Humour²² Quand ce fameux « verbe » fait déraper !

Il m’arrivait d’offrir le livre de Henri Laborit « Éloge de la fuite » jusqu’à il y a quelques années ! Souvent le commentaire étant anodin, sans intérêt …, je passais, ne m’appesantissais pas. Hier, une réplique plus cadrée, significative, engagée, m’a fait prendre conscience que « ces gens-là » n’avaient en réalité pas lu le bouquin ! ! !

LA CAUSE, LE PATAQUÈS, ÉTAIENT ENGENDRÉ.E.S  PAR LE MOT « FUITE » !

Parce que « compris » uniquement en se limitant à la lecture du titre ! ! !

Ce mot « fuite » était apparu à ces faux/ausses lecteurs/trices comme une sorte de « lâcheté » ! Une « promotion de la couardise » ! ! !

*** EH OUI, le même phénomène se passe parfois dans les médias lorsque la/le journaliste payé.e pour présenter une critique d’une œuvre, faute de l’avoir examinée, de temps, triche et se fourvoie dans un contresens aussi total que ridicule !

D’habitude, appliquant exactement le principe de Laborit, parce que « le temps ne change rien à l’affaire », parce que « peu importe », parce que : « Bienheureux les pauvres d’esprit, etc » ou « Pardonnez leur car ils ne savent pas ce qu’ils font », je ne m’appesantis pas …

Mais j'ai envie d'arrêter ..., donc de conclure ...

Mais, comme je pense que cet interlocuteur n’est pas « xyz », je lui ai signalé que s’il avait lu l’ouvrage, il se serait aperçu que l’attitude de Laborit était l’inverse de ce qu’il avait bêtement entrevu sur la page de couverture !

EN RÉSUMÉ, JE m’adresse aux internautes qui n’auraient pas lu le contenu de « Éloge de la fuite », SOULIGNE QUE HENRI LABORIT EXPLIQUE qu’il est inutile et préjudiciable de rester en contact avec certaines personnes ! Déconseillé de s’attarder ! Préférable de poursuivre son chemin, de prendre le large !

Laborit remarque qu’il est préférable de fuir les normes et les règlements et tout ce qui apparaît trop figé, administratif, hiérarchique, stupide !

Plutôt que d’attaquer si on ne fait pas le poids, plutôt que de tomber dans l’inhibition, il faut mieux se sauver, prendre la tangente, aller voir ailleurs ! Construire son propre truc !

Plus brièvement et trivialement, il est inutile de perdre son temps avec un ou des gens qui ne veulent pas entendre, certains diront : avec des « cons »

Il faut les laisser jouer avec les gamins de leur rue ! Et s’en détacher !

Pierre Payen (Dunkerque)

N. B. 1) A noter que cette position au niveau individuel ressemble follement à celle de notre Jupiter-Vertical quand il déclare qu’il ne sert à rien de dépenser un pognon de dingue pour rien pour des RIENS !

Sauf qu’un président de la République qui confond sa vie privée et la vie publique de président de toutes/tous les Français.es, de quelle nature est-il ? !

N. B. 2) La Bible qui annonce : « Au commencement était le verbe » (Ch. 1.1 st. Jean) n’annonce-t-elle pas aussi que la fin sera l’apocalypse (Comme si les deux mots allaient ensemble ! Comme si les discours, boniments, baratins, conneries, en tant que vents incontrôlables, ne pouvaient qu’aboutir à des tornades, tsunamis, déluges … !)

N. B. 3) UN APERÇU DE CE QUE L’ON TROUVE DANS CE LIVRE !

AVANT-PROPOS

Quand il ne peut plus lutter contre le vent et la mer pour poursuivre sa route, il y a deux allures que peut encore prendre un voilier : la cape (le foc bordé à contre et la barre dessous) le soumet à la dérive du vent et de la mer, et la fuite devant la tempête en épaulant la lame sur l’arrière avec un minimum de voile.

La fuite reste souvent, loin des côtes, la seule façon de sauver la bateau et son équipage.

Elle permet aussi de découvrir des paysages inconnus qui surgiront à l’horizon des calmes retrouvés.

Rivages inconnus qu’ignoreront toujours ceux qui ont la chance apparente de pouvoir suivre la route des cargos et des tankers, la route sans imprévu imposée par des compagnies de transport maritime.

Vous connaissez sans doute un voilier nommé « Désir »

AUTOPORTRAIT

Quand on a passé trente ans à observer des faits biologiques …, un certain scepticisme vous envahit à l’égard de toute description personnelle exprimée dans un langage conscient.

Tous les autoportraits, tous les mémoires ne sont que des impostures conscientes ou, plus tristement encore, inconscientes.

Toue pensée, tout jugement, toute pseudo-analyse logique n’expriment que nos désirs inconscients, la recherche d’une valorisation de nous-mêmes à nos yeux et à ceux de nos contemporains …

Il n’y a pas d’objectivité en dehors des faits reproductibles expérimentalement, …, en dehors des lois générales capables d’organiser les structures.

Le reste n’est que l’idée que nous nous faisons de nous-mêmes, celle que nous tentons d’imposer à notre entourage et qui est le plus souvent, et nous verrons pourquoi, celle que notre entourage a construit en nous

Nous ne vivons que pour maintenir notre structure biologique, nous sommes programmés depuis l’œuf fécondé pour cette seule fin, et toute structure vivante n’a d’autre raison d’autre d’être, que d’être.

Le système nerveux répond d’abord aux nécessités urgentes …, répond à ce que nous appelons les « pulsions », le principe de plaisir, la recherche de l’équilibre biologique …

Les motivations pulsionnelles, transformées par le contrôle social qui résulte de l’apprentissage des automatismes socio-culturels, du contrôle social …, seront à l’origine aussi de la mise en jeu de « l’imaginaire » …

L’imaginaire, seul mécanisme de fuite d’évitement de l’aliénation environnementale, sociologique en particulier, utilisé aussi bien par le drogué, le psychotique, que par le créateur artistique ou scientifique.

Aussi longtemps que …… … (Devinez !) « Tout sera toujours noyé dans le verbalisme affectif » !

… … …

L’AMOUR

Avec ce mot on explique tout, on pardonne tout, on valide tout. …

Le mot amour se trouve là pour motiver la soumission …

28 pages sont consacrées à sa démystification

Au passage, il souligne que : « Le seul amour qui soit vraiment humain, c’est un amour imaginaire »

« UNE IDÉE DE L’HOMME » est traitée en 18 pages

Y figurent : L’homme est un animal ; le langage fournit des alibis logiques ; « La philosophie et l’ensemble des science humaines se sont établies sur la tromperie du langage » ; souvent celui qui gagne sa vie la perd ; « Même en écarquillant les yeux, l’Homme ne voit rien. Il tâtonne en trébuchant sur la route obscure de la vie, dont il ne sait ni d’où elle vient, ni où elle va … »

(Moi : Depuis 30 ans, les sciences humaines sont devenues plus scientifiques mais les docteurs en neurologie, en neurosciences, voisinent les experts des labos Servier et autres organismes tels l’ANSM, l’INSERM ! ! ! Tout est « toujours plus » détourné au profit de qui ? ! Devinez !

En 1976, quand j’ai lu ce bouquin, je ne connaissais pas encore la Bible et la phrase : St-Matt Ch. 13.13 : « C'est pour cela que je leur parle en paraboles : parce qu'ils voient sans voir et entendent sans entendre ni comprendre » ! ! !)

 

L’ENFANCE est abordée en 14 pages ; LES AUTRES, en 7 p. ; LA LIBERTÉ, en 11 p. ; LA MORT, en 13 p. ; LE PLAISIR, en 7 p. ; LE BONHEUR, en 8 p. ; LE TRAVAIL, en 20 p. ; LA VIE QUOTIDIENNE, en 9 p. ; LE SENS DE LA VIE, en 12 p. ; LA POLITIQUE, en 18 p. ; LE PASSÉ, le PRÉSENT ET L’AVENIR, en 12 p. ; SI C’ÉTAIT A REFAIRE, en 3 p. ; LA SOCIÉTÉ IDÉALE, en 7 p. ; UNE FOI, en 15 p. ; ET PLUS ENCORE, en 10 p. !

 

N. B. 4) H. Laborit a été écarté du Nobel pour anticonformisme ! A eu le prix Lasker !

 A vous de voir si !

Bonne fin d’ère !

 

N. B. 5) Si vous souhaitiez être décillé.e en tout, lisez aussi : « Les folles d’enfer de la Salpêtrière », Makhi Xenakis ... Actes Sud sept. 2004 ISBN 2-7427-5148-3

(J’ai eu l’occasion en 2004 de lire, en avais parlé partout à l’époque …)

Depuis Louis XIV jusqu'à Charcot, …à la Salpêtrière on prend les femmes mendiantes mais aussi de plus en plus les filles de joie, les folles les orphelines, les libertines, les protestantes, les juives, les impies, les criminelles, les paralytiques, les ivrognes, les mourantes, les sorcières, les mélancoliques, les aveugles, les adultérines, les voleuses, les ...

https://commedesfous.com/makhi-xenakis

Ma présentation :

Un extrait de la 4ième

Mâkhi Xenakis est invitée à créer des sculptures pour la chapelle de l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière

 Mâkhi Xenakis s’immerge dans les archives de l’Assistance publique pour laisser venir à elle l’esprit des lieux.

Elle exhume des manuscrits totalement inédits, bouleversants, qui bruissent encore des cris de ces femmes enfermées là depuis Louis XIV jusqu’à Charcot.

Quand la plasticienne pense ciment, tiges filetées, pigments, inévitablement surgissent des mots.

Travaillés comme de la matière brute, qu’il faut élaborer, agencer, tordre pour qu’ils expriment l’indicible de cet univers carcéral oublié.

Véritables figures sur la surface des pages blanches, des mots, des grappes de mots s’écartent, s’entrechoquent, parfois seuls, vibrants, toujours au bord du précipice.

Portés par une force incantatoire, ils sont en équilibre, suspendus dans le vide, et à l’instar des stances, exposés à nos yeux dans leur nudité, leur vulnérabilité, libres, enfin.

166 pages, très aéré : 14 lignes maximum par page, format 10x19

 Il est difficile de résumer … dans le sens :

- où tout est fou !

- où sont présentées des décisions de petits néocortex presque naturellement foireux, toujours prêts à dérailler puisque toujours plus encourages à dominer

(Je suis persuadé que si notre Jupiter-Vertical (16 ?) avait été en place, vu sa condamnation des Riens, il aurait été le 1ier à utiliser ce stratagème d’élimination des mal-pensant.e.s !)

En filigrane, se retrouve exactement la structure mentale des homo sapiens ou (Depuis le Bilan de 2005 enterré parce que trop iconoclaste) des « ~1,23 %+ » ou chimpanzés « boostés »

Ce livre est aussi curieux dans le sens où la ponctuation est remplacée par des espaces vides permettant de réfléchir, d’intégrer nos cruautés et stupidités et monstruosités structurelles

Il se lit très rapidement, est aussi démystifiant que décapant !

Les traitements décrits au début sont appliqués au nom de Dieu !

Les victimes répertoriées ne se suicident pas !

L’enfer, n’est-il pas terrestre ? ! Et heureusement non éternel, quoique les cathos de droite, la Boutin, Fillon, Sarkozy, Bellamy, etc., soient contre la mort ! Pour la condamnation à la vie éternelle ? ! ! !

 (Ce livre de 2004 est-il encore disponible ?)

V. A. : Un autre ouvrage démystifiant de H. Laborit : « Biologie et structure » de 1968

« Les fils de Canaan … L’esclavage au Moyen-âge » dans la totale complicité de L’Église ! ! !

Voir : Humour. Ce que les gens cultivés cachaient, cachent ! Éditer

  • Ou la démystification complète, par une femme, Sandrine Victor, de notre société en un livre ! Cette chercheuse, maître de conférences en Histoire médiévale, spécialiste de l’histoire économique et sociale du bas Moyen Âge, vient de publier « Les fils de Canaan. L’esclavage au Moyen âge » Ed Vendémiaire. Fév. 2019.

Une dernière, trouvée sur Le Canard enchaîné du 25/09/19

Elle prouve que « aussi xyz » on ne meurt pas sur l’instant mais que tout est joué !

LA NOIX D’HONNEUR !

M. Blanquer, note colonel de l’éducation, sur RMC-BFMTV, le 24 septembre 2019, a lancé « LA France EST UNE LOCOMOTIVE CONTRE LE RÉCHAUFFEMENT CLIMATIQUE » !

Le pauvre ! Mais les cieux lui sont grand.s ouverts ! (Les 2 orthographes sont admises !)

Il me faisait déjà penser aux personnages de la guerre 40, au film « La traversée de Paris » !

bourvil-gabin-la-traversee-de-paris

Et voilà, son cerveau fonctionne toujours au charbon et diésel ! ! !

ET IL OSE INCARNER LA FRANCE EN MARCHE !

Et c’est lui et son Vertical (16 ?) qui disent à Greta Thunberg ou pensent : « Mange ta soupe et passe ton bac d’abord ! »

Franchement, quel âge faut-il avoir pour penser encore LOCOMOTIVE en 2019 ? !

Ou, ne faut-il pas sortir d’un camp de concentration nazi en 1944 pour envisager un retour ferroviaire en France, donc penser à une locomotive ? !

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.