Humour. La nouvelle forme de leçon de français (Prêt à consommer)

Puisque l’enseignement se fera toujours plus en distanciel, des équipes gouvernementales sont en train de mettre au point des produits éducatifs pouvant se consommer immédiatement, sans être obligé de réchauffer. ON N’ARRÊTE PAS LE PROGRÈS !

A) L’EX-PROF, BRIGITTE, VEILLE AU GRAIN !

Elle sait que, pédagogiquement, rien ne vaut l’exemple concret !

De même que la « bulle » dessinée qui arrive à condenser immédiatement tout un contexte …

Un exemple :

image-2020-12-29-204130

Cette Brigitte (Sinon de l’ancienne France, de la vieille chocolaterie de luxe picarde) tient à ce que la différence entre le langage parlé et la langue classique demeure fondamentale et-et « républicaine » (Dirait M. Blanquer ministre de l’Education nationale) !

Ce vocabulaire courant de Gaulois.e l’insupporte, paraît-il ?

Elle se serait mise au travail et-et serait sur le point d’aboutir.

*** Voici un brouillon du livret qu’elle s’apprête à transmettre à M. Blanquer qui a une double casquette puisqu’il représente aussi la France-locomotive face au réchauffement (Voir sur le Canard enchaîné du 25/09/19 l La Noix d’Honneur ! « M. Blanquer, sur RMC-BFMTV, le 24 septembre 2019, a lancé : « La France est une locomotive contre le réchauffement climatique » !)

 

# # # # # # ELLE SE SERVIRAIT NOTAMMENT D’UN DOCUMENT DE « GALA BEST-OF » pour mieux montrer ce qui est acceptable entre ami.e.s et-et qui est inacceptable ailleurs

Effectivement, (voir plus loin), il est possible, fastoche, de dire : « Je leur ai mis profond » !

MAIS ! TOUT DE MÊME ! ! ! NON !

VOICI D’AILLEURS CE RÉFÉRENTIEL ÉLYSÉEN !

Emmanuel Macron : ses écarts de langage étonnent / Mort de Claude Brasseur : une fin de vie difficile

Gala Best-Of <gala@ml.gala-news.fr> 

Macron et son vocabulaire (« Je leur ai mis profond » !)

« Je les ai bien baisés ! » : Emmanuel Macron et ses écarts de langage qui surprennent dans l'intimité

# # # « Un vocabulaire très sexué »

Anaïs MOINE | mardi 22 décembre 2020 à 21h40 - Mis à jour le mercredi 23 décembre 2020

Voir les photos de Emmanuel Macron  https://www.gala.fr/

Si Emmanuel Macron aime à employer des formules désuètes lors de ses allocutions télévisées, dans l'intimité, le président userait volontiers d'un vocabulaire "scabreux". Des écarts de langage qui ont surpris nombre de conseillers, comme le révèlent Ava Djamshidi et Nathalie Schuck dans l'ouvrage Madame la présidente.

A propos de

Emmanuel Macron

"Poudre de perlimpinpin", "croquignolesque", "galimatias", ou encore, "captatio benevolentiae"… Emmanuel Macron n'est jamais à court d'expressions tarabiscotées. Passionné de littérature, le président aime à remettre au goût du jour la richesse de la langue de Molière. Mais dans l'intimité, l'époux de Brigitte Macron tombe la veste, comme le révèlent les journalistes Ava Djamshidi et Nathalie Schuck dans l'ouvrage Madame la présidente.

"En très petit comité, le locataire de l'Élysée déploie un vocabulaire très sexué, pour ne pas dire scabreux", notent-elles, précisant que "maints conseillers ont sursauté en l’entendant

# # # tonitruer, au sortir d'une victoire sur des adversaires politiques : « Je les ai bien baisés ! Je leur ai mis profond ! » Un champ lexical fortement connoté qui étonne tant l'ex-énarque nous a habitué à des mots compliqués.

Emmanuel Macron "n'est pas le gendre idéal, loin de là"

Mais à en croire son entourage, en privé, Emmanuel Macron, loin de l'image de Jupiter qui lui colle à la peau, pourrait se montrer très décontracté, voire cru. "Ce n'est pas le gendre idéal, loin de là. C'est un mauvais garçon", confiait un élu de premier ordre dans les colonnes du Parisien. "Il a un vocabulaire sexuel, très vert", confirmait par ailleurs un conseiller. Et un proche de s'amuser : "Il parle tout le temps comme ça, quand on dîne avec lui, dans l'intimité (…)

 On le dit méprisant, arrogant, hautain, mais ce n'est pas lui. Là, c'est l'Emmanuel que je connais".

B) MALHEUREUSEMENT, BRIGITTE ÉTANT UNE PURE LITTÉRAIRE, ELLE NE PEUT INTERVENIR AU NIVEAU DE LA LOGIQUE CARTÉSIENNE

Son Emmanuel l’a totalement bluffée en lui démontrant (Est-ce que sa logique a été celle utilisée à Rodez ? 

B) MALHEUREUSEMENT, BRIGITTE ÉTANT UNE PURE LITTÉRAIRE, ELLE NE PEUT INTERVENIR AU NIVEAU DE LA LOGIQUE CARTÉSIENNE

Son Emmanuel l’a totalement bluffée en lui démontrant (Est-ce que sa logique a été celle utilisée à Rodez ? ) qu’il avait échoué volontairement 2 fois au concours d’entrée à Normale-sup et un 1ière fois à celui de l’entrée à L’ENA uniquement pour lui prouver qu’elle était tout pour lui !

Eh oui, il fallait oser !

Bien sûr, plus rien ne l’étonne !

Par exemple quand il n’hésite pas à payer de sa personne pour prouver ce qui lui tient à cœur !

A Rodez, lors d’un débat avec le public, il a absolument « scié » un interlocuteur :

[Vidéo] Macron “n'adore pas le mot pénibilité” : la petite ...

Macron a dit à Rodez « J’aime pas le mot « pénibilité » car cela voudrait dire que le travail est pénible » Je t’invite à monter 200 portières de bagnoles chaque jour pendant 43ans en 4x8 chez PSA...

https://www.lesinrocks.com/2019/10/04/actualite/politique/video-macron-nadore-pas-le..

Ce Monsieur est presque apparu subitement figé, sidéré !

Et-et le pauvre, s’il avait répliqué, Jupiter l’attendait et devait le crucifier vivant :

Il avait préparé : Je n’aime pas le mot « Incompétent » parce que cela pourrait laisser croire qu’un président de la République puisse être incompétent !

Je n’ose pas, moi, aller plus loin !

Aux professeurs.e.s de français d’utiliser ces conseils plus qu’éclairés pour faire ressentir dans le sourire la différence entre ce qu’on peut dire entre-soi (brut de décoffrage) et-et, par ex., son/sa professeur.e !

Amen !

Pierre Payen (Dunkerque)

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.