Humour. Le changement d’ère ne doit-il pas être plus important que prévu ? !

Il est déconseillé d’avoir raison trop tôt ! Le texte, semblant trop caricatural, simpliste, finalement, laissera indifférent ou sera lu comme un fantasme pessimiste d’un « con » ! Plus c’est gros et mieux ça passe ! Âgé de 72 ans, je n’ai plus Rien à Perdre mais Tout à Gagner (Raptag privilégié, pacifique) en mettant mes idées au clair, en entretenant le néocortex dans l’humour.

Ci-joint ma conclusion ! Qui n’est pas exactement celle sous-tendue (Diaporama à l’appui, lisible sur Internet)

A) Notre situation objective !

 Les animaux ! (Si ce terme ne vous dit rien, On peut en ce moment en apercevoir au Salon de l’agriculture Hollande est au milieu !)

Ne sommes-nous pas obligé(e)s, uniquement à cause de certaines Organisations pour la défense des animaux et des médias, sauf si on ne regarde pas, le lit pas, vit en autarcie, de prendre conscience que le sort des animaux de consommation est plus qu’horrible ? 

N’est-il pas souvent monstrueux, selon un mécanisme plus bestial que de celui du nazisme ? 

Sauf que les tueurs ne sont pas des « idéologisés » mais des pauvres « homo sapiens » obligés de devenir des bourreaux pour survivre ou « gagner leur petit pain quotidien » (À 15 centimes ? !)

(Probablement que plus que rares sont les femmes qui acceptent ces postes ...)

Ces animaux ne sont-ils pas « toujours plus » (t. p.) élevés dans des camps de concentration pire que celui des nazis (Peut-être est-ce une fixation personnelle !) et massacrés, torturés comme au temps de l’épanouissement du catholicisme, celui de l’Inquisition ? (N’a-t-elle pas duré jusqu’au 19ième siècle en Espagne ?)

[[[Des crétins ou « 1%+ » ont cru bon de noter sur Internet : Bref historique de l'Inquisition - The Iron Maiden Commentary www.ironmaidencommentary.com/index.php?url=album10.../inquisition&link...

Dates importantes de l'Inquisition espagnole ...... Toutefois, en tant qu'institution, l'Inquisition reste unique en termes de durée (600 ans), du nombre de ses ...

introduction-livre-sur-l-inquisition
inquisition-espagne-2

]]]

*** Que des bêtises inscrites ! Mais où va-t-on mon pauvre Monsieur !

Selon ces mêmes observateurs, que les idéologisé(e)s judéo-chrétien(ne)s « humanistes » promettent  « l’enfer » aux idéologisé(e)s islamistes, cela manque-t-il de sel ? !

Les femmes et les hommes ! (Quoique les puristes soient plus réservé(e)s !)

Comme en maths, on peut avancer qu’Elles/ils vivent par définition (Voir l’expression « Dignité humaine ») dans la « DIGNITÉ » !

Tout(e) un(e) chacun(e) sait que les deux termes vont de pair !On ne dit pas qu’une mouette ou un renard est « indigne » ! (Même un 1%+ ne confond pas !)

Les femmes et hommes « vrai(e)s » n’auront donc aucune difficulté à se reconnaître puisque n’acceptant de vivre que dans la dignité ou consacrant tout leur temps à lutter, se battre, pour l’instauration de celle-ci, non pas seulement dans leur pays mais sur toute la planète, quitte à être placé(e)s en prison ou/et exécuté(e)s par une garde de sécurité d’un tyran ou/et dictateur !

Les homo sapiens ! (Oui ! les vrais ! les plus de 7 milliards !)

1) Le premier message de 2005, aussi symbolique que fondamental !

 Le bilan comparatif concernant notre génome et celui du chimpanzé a révélé ou confirmé une différence de 1 % !

D’où la démystification totale, non pas des écritures antiques, des hiéroglyphes, mais de la parabole chrétienne : « L’homme a été créé à l’image de Dieu »

Sa traduction, dorénavant, d’effectue selon une échelle allant de 100 à 1 !

2) Le second (constitué en deux phases) de 2011, vital !

Vers 2008, les 80 % de matière blanche entourant la matière grise, d’abord considérée comme secondaire, voire inutile, a été réhabilitée.

Vers 2011, les 90 % d’ADN non-codant, appelés « poubelle », a connu la même promotion.

Il est résulté que la matière blanche et l’ADN  non-codant étaient indispensables, transmettaient des informations, comblaient des microfailles, jouaient le rôle de liants (Un peu comme l’huile permet à des pièces mécaniques de mieux glisser) « régulaient » l’ensemble, en assuraient la « pérennité ».

Cette découverte primordiale fut résumée sous le titre : « Le néocortex fonctionne dans la REDONDANCE  » Quoi de plus limpide ou transparent ? !

B) QU’ONT DÉDUIT Les animaux, les femmes et les hommes, les homo sapiens ? !? !

-1) Il  faut arrêter de consommer de la viande ? !

-2) Donc stopper l’élevage des animaux ? !

(Si oui, adieu, veaux, vaches, cochons, poules, etc., à l’étable et dans les près  puisqu’elles/ils ne serviraient plus à rien d’autre qu’à agrémenter, enrichir le paysage)

-3) Que nous soyons croyant(e)s ou non, il n’est plus question de  nous prendre pour l’espèce  « chef-d’œuvre » de l’Univers et nous  imaginer être des dieux en devenir capables d’établir un jour le paradis terrestre ? ! NENNI ! ! !

-4) Symétriquement, nous nous inscrivons pleinement dans les lois d’évolution et de complexification supputées par Darwin ? !

D’autant plus que tous nos comportements ne laissent rien augurer de bon ! Qu’ils ressemblent « toujours plus » (t. p.) à ceux d’adulescent(e)s droguées ou sous la dépendance de l’addiction « T. p. »

 (Ce n’est pas par hasard ou maladresse que la « Société de consommation » du 20ième siècle est maintenant nommée « Société T. p. » !)

Freud observait que la métamorphose de l’adolescence vers le stade adulte passait par le meurtre symbolique du père, c. à d. par l’affranchissement des normes anciennes et obsolètes, l’émancipation, le dépassement, la quête de la sagesse.

Notre civilisation religieuse, « fractale », répétitive, incapable d’évoluer, fixée, bloquée, n’est-elle pas caduque ? ! Ne doit-elle pas mourir et laisser la place à d’autres moutures ? !

(Avant qu’il ne soit trop tard ? ! Avant que l’accumulation des pollutions, la dégradation de l’environnement, n’aient rendu la planète définitivement invivable, inhabitable, stérile, telle Mars ? !)

NEIN ! On se tire toujours positivement des situations les plus désespérées ! Comme en 14 et en 40 !

C) NOTRE ÉLITE, LES JOURNALISTES, DES DIT(E)S PHILOSOPHES, en enterrant le bilan de 2005, celui de 2011, n’ont-ils (Le masculin puisque les mâles dominent, agissent) pas décidé, comme les adolescents aussi prétentieux, présomptueux, qu’irresponsables, jouant t. p. aux apprentis sorciers, d’outrepasser et de défier les « Lois de la Nature », en validant implicitement la marche t. p. à flux tendu de notre Société au milieu de dettes et déficits t.  p. délétères ? !

(*** Les mêmes, en 2007, ont-ils créé un buzz lorsque le candidat Sarkozy a annoncé à M. M. Onfray : « Je n'ai jamais rien entendu d'aussi absurde que la phrase de Socrate : Connais-toi toi-même » (V. sur Internet  Michel Onfray : Dans la peau de Nicolas Sarkozy ) En clair, la signification n’est-elle pas du type : C’est Dieu qui nous conduit. Il suffit d’écouter ses messages, donc son instinct et ses intuitions ? ! Pas question de s’insurger ! Ils ne sont que des algorithmes vivants conditionnés/programmés, tout heureux d’être « formatés/intelligents », h. e. u. r. e. u. x. comme le douanier de Fernand Raynaud !)

*** Le progrès technologique dit libéral croissant t. p. tous azimuts, dans toutes les directions, au petit bonheur la chance, en minimisant au maximum le dit « principe de précaution » puisque « Time is money », ne sera-t-il pas t. p. exposé aux imprévus ou/et imprévisibles effets secondaires différés  ? !

Ne sont pas évoqués ici  les rôles des prédateurs t. p. habiles ne pensant qu’à exploiter là leur profit la moindre nouveauté, le no-man's-land des lois s’accroissant t. p. puisque leurs élaborations exigent un temps incompressible !

Ni les projets des islamistes, les cyber-attaques, le déploiement de virus, l’emploi du nucléaire en dernière instance ! (Ni  l’épidémie de la myxomatose des années 50 qui décima 90 % des lièvres et lapins !)

Notre planète n’est-elle pas pareillement à la merci d’une éruption solaire paralysant, détruisant tous les réseaux électromagnétiques, informatiques ? ! (Des gouvernements essaient de s’en protéger mais avec quels moyens ? ! Crédits ? !)

Ne voguons-nous pas sur le Titanic2 ? ! (Nicolas Hulot n’a-t-il pas publié un livre sur ce thème ? ! Pour rien ? !)

Faute de dispositions d’envergures suffisantes, tous les indices relevés ne convergent-ils pas ? !

Une plante, un organisme quelconque, n’est-elle/il pas dépositaire d’un génome contenant  une infrastructure bien définie ? !

Et nous, à quoi jouons-nous ? ! (Ne serait-ce pas dans un bac à sable ? !)

La mort n’est-elle pas programmée ? ! Ne va-t-elle pas de pair avec la notion d’évolution, de complexification ? !

*** Ne faut-il pas être un(e) « algorithme vivante » rudimentaire, se différenciant de 1 % de « l’algorithme chimpanzé », pour confondre les fantasmes, les rêves, la réalité ? !

Les « algorithmes littéraires » ne se complaisent-elles/ils pas et ne s’enivrent-ils/elles pas t. p. dans les mots ? !

Ne vivent-elles/ils pas dans les émotions en se racontant t. p d’histoires à dormir debout ? !

Pourquoi pas ! Ne trouve-t-on pas la jouissance là ou on peut ? !

Ne sont-elles/ils pas moins manipulé(e)s que les homo sapiens rationalistes, cartésiens, binaires, qui croient fermement détenir la vérité ? !

Ne sont-elles/ils pas moins dangereuses/eux que les rationalistes ? !

Non et oui ! Les religions comme les sciences et technologies classiques ne sont et ne doivent-elles pas être mortelles ? !

D) POUR QU’IL AIT MUTATIONS, c. à d. « VRAI CHANGEMENT », L’INTERVENTION DU NUCLÉAIRE N’EST-ELLE PAS NÉCESSAIRE ? !

Si les dinosaures n’aveint pas laissé la place, nous ne serions pas là !

Un astéroïde ferait l’affaire !

Dans tous les cas, seule une catastrophe globale, comme jadis, ne peut-elle pas éviter la mort de la Terre ? !

Amen ! Ou AAEEGGGExplosions Nouvelle ère dans x millions d’années ! Ou ... ? !

Pierre Payen (Dunkerque)

Inutile de faire des photos juste avant la fin ...!

N. B. 1) Sur France 5 « C politique », ce dimanche 26/02/17, le thème est, en autres,

~  Le Monde est-il près du chaos ? ! Avec Poutine, Trump, le FN, etc..

D’autres sujets, par ex. le suicide d’agriculteurs, la fermeture de la Centrale de Fessenheim, etc., ne seraient-ils pas à relier directement à nos algorithmes cartésiens et libéraux ? ! ! !

 N. B. 2) Un exemple banal qui préfigure quelque chose !

Les infrastructures seront t. p. obsolètes ! Il faudra donc t. p.  Improviser ! (Au petit bonheur la chance !)

Les États-Unis sont-ils encore les États-Unis?

Il faut désormais faire face outre-Atlantique à l'arbitraire et à l'incompétence la plus totale.

26/02/2017 15:17 CET | Actualisé il y a 11 minutes   http://www.huffingtonpost.fr/

 

Le 22 février dernier, j'ai atterri vers 14h30 à l'aéroport de Houston, aux États-Unis, en provenance de Paris. Je devais me rendre à un colloque de la Texas A&M University (College Station), où j'ai été invité à plusieurs reprises ces dernières années. Au guichet de l'immigration, une fonctionnaire me refuse l'entrée et m'emmène dans une salle attenante pour contrôle, sans explications. Une trentaine de personnes y attendent que l'on statue sur leur sort. J'observe machinalement une certaine fréquence dans les entrées et sorties. Au bout de trois quarts d'heure, alors que la plupart de ceux qui attendent repartent sans problèmes, un jeune officier de police me demande de le suivre dans un bureau particulier. Commence alors un interrogatoire informel. Je lui demande ce qui me vaut d'être là. Il me répond : "contrôle aléatoire" (random check). Il me demande ce que je viens faire aux États-Unis. Je lui présente alors la lettre d'invitation de l'université. Cette intervention doit-elle être rémunérée ? Je confirme – c'est la règle dans beaucoup universités Nord-américaines. Il m'objecte alors que je n'ai qu'un visa touristique et non un visa spécifique de travail. Je lui réponds que je n'en ai pas besoin, que l'université s'est occupée comme d'habitude des formalités et, surtout, que je fais cela depuis plus de trente ans sans jamais avoir eu le moindre ennui. Son attitude se fait alors encore plus suspicieuse. Examinant mon passeport, il relève que j'ai bénéficié récemment d'un visa "J1", accordé notamment aux universitaires. J'ai été, en effet, professeur invité à l'Université Columbia de New York, de septembre 2016 à janvier 2017. Il conclut que je suis donc revenu travailler "illégalement" avec un visa expiré. J'ai beau expliquer que ma situation n'a rien d'anormal, sinon l'université n'aurait pas pu m'inviter, rien n'y fait. N'étant pas en possession d'un document fédéral m'autorisant à travailler aux États-Unis, je suis en infraction. La décision sera confirmée plus tard par son supérieur hiérarchique – que je n'aurai pas la possibilité de rencontrer.

On bascule alors dans une autre dimension. Le policier me fait prêter serment et me soumet à un interrogatoire étendu : questions sur mon père, ma mère, ma situation familiale, me posant près d'une dizaine de fois les mêmes questions: qui m'emploie, où j'habite, etc. J'ai la copie du procès-verbal. Il relève toutes mes empreintes digitales, pourtant déjà enregistrées dans le système comme pour tous les visiteurs. Il opère une fouille au corps en règle, malgré mes protestations. "C'est la procédure", me rétorque-t-il. Il m'informe ensuite que je vais être refoulé (deported) et mis dans le prochain avion en partance pour Paris. Il ajoute que je ne pourrai plus jamais entrer dans le pays sans un visa particulier. Je suis stupéfait mais ne peux rien faire sinon prévenir mon collègue de l'université. Le policier me demande si je veux contacter le Consulat de France à Houston. Je réponds par l'affirmative mais c'est lui qui se charge de composer le numéro, plusieurs heures après, aux alentours de 19h, appelant le standard et non le numéro d'urgence, donc sans résultat. Il m'indique également qu'il n'arrive pas à contacter Air France pour mon billet. Cela fait déjà près de cinq heures que je suis détenu et je comprends alors que rien ne se passera avant le lendemain.

Je m'apprête donc à passer encore entre une dizaine ou une vingtaine d'heures installé sur une chaise, sans téléphone – l'usage en est interdit –, avant de pouvoir occuper un fauteuil un peu plus adapté à la situation de personnes ayant effectué un long voyage. Toutes les heures, un fonctionnaire vient nous proposer à boire ou à manger, et nous fait signer un registre comme quoi nous avons accepté ou refusé. Malgré la tension, j'observe ce qui se passe dans ce lieu insolite, à la fois salle d'attente anodine et zone de rétention. Si la plupart des policiers adoptent un ton réglementaire, non discourtois, quelques-uns ricanent discrètement en observant cette population hétéroclite sous leur contrôle. Une policière engueule une femme dont le garçon de trois ans court dans tous les sens. Un homme se lève pour demander ce qu'il en est de sa situation. Trois policiers lui hurlent de s'asseoir immédiatement.

Vers 21h, il reste une demi-douzaine de personnes, somnolentes et inquiètes, un Africain ne parlant pas bien l'anglais, les autres sans doute d'origine latino-américaine. Je suis apparemment le seul Européen – le seul "blanc". Arrivent alors deux officiers de police. Ils se dirigent vers le monsieur assis devant moi, peut-être un Mexicain, bien mis de sa personne. Ils lui montrent un billet d'avion et lui disent qu'ils vont l'emmener. Invité à se lever, il est alors menotté, enchaîné à la taille, et entravé aux chevilles. Je n'en crois pas mes yeux. Des images d'esclaves me traversent l'esprit: la policière qui lui met les fers aux pieds est une Africaine-Américaine, vaguement gênée. J'imagine le temps qu'il va mettre pour rejoindre la porte d'embarquement. Je me demande surtout si c'est le même sort qui nous attend. Je préfère croire que lui a commis un délit sérieux. J'apprendrai par la suite que "c'est la procédure". Cette façon de faire – proprement indigne – serait exigée par les compagnies aériennes. Je ne suis pas sûr, au demeurant, que les conditions d'expulsion soient plus humaines chez nous.

L'attente continue, cette fois avec une réelle angoisse. A 1h 30 du matin – cela fait plus de 26 heures que j'ai quitté mon domicile parisien – je vois une certaine agitation. Une policière vient vers moi et me demande quelle est ma destination finale aux États-Unis et si quelqu'un m'attend à l'aéroport. Je réponds avec un début d'énervement – à éviter absolument dans ce genre de situations – que le chauffeur de l'université, qui se trouve à deux heures de route, est sans doute reparti... Elle me prie alors de ne pas me rendormir car je vais être appelé. Quelques minutes plus tard, un policier au ton cette fois amical me rend mon téléphone et mon passeport, dûment tamponné, et me déclare autorisé à entrer aux États-Unis. Les restrictions qui m'ont été imposées sont levées, ajoute-t-il, sans que je puisse savoir ce qui va rester dans leurs fichiers. Il m'explique que le fonctionnaire qui a examiné mon dossier était "inexpérimenté" et ne savait pas que certaines activités, dont celles liées à la recherche et à l'enseignement, bénéficiaient d'un régime d'exception et pouvaient parfaitement être menées avec un simple visa touristique. "Il ne savait pas". Abasourdi, je lui demande, ou plutôt je déclare que c'était donc une erreur. Il ne me répond pas. Il me laisse simplement entendre qu'ayant, lui, une longue expérience, il a vu le problème en prenant son poste en début de nuit. Il aura l'amabilité de me raccompagner à la sortie d'un aéroport totalement désert, m'indiquant l'adresse d'un hôtel dans la zone portuaire. À aucun moment, ni lui, ni ses collègues ne se sont excusés.

En réalité, ma libération n'a rien eu de fortuit. Elle est la conséquence de l'intervention de mon collègue auprès du président de l'université Texas A & M, d'une professeure de droit chargée des questions d'immigration, et de plusieurs avocats. Sans eux, j'aurais été conduit menotté, enchaîné, et entravé à l'embarquement pour Paris.

Historien de métier, je me méfie des interprétations hâtives. Cet incident a occasionné pour moi un certain inconfort, difficile de le nier. Je ne peux, cependant, m'empêcher de penser à tous ceux qui subissent ces humiliations et cette violence légale sans les protections dont j'ai pu bénéficier. J'y pense d'autant plus que j'ai connu l'expulsion et l'exil dans mon enfance. Pour expliquer ce qui s'est passé, j'en suis rendu aux conjectures. Pourquoi le contrôle aléatoire est-il tombé sur moi? Je ne le sais pas mais ce n'est pas le fruit du hasard. Mon "cas" présentait un problème avant même l'examen approfondi de mon visa. Peut-être est-ce mon lieu de naissance, l'Egypte, peut-être ma qualité d'universitaire, peut-être mon récent visa de travail expiré, pourtant sans objet ici, peut-être aussi ma nationalité française. Peut-être aussi le contexte. Quand bien même aurais-je commis une erreur, ce qui n'est pas le cas, cela méritait-il pareil traitement? Comment expliquer ce zèle, évident, de la part du policier qui m'a examiné et de son supérieur hiérarchique sinon par le souci de faire du chiffre et de justifier, au passage, ces contrôles accrus? J'étais d'autant plus "intéressant" que je ne tombais pas dans la catégorie habituelle des "déportables". Telle est donc la situation aujourd'hui. Il faut désormais faire face outre-Atlantique à l'arbitraire et à l'incompétence la plus totale. Je ne sais ce qui est le pire. Ce que je sais, aimant ce pays depuis toujours, c'est que les États-Unis ne sont plus tout à fait les États-Unis.

N. B. 3) Une littéraire qui s’amuse, s’éclate en provoquant: Christine  Angot exhorte François Hollande à se représenter : "Il n’y a plus que vous. Vous êtes notre Président, vous êtes notre capitaine"

"Dans les situations exceptionnelles, vous avez toujours été à la hauteur. Même ceux qui vous ne vous aiment pas le reconnaissent", peut-on lire dans la très drôle lettre ouverte publiée dans le JDD.

Ceci n'est pas une blague Publié le 26 Février 2017


Read more at http://www.atlantico.fr/pepites/christine-angot-exhorte-francois-hollande-se-representer-plus-que-etes-notre-president-etes-notre-capitaine-2975285.html#xzwbOjuop7Sfcvf1.99

N. B. 4) Un article qui arrive à point !

Un diaporama qui montre les suites d’Hiroshima !

Les politiciens humanistes, le islamistes, sorte de preuves à l’appui, vont pouvoir intégrer de concert  le nucléaire dans leurs projets ! Se revendiquer des darwinistes actifs !

[[[[PPT]Qu'est-il arrivé a la Radiation qui devais durée mille ... - boitealapin.fr

www.boitealapin.fr/images/...//0004-Hiroshima%20ou%20Detroit%20la%20realite.pp...

1.      En cache

Qu'est-il arrivé à la radiation qui devait durer 1.000 ans à Hiroshima ? HIROSHIMA 65 ans après. ET OUAIS ! ON S'EST ENCORE FOUTU DE NOTRE GUEULE ...]]]

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.