

https://youtu.be/MmW7KIbiDNY  4mn 28

Victoria Mas

ISBN : 2226442103
Éditeur : Albin Michel (21/08/2019)


Résumé :

Chaque année, à la mi-carême, se tient un très étrange Bal des Folles. Le temps d’une soirée, le Tout-Paris s’encanaille sur des airs de valse et de polka en compagnie de femmes déguisées en colombines, gitanes, zouaves et autres mousquetaires.
Réparti sur deux salles – d’un côté les idiotes et les épileptiques ; de l’autre les hystériques, les folles et les maniaques – ce bal est en réalité l’une des dernières expérimentations de Charcot, désireux de faire des malades de la Salpêtrière des femmes comme les autres. Parmi elles, Eugénie, Louise et Geneviève, dont Victoria Mas retrace le parcours heurté, dans ce premier roman qui met à nu la condition féminine au XIXe siècle.

LIVRE. Victoria Mas, lauréate du Prix Stanislas est présente à Nancy à l'occasion de la sortie de son premier ouvrage Le Bal des Folles, un roman follement hypnotique paru aux éditions Albin Michel. Rencontre.

Déjà distinguée par le Prix Stanislas à Nancy, le Prix Plume et encore en lice pour le Prix Renaudot et Fémina, Le bal des folles, paru le 21 août chez Albin Michel fait déjà partie des titres les plus en vue de cette rentrée littéraire. Dans son premier roman, Victoria Mas évoque le sort à la fin du XIXe siècle des femmes internées à la Pitié-Salpêtrière, dans le service du Pr Charcot et la tenue chaque année d'un bal aussi étrange que sordide : le bal des Folles. Une distraction costumée et dansante organisée à la mi-carême où les fous déguisés sont exhibés au "tout Paris mondain" comme des bêtes de foire et objets d'expérimentation.

« Des avancées médicales émergèrent ; la Salpêtrière devint un lieu de soins et de travaux neurologiques. Une toute nouvelle catégorie d'internées se forma dans les différents secteurs de l'enceinte : on les nomma hystériques, épileptiques, mélancoliques, maniaques ou démentielles. Les chaînes et les haillons laissèrent place à l'expérimentation sur leurs corps malades ; les compresseurs ovariens parvenaient à créer les crises d'hystérie ; l'introduction d'un fer chaud dans le vagin et l'utérus réduisaient les symptômes cliniques ; les psychotropes - nitrite d'amyle, éther, chloroforme - calmaient les nerfs des filles ; l'application de métaux divers -zinc et aimants- sur les membres paralysés avait de réels effets bénéfiques. Et, avec l'arrivée de Charcot au milieu du siècle, la pratique de l'hypnose devint la nouvelle tendance médicale. Les cours publics du vendredi volaient la vedette aux pièces du boulevard, les internées étaient les nouvelles actrices de Paris... »

« Thérèse regarde Eugénie en continuant de tricoter. Cette jeune bourgeoise ne lui paraît pas spécialement folle, même si les plus profondes folies ne se voient pas. Thérèse se souvient de clients, les plus convenables, les plus propres au premier abord, qui une fois la porte de la studette fermée se révélaient de véritables malades. Mais la folie des hommes n'est pas comparable à celle des femmes : les hommes l'exercent sur les autres ; les femmes sur elles-mêmes. »

Un livre terrifiant abordant la condition des femmes au XIXe en retraçant le sort de plusieurs femmes internées parfois abusivement. Louise abusée sexuellement par son oncle souffrant de « crises d’hystérie », Thérèse une prostituée qui a mis fin à la maltraitance physique de son souteneur en le poussant dans la Seine ou le personnage de Eugène Cléry, jeune bourgeoise internée de force et sans émotion par son père, car elle communiquait avec les morts.

Un huit clos frémissant dans les murs d’un hôpital où l’oppression carcérale est palpable. Eugénie Cléry jetée dans cet hôpital en raison de ses visions mystiques et de ses intérêts pour les ouvrages de Allan Kardec accélère le rythme du récit et précipite son destin. Un premier roman impitoyable et puissant.

Le Bal des folles, par Victoria Mas, Albin Michel, 251 pages, 18,90 euros. 

Je n’ai pas lu cet ouvrage MAIS !

Je suis plus que certain qu’il apprend des tas de choses habituellement cachées ! Parce qu’horribles, monstrueuses, reflétant notre stupidité et cruauté et animalité !

Si on voulait apparaître plus objectif : Parce qu’il confirme à 200 % que notre génome se différencie de celui du chimpanzé d’environ 1 % !

*** !!! *** !!! *** Ce que nos dit.e.s philosophes se sont empressé.e.s d’enterrer !  

POURQUOI CETTE PRÉTENTION ? !

J’AI EU L’OCCASION EN 2004 DE LIRE :

« LES FOLLES D’ENFER DE LA SALPÊTRIÈRE », MAKHI XENAKIS ...  

ACTES SUD sept. 2004

ISBN 2-7427-5148-3

Depuis Louis XIV jusqu'à Charcot, …à la Salpêtrière on prend les femmes mendiantes mais aussi de plus en plus les filles de joie, les folles les orphelines, les libertines, les protestantes, les juives, les impies, les criminelles, les paralytiques, les ivrognes, les mourantes, les sorcières, les mélancoliques, les aveugles, les adultérines, les voleuses, les ...

https://commedesfous.com/makhi-xenakis

Ma présentation :

LES FOLLES D’ENFER de la Salpêtrière   Actes Sud sept. 2004 ISBN : 2-7427-5148-3

Un extrait de la 4ième

Mâkhi Xenakis est invitée à créer des sculptures pour la chapelle de l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière

 Mâkhi Xenakis s’immerge dans les archives de l’Assistance publique pour laisser venir à elle l’esprit des lieux.

Elle exhume des manuscrits totalement inédits, bouleversants, qui bruissent encore des cris de ces femmes enfermées là depuis Louis XIV jusqu’à Charcot.

Quand la plasticienne pense ciment, tiges filetées, pigments, inévitablement surgissent des mots.

Travaillés comme de la matière brute, qu’il faut élaborer, agencer, tordre pour qu’ils expriment l’indicible de cet univers carcéral oublié.

Véritables figures sur la surface des pages blanches, des mots, des grappes de mots s’écartent, s’entrechoquent, parfois seuls, vibrants, toujours au bord du précipice.

Portés par une force incantatoire, ils sont en équilibre, suspendus dans le vide, et à l’instar des stances, exposés à nos yeux dans leur nudité, leur vulnérabilité, libres, enfin.

166 pages, très aéré : 14 lignes maximum par page, format 10x19

 IL EST DIFFICILE DE RÉSUMER … DANS LE SENS :

- OÙ TOUT EST FOU !

- OÙ SONT PRÉSENTÉES DES DÉCISIONS DE PETITS NÉOCORTEX presque NATURELLEMENT FOIREUX, TOUJOURS PRÊTS à DÉRAILLER puisque toujours plus encouragés à DOMINER

En filigrane, se retrouve exactement la structure mentale des homo sapiens ou (Depuis le Bilan de 2005 enterré parce que trop iconoclaste) des « ~1,23 %+ » ou chimpanzés « boostés »

Ce livre est aussi curieux dans le sens où la ponctuation est remplacée par des espaces vides permettant de réfléchir, d’intégrer nos cruautés et stupidités et monstruosités structurelles

Il se lit très rapidement, est aussi démystifiant que décapant !

Peut-être que le philosophe Michel Onfray, qui s’est attaqué à un personnage tel que Freud, qui a publié un livre sur notre société actuelle en « décadence » < Je ne l’ai pas lu >, a préféré éviter de se pencher sur la mentalité des siècles précédents …

Eh oui, il croit en lui ! Il cherche à se démarquer des « bienheureux pauvres d’esprit » … qui « ne savent pas ce qu’ils font », qu’il faut donc pardonner !

Il ne sait peut-être pas que, comme tout.e un.e chacun.e, il voit sans voir, entend sans entendre, ne comprends rien ! Ou pas plus que les Riens de Jupiter-Vertical (16 ? !)

Donc : - qu’il fait partie des chrétiens ou homo sapiens définis par Jésus-Christ au ch. 13.13 de l’év. s. st. Matt ! - Qu’il ira au paradis à l’insu de son plein gré ! (Chap. 5.3 du Sermon de la montagne)

Les traitements décrits au début se font au nom de Dieu !

Toutes les victimes répertoriées ne veulent pas se suicider !

L’ENFER, N’EST-IL PAS TERRESTRE ? ! Et heureusement non éternel, quoique les cathos de droite, la Boutin, Fillon, Sarkozy, Bellamy, etc., soient contre la mort ! Pour la condamnation à la vie éternelle dans le nirvana ?  ! ! !

SONT PRÉSENTÉES DES DÉCISIONS DE PETITS NÉOCORTEX presque NATURELLEMENT FOIREUX, TOUJOURS PRÊTS à DÉRAILLER puisque toujours plus encouragés à DOMINER

En filigrane, se retrouve exactement la structure mentale des homo sapiens ou (Depuis le Bilan de 2005 enterré parce que trop iconoclaste) des « ~1,23 %+ » ou chimpanzés « boostés »

Ce livre est aussi curieux dans le sens où la ponctuation est remplacée par des espaces vides permettant de réfléchir, d’intégrer nos cruautés et stupidités et monstruosités structurelles

Il se lit très rapidement, est aussi démystifiant que décapant !

Peut-être que le philosophe Michel Onfray, qui s’est attaqué à un personnage tel que Freud, qui a publié un livre sur notre société actuelle en « décadence » < Je ne l’ai pas lu >, a préféré éviter de se pencher sur la mentalité des siècles précédents …

Eh oui, il croit en lui ! Il cherche à se démarquer des « bienheureux pauvres d’esprit » … qui « ne savent pas ce qu’ils font », qu’il faut donc pardonner !

Il ne sait peut-être pas que, comme tout.e un.e chacun.e, il voit sans voir, entend sans entendre, ne comprends rien ! Ou pas plus que les Riens de Jupiter-Vertical (16 ? !)

Donc : - qu’il fait partie des chrétiens ou homo sapiens définis par Jésus-Christ au ch. 13.13 de l’év. s. st. Matt ! - Qu’il ira au paradis à l’insu de son plein gré ! (Chap. 5.3 du Sermon de la montagne)

L’ENFER, N’EST-IL PAS TERRESTRE ? ! Et heureusement non éternel, quoique les cathos de droite, la Boutin, Fillon, Sarkozy, Bellamy, etc., soient contre la mort ! Pour la condamnation à la vie éternelle dans le nirvana ?  ! ! !

 Je présume que ce livre de 2004 n’est plus disponible.

 

# # # # # # LES FOLLES D’ENFER DE LA SALPÊTRIÈRE  est à lire  dans le sens  où  la description du processus force à prendre conscience du niveau de notre "MENTAL" quand il se lâche, quand il se sent en sécurité !

Pierre Payen (Dunkerque)

N. B. 1) La lecture de ce bouquin, en 2004, a renforcé plus que fortement mon appréciation plus que négative des GENS CULTIVÉS (CONDITIONNÉS, of course) qui ne démolissent pas mais encensent les siècles passés !

  • Quant à ceux de droite, no problem ! Ce sont des animaux dominants qui profitent de la loi de la jungle améliorée  !
  • Quant à ceux qui se disent « humanistes » (Donc, théoriquement pas de droite !), c’est : « ET TA SŒUR ? ! » « Va jouer avec les gamins de ta rue, bobo ! »
  • Pourquoi M. Michel Onfray, a priori, ne s'est pas étendu sur cet état d'esprit de droite ? !

N. B. 2) Souhaitons que les prochains ONPC soient animés par des personnes aussi intelligentes et non traumatisées !

QUEL CHANGEMENT !

 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.