Humour.Le mot algorithme est à la mode. Et si nous étions des algorithmes vivants !

Un supplément intégrant des idées de l'ère très très prochaine !

La définition d’Algorithme — Wikipédia est :

[[[V. Internet : https://fr.wikipedia.org/wiki/AlgorithmeUn algorithme est une suite finie et non ambiguë d'opérations ou d'instructions permettant de résoudre un problème ou d'obtenir un résultat. Le mot algorithme vient du mot arabe الخوارزمي, nom du mathématicien du IX e siècle Al-Khwârizmî. Le domaine qui étudie les algorithmes est appelé l'algorithmique.]]]

Par extension, pourquoi un(e) algorithme vivant(e) ne pourrait-il/elle pas être défini(e) ? !

Ce serait une structure énergétique constituée d’une suite non fixée et parfois ambiguë d’informations, d’opérations ou d’instructions, permettant de résoudre les problèmes posés par les obstacles se présentant, de manière à survivre si possible en, se rapprochant de l’équilibre, donc dans des bonnes conditions.

Sans évoquer ceux /celles des plantes, des autres animaux, ne serions-nous pas des algorithmes vivant(e)s ? !

Cette définition d’entité vivante  n’aurait-elle pas l’avantage, au lieu de discriminer, de réunir ? !

La moindre cellule ne suit-elle pas le principe d’homéostasie ? !

N’est-elle pas dotée d’un(e) algorithme élaboré(e) pour essayer de maintenir son déséquilibre biologique relatif au-delà d’un seuil létal (V. par ex. « Biologie et structure » de Henri Laborit, en format poche).

Au lieu de séparer, de chercher des relations d’ordre, de dominance, afin de survivre selon « son mieux particulier » (En fonction des caractéristiques spécifiques de  son génome, donc de ses conditionnements environnementaux et sociétaux), la prise de conscience du statut « d’algorithme structurel » momentané, au milieu d’une multitude d’autres algorithmes (Plus ou moins différent(e)s, pour assurer une sorte de richesse dans la diversité) ne modifierait-il pas la paysage ? !

 Ne suffirait-il pas de démystifier un peu « l’hyper-jeu de la vie », de comprendre que « Vie » et « déséquilibre » vont de pair pour dépasser l’addiction qui sévit « toujours plus » (t. p.) depuis quelques décennies ? !

Au 20ième siècle, on parlait de la « Société de consommation »

Au 21ième siècle, comment l’appelle-t-elle ? ! Ne serait-ce pas, pour gagner t. p. de temps, la « Société T. p. » ? !

(Voir aussi M. Laborit ! Si l’on n’avait pas besoin d’air, de nourriture, de boisson, de sommeil, de chaleur, d’amour, etc., nous nous animerions-nous ? ! Puisque dans le nirvana ou paradis parfait et perpétuel ? ! Vivrions-nous ? !)

Pour x, y, z,  raisons, motifs légitimes, des homo sapiens luttent, se battent, pour obtenir « mieux » (Ou « + ») parce que « n’ayant pas assez », exploité(e)s, comparant leur sort  (Leur difficulté à se nourrir, loger, soigner, etc.) et celui des riches privilégié(e)s ! OK !

Mais l’addiction « T. p. » est aussi une drogue qui est en train d’envahir t. p. la planète, qui mène inévitablement au débordement délétère ou suicide indirect.

*** Dans l’ère prochaine, très prochaine, nous nous décrypterons comme des algorithmes plus parallèles ou semblables ou homologues ou associatifs, à la recherche de l’harmonie ... !

*** La philosophie zen inspirée du bouddhisme, du taoïsme, intégrant l’impermanence, le détachement, etc., sera d'actualité !

Quelques extraits de textes commentant le Bouddhisme, le taoïsme, la philosophie zen.

Puisque l’impermanence n’est pas un mot mais la vérité, l’attachement, les « soifs » de posséder, de conserver, ne sont-ils pas vaines (en utilisant une litote !).

Des phrases telles celles qui suivent n’expriment-elles pas le bon sens ? Les appréhender pleinement exige-t-il un bagage ou une culture quelconque ? !

            « On veut tout gagner et on a peur de perdre »

            « Si vous avez un but, vous devenez inaccessible, possédé par ce but »

            « Les gens ont peur du vide, car ils ne savent pas que le vide n'est pas le vide »

            « Le zen ne s'attache à rien »

            « Prendre pour soi, c’est déclarer la guerre »

            « Nous pouvons utiliser les choses, non les posséder »

            « L'homme est devenu esclave de ses pensées »

            « L’homme souffre prisonnier de ses illusions »

« Même si mes paroles sont justes, même si mes pensées sont exactes, cela n'est pas conforme à la vérité »

            « Il n'y a pas de différence entre le sot et l'avisé »

            « Il n’y a rien en vérité qui puisse être saisi »

            « Notre tête, notre mental ne valent pas plus qu'une paire de sandales »                                   
             « La vraie réponse de l'existence de l'homme ne peut être obtenue par la réflexion »

            « Je ne peux rien expliquer parce que je ne sais rien »

            « Le problème fondamental de l'homme est de s'attacher à la vie et de rejeter la mort »

« Nous vivons dans le monde de la peur ; c’est l’attachement à soi-même, aux choses de la vie, qui est à la base de la crainte, de l’angoisse »

« Sur la vague des illusions, l’être humain erre dans l’océan de la vie et de la mort parce qu’il est trop attaché à l’ego, aux choses matérielles. On aime, on hait, on fuit, on poursuit … »

            « On erre d’erreur en erreur. Les discours ne touchent pas la réalité »

*** « Si tu rencontres le désastre, il est bien de rencontrer le désastre ; si tu meurs, il est bien de mourir ; si tu crois à la réincarnation, elle existe ; si tu ne crois pas à la réincarnation, elle n'existe pas »

« Les désirs ne sont pas nécessairement négatifs, c’est l’attachement aux désirs » « L’on est riche de tout ce dont on a pas besoin »

            « Apprendre à vivre, c’est apprendre à mourir »

            « L’attachement est l’une des  sources de la souffrance »

            « La vie est un moyen et non pas une fin »

            « Soyez vous-même votre propre lanterne »

« Harmoniser les contraires en remontant à leur source, cela est le propre de l'attitude zen. La voie du milieu : c'est embrasser les contradictions, en faire la synthèse »

« N’être entravé ni par la société ni par l’ego est la vraie liberté. Cette liberté, c’est saisir la non peur … »

 « Faire confiance à ce qui est au-delà de nous même(s) »

ETC. !

Il est vrai que, si on se référait au décomptage de la régulation naturelle (L'épidémie de la myxomatose) s’étant appliquée aux lièvres et lapins vers les années1950, c. à d. à l’élagage de 90 % de la population, le milliard de survivant(e)s auraient tout le loisir d’assimiler la bêtise des anciens comportements des « adulescent(e)s ! Et le réalisme de l’observation freudienne concernant le passage de l’adolescence à l’état adulte ! (V. le meurtre symbolique du père, l’émancipation ou/et l’affranchissement et le dépassement des anciennes normes  devenues obsolètes !)

Amen ! « Apprendre à vivre, c’est apprendre à mourir »

Pierre Payen (Dunkerque)

On pourrait ajouter :

Nous ne sommes pas des algorithmes mathématiques dans le sens où nous ne connaissons pas objectivement le Référentiel qui nous a créé(e)s, qui nous agit.

Une partie d’entre-nous a inventé le mot Dieu et des hypothèses.

De plus, à la pensée algorithmique, se superpose parfois ou souvent, s’intrique, la pensée heuristique (Le produit de notre sensibilité, Inconscient, intuition mystérieuse, etc.)

C'est la dernière ! ! ! (A chaque fois, je l'annonce, comme tout(e) addictif/ve !)

 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.