HADOPI, simple volet d'un cancer culturel

Je me surprends parfois à rêver à un monde où la répression laisserai place à la pédagogie et où plus aucune forme d'art ne puisse être liée à l'argent. Mais j'ai bien faible espoir, car dans cette hégémonie capitalo-libérale même notre culture artistique se monnaye créant une caste artistique ayant pour noyaux dur la cupidité, cassant la créativité du fragile cytoplasme attiré par elle comme un aimant. Dans cette bouillie médiatique les artistes se sentent dans la nécessité de rentrer dans une démarche salariale, les rendant dépendants de ces systèmes de distribution, alors qu'ils devraient être libres de diffuser leurs créations de manière illimitée tout en pouvant subvenir à leurs besoins.

Heureusement pour nous, le piratage des œuvres dans un format numérique les a libérées de leur poids commercial. En effet les œuvres artistiques font tomber leurs barrières lorsqu'elles sont partagées gratuitement et le développement des nouvelles technologies ainsi que leur démocratisation accélère le processus. Cette démarche permet de faire de nous des hommes un peu plus libres, car le potentiel de développement du savoir dans sa globalité dépend avant tout du degré de liberté qui lui est alloué. La culture du libre n'a pas tué le commerce, elle nous apporte juste un soupçon d'éclectisme et des possibilités infinies. Un exemple, le nombre de concerts et la variété d'artistes n'a jamais été aussi conséquent.

Mais ce que cette diversité de la libre diffusion du savoir a fait c'est avant tout de permettre aux gens de réfléchir un peu plus par eux même. C'est précisément ce point que des gouvernements comme le notre ont en horreur, la liberté augmente via la sphère internet et dans un dernier recours HADOPI surgit pour contrer les voyous, à coup de millions d'euros pour karsheriser les aficionado du peer to peer qui est soit dit en passant le moyen d'échange le plus écolo.

Encore une fois la cupidité se tire dans le pied, pensant réduire le téléchargement ces gens là l'augmentent... Pourtant les consommations de billets de concert et de place de cinéma, bien que n'ayant jamais étés aussi chères, ont augmentées durant ces 20 dernières années. C'est bien la liberté qui leur fait peur, alors artiste réveille toi et dit non, vive la production indépendante et libre car de toute façons nous téléchargerons tes œuvres...

Indignez vous, révoltez vous de façon pacifique, faîtes circuler le savoir, de quelque façon que ce soit, sinon les cultures souffriront de la tempête du capital.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.