Humour²²² Pour la fête des mères, un gilet pare-balles-couteaux ? !

L’offre d’un gilet pare-balles, particulièrement pour les femmes, ne constituerait-il pas un excellent cadeau ! Sur Internet se trouvent des tas de sites vendeurs ! Si le gilet reteint les balles, pourquoi ne retiendrait-il pas les couteaux ? !

« Un seul coup de couteau, et il a perforé le cœur » :   un sexagénaire en garde à vue pour le meurtre de son « ex »  

CATHERINE BOUTEILLE VOIX DU NORD 29/05/21 VALENCIENNES

Les faits se sont produits à Valenciennes en fin de matinée, ce jeudi, entre la Croix d’Anzin et l’avenue Dampierre. PHOTO PIERRE ROUANET

Valenciennes.

Il n’y a pas toujours de signes avant-coureurs. Jusqu’à jeudi, cet homme de 64 ans, souvent vêtu d’une tenue de peintre, n’avait jamais fait parler de lui auprès de la police ou de la justice. « Même pas pour un défaut d’assurance ! , réagit le procureur Jean-Philippe Vicentini. Et la victime n’avait jamais déposé de plainte contre ce monsieur. »

Comme le suggère son chariot rempli de victuailles, la victime, âgée de 62 ans, venait de faire des emplettes au Carrefour Market d’Anzin. Elle avait traversé l’avenue Dampierre pour emprunter la rue Barbe-Parent. C’est là qu’elle a croisé le meurtrier présumé. À quelques pas seulement de chez elle. Le sexagénaire n’était pas un inconnu : ils auraient eu une relation qui s’était achevée en début d’année.

À en croire les noms d’oiseau entendus par des riverains, une altercation aurait éclaté vers 11 h 10. « Je m’apprêtais à acheter une baguette à la boulangerie », relate Nathalie (1). À peine a-t-elle ouvert la porte qu’une dame « s’est agrippée à moi en tenant son cœur », témoigne la trentenaire qui n’est pas près d’oublier les paroles qu’elle a alors prononcées : « S’il vous plaît, ne me laissez pas toute seule. Aidez-moi. Je viens de me faire agresser. Puis elle a commencé à répéter le mot couteau. »

Elle a eu le temps de révéler le nom du suspect à sa fille

Nathalie l’assoit sur son perron et tente de l’aider à reprendre ses esprits, avec l’aide d’une voisine. « Ensuite, elle a eu le temps d’appeler sa fille pour lui dire qui lui avait fait ça. » Et l’état de la victime s’est subitement dégradé.

Quelques minutes plus tard, pompiers, SMUR et effectifs de la police nationale arrivaient sur place. La victime a été transportée aux urgences, où elle a fini par succomber à ses blessures.

« J’ai appris son décès ce (vendredi) matin lorsque je me suis rendue au commissariat pour témoigner », souffle Nathalie. Encore très choquée. L’autopsie, hier après-midi, a confirmé que la victime était bien morte du coup de couteau. « Il n’y en a eu qu’un seul. Et il a perforé le cœur », résume la procureure-adjointe Véronique Parent.

L’ancien compagnon, qui ne semble pas avoir de problématique liée à l’alcool, était toujours en garde à vue hier soir pour meurtre sur conjoint.

L’identité du témoin a été modifiée.

Le 3919, numéro d’écoute national, anonyme et gratuit, est destiné aux femmes victimes de violences et à leur entourage.

 Pierre Payen (Dunkerque)

N. B. M. Macron ne devrait-il pas donner l’exemple ? !

Sa Déesse l’accompagne souvent. Elle a l’occasion de passer devant de nombreux agents /gardes de service. Quoi de plus simple que de tuer au dernier instant un garde, de le remplacer, de s’élancer -un couteau ou arme à la main- quand Brigitte passe ? !

Logiquement, si notre Jupiter aime vraiment sa Déesse, ne devrait-il pas lui faire porter constamment un gilet pare-balles-couteaux à l’extérieur ? ! Voire à l’intérieur puisqu’un personnel tombant dans le fantasme peut toujours rêver de mourir après l’avoir assassinée

Réponse : l’avenir le précisera !

Amen !

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.