Humour ! Hollande dévisse, « vive Karine Berger et Valérie Rabault » ! Les « sauveteurs/trices » du PS !

 

De toutes les façons, tout le monde explique qu’il ne sait plus où se raccrocher, que seuls ses plus proches tentent de l’entourer, de le préserver !

Mais cela ne l’empêchera pas de rester !

Il prie tous les jours ! Dieu lui a dit que le soleil arriverait en 2017 !

Il mange toujours plus, se protège et blinde !

Qu’il fasse donc attention, se ménage ! Les infarctus existent toujours et sont même en pleine croissance, eux !

POURQUOI NE VA-T-IL PAS FAIRE SA VIE AVEC SA NOUVELLE DULCINEE ? !

EN CE MOMENT, alors que LA DROITE essaie de ne pas sombrer au milieu des affaires qui s’accumulent chaque jour toujours plus, alors que le FN est en train de régler ses désaccords familiaux, POURQUOI NE DÉMISSIONNE-T-IL PAS AVEC « PANACHE » ? !

Messieurs Fabius, Sapin, trop vieux, s’endormant pendant les réunions, les ELEPHANT(E)S, ne sont-elles/ils pas à déposer dans des réserves provinciales tranquilles, etc. ? !

D’après une journaliste, Sophie Coignard, du POINT ... :

Karine Berger et Valérie Rabault, deux députées socialistes de la génération Hollande mènent la vie dure au gouvernement et SONT PRÊTES À PRENDRE LA RELÈVE !

Par Sophie Coignard

Elles sont des preuves vivantes que la maison socialiste n'est pas tenue. Ni l'Élysée, ni Matignon, ni Bercy ne semblent en mesure de les maîtriser. Karine Berger et Valérie Rabault, deux députées tout juste quadras, sont de bonnes copines. Elles ont écrit ensemble deux livres enthousiastes sur l'économie, leur passion commune, en 2011 et en2013. Depuis deux semaines, elles se livrent à un autre genre d'exercice : mettre dans l'embarras ceux qui les ont promues.

Descente à Bercy

En avril, Valérie Rabault refuse d'entrer dans le gouvernement de Manuel Valls en tant que ministre du Commerce. Elle préfère le poste stratégique de rapporteur général du budget à l'Assemblée nationale, qu'elle est la première femme à occuper. Le 12 juin au matin, elle fait des étincelles : une descente à Bercy pour venir chercher elle-même les documents que le ministre mettait trop de temps à lui communiquer. C'est parfaitement légal, mais assez inhabituel.

La députée fait bon usage de sa récolte puisqu'à l'ouverture du débat sur le projet de loi de finances rectificative elle publie, ès qualités, un rapport au vitriol... contre la politique gouvernementale. Elle considère que le plan d'économies de 50 milliards d'euros va coûter 0,7 point de croissance et 250 000 emplois. Le ministre des Finances Michel Sapin, premier concerné, réagit vivement au micro de France Info contre "des calculs en chambre, extrêmement théoriques".

L'amendement qui dérange

Karine Berger, elle, prend le relais en faisant voter, contre l'avis du gouvernement - mais avec celui de Valérie Rabault -, un amendement technique modifiant le déficit budgétaire structurel. Traduction : pas question d'accepter la moindre austérité.

À la gauche du groupe socialiste, on danse de joie : "Valérie Rabault et Karine berger corrigent le déficit structurel : le temps du Parlement est venu", tweete, entre autres, leur collègue Jean-Marc Germain. Au gouvernement, c'est l'inverse, bien entendu. Le secrétaire d'État au Budget Christian Eckert, prédécesseur de Valérie Rabault à la commission des Finances, envisage, pour rétablir l'ordre, une seconde délibération à la fin des débats parlementaires, prévus le 1er juillet. L'ambiance est décidément à son meilleur au sein de la majorité présidentielle. On n'est jamais trahi que par les siens...

Le Point.fr - Publié le 25/06/2014  

*** Peut-être était-il utile d’intervenir encore une fois de trop pour signaler que les « mecs » du PS, de la Gauche, sont tous « à jeter », sont des « vieux » n’ayant pas renouvelé leurs logiciels, sont devenus les FOSSOYEURS du PS et de la GAUCHE !

Amen

Pierre Payen (Dunkerque)

N+1ième end !

N. B. Les calculs de l'INSEE ne viennent-ils pas de le doucher une fois de plus ? ! Une croissance des plus minimes, une croissance du chômage en 2014, sont programmées !

En plus, le Dieu de M. Sarkozy (Voir ses dégâts entre 2007 et 2012 ! ! !) est aussi le sien ! ! ! Et il a décidé de ne pas l'aider, ni moins ni plus ! ! ! Tous ces « machins » se mordent la queue, sont nuls !

plus ! ! !

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.