Humour². La dernière. La différence entre un homo sapiens et un.e humain.e !

Elle se situe au niveau du néocortex.

Le 1ier tente de se contenter en cherchant « TOUJOURS PLUS » de plaisirs … Il n’est jamais rassasié !

La/le second.e sait que, s’il y a du « PLUS », cela implique qu’il existe le « symétrique » : le « MOINS » (Chaud/froid ; petit/grand ; performant.e/non performant.e ; "Non rien" / Rien" ! (Oui M. Macron ! Quand on n'est pas aveugle et sourd et obtus ! Quand on n'est pas pauvre d'esprit ! Quand on sait ce que l'on fait -Luc. 23.34- ! V. la Bible que vous connaissez mieux que moi ! ! !)

Elle/il se contente donc d’adopter la position « ZEN » , neutre, « KER » (Noyau) et d’attendre le « CYCLE SUIVANT » tant que, s’il y a souffrance, elle ne l’insupporte pas trop.

Sinon, basta, tchao ….

La composante émotionnelle est remise à sa place. L'amour du prochain ne ressemble pas à l'amour sélectif. L'empathie n'est pas désamorcée

Amen !

Pierre Payen (Dunkerque)

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.