Christian Pellerin, du petit écolier au Roi de la Défense

Finalement, ce n'est pas très loin de Paris, dans ce très joli département qu'est l'Essonne, et plus précisément à Roinville-sous-Dourdan, que le tout dernier jour du mois de mai de l'année 1944, Christian Pellerin fait son entrée dans le monde. Son père, Bernard Pellerin, est lui aussi entrepreneur.  Petit garçon, c'est à l'école primaire de Saint-Jean de Passy, à Paris, dans les beaux et chics quartiers du XVI ème arrondissement, que Monsieur Pellerin débute alors ses études.

C'est sans doute à force de fréquenter assez assidûment le bureau de son père et de côtoyer ce dernier, qu'il finira par prendre très sérieusement et très profondément goût à tout ce qui touche à l'entrepreneuriat, et c'est une chose qu'il confirmera d'ailleurs en décidant de continuer ses études et en s'inscrivant à L'Ecole Supérieure des sciences économiques & sociales.  A cette époque, avec pour but de pouvoir financer lesdites études supérieures, il devient ainsi, et ce chaque week-end, un petit vendeur dans le domaine de l'immobilier et c'est très certainement à ce moment-là qu'il va alors acquérir toutes les bases bien solides qui vont finir par lui servir tout au long de sa future grande carrière.

Christian Pellerin - Intervention au Shangri-La Hotel, Paris - mai 2016 © Christian Pellerin

Christian Pellerin fait ses premiers grands pas

Une fois ses études terminées et son diplôme dans sa poche, il va décrocher alors un emploi dans l'entreprise Sofirex, une société ayant des activités et des missions très diversifiées et qui détient aussi de très nombreux clients, tant des grands comptes que des commerçants ou encore des petits artisans, une société dans laquelle Monsieur Pellerin va donc très vite apprendre justement à traiter avec toutes sortes de gens qui viennent de partout et de tous les milieux.  Il va alors monter, un à un, mais malgré tout très rapidement chacun des petits échelons du métier pour finir par arriver jusqu'à la direction générale de cette entreprise et ce juste avant qu'il ne décide de quitter ladite société, dans le courant de l'année 71, pour pouvoir aller fonder sa propre entreprise, le Consortium Général Immobilier. C'est dans le courant de l'année qui suivra, soit en 1972, qu'il va aussi fonder alors une deuxième entreprise, la Société d'administration et de réalisations d'investissements (que l'on appellera en abrégé SARI) et qu'il en deviendra le Président-Directeur-Général.  Dès 1975, il sera également le Président-Directeur-Général de l'entreprise Seeri, une société qu'il finira par faire fusionner avec sa toute première société, la SARI, le tout finira alors par former un très grand groupe de promotion immobilière.

Christian Pellerin sacré Roi de la Défense

Et donc, c'est avec et surtout aussi grâce à ce très grand groupe que C. Pellerin va ainsi pouvoir montrer et développer les très différents, et les très nombreux mais aussi les très multiples talents qu'il a dans le domaine de l'immobilier et il le fera si bien, qu'il finira ainsi par devenir quelqu'un de quasi incontournable dans les différents secteurs d'activités qui touchent au domaine de la construction ainsi que dans ceux de l'immobilier.  Et c'est ainsi, que peu à peu, on finira par lui décerner la couronne de Roi de la Défense, tout ceci sera permis grâce à la reconnaissance de ses innombrables constructions et de ses différents projets dans ce quartier parisien très célèbre pour ses centres et ses immeubles d'affaires. Dorénavant, toutes ses compétences étant connues et même reconnues, Monsieur Pellerin devient l'homme de la situation, quelqu'un d'incontournable pour les très nombreux et les très grands projets immobiliers qui se développent à cette époque à Paris intra-muros ainsi qu'en région parisienne mais aussi un peu partout en France avec notamment par exemple le fameux Carrousel du Louvre, un projet qui tenait tant au cœur du Président de la république de l'époque, Monsieur François Mitterrand, ou encore avec la Cité des Vins à Bordeaux ou même la rénovation des Docks marseillais.  C'est en effet en 1991 que Monsieur Pellerin avait complètement chamboulé la cité phocéenne en décidant de racheter les Docks d'Arenc et d'en faire alors un immeuble phare d'Euro Méditerranée un grand territoire alors inconnu à l'époque, sauf bien entendu des quelques initiés, C'est ainsi que grâce à cette réhabilitation, Christian Pellerin se prendra d'ailleurs alors d'une très grande affection pour la cité phocéenne et c'est aussi pourquoi Marseille tient d'ailleurs toujours une très grande place dans son cœur.

 © Defense-92.fr © Defense-92.fr

Christian Pellerin s’éparpille

Il va donc pouvoir finalement prouver qu'il connaît et sur le bout des doigts et plus que parfaitement, toutes les facettes des activités du secteur de l'immobilier ainsi que toutes les activités (et elles sont très nombreuses) qui sont ou peuvent être reliées à son domaine professionnel qui est la construction.  Son groupe va ainsi promouvoir tant des bureaux que des logements et il va également faire de la gestion de patrimoine tout en aménageant des zones ou encore des immeubles dits intelligents ou même des centres et des immeubles d'affaires.

Pellerin est tellement connu, reconnu et aussi réputé qu'il finira pas décrocher, et ce dans le courant de l'année 1988, la présidence d'un GEM. On peut donc dire, sans crainte de se tromper, que les années 80 sont des années plus que fabuleuses pour lui et qu'à cette époque, tout semble lui réussir.

Et on peut aussi dire que Christian porte, et plutôt très bien, en plus de sa couronne de Roi de la Défense, de très nombreuses casquettes, il sera ainsi Président de l'Immobilière de Paris, ainsi que du CNIT, et aussi de l'entreprise Lucia puis il deviendra Président-Directeur-Général de IED. Sachez que Christian Pellerin est aussi un touche-à-tout très éclectique et qu'il est passionné par de nombreuses choses aussi, puisque, dans le courant de l'année 1982, il va ainsi fonder une radio, Radio Classique, pour ne pas la nommer.  Il va aussi s'associer avec le Groupe Accor, le groupe hôtelier, afin qu'ensemble ils puissent ainsi développer ce qui deviendra les fameux Centres Atria pour les affaires.

Christian Pellerin prend sa retraite au Brésil

Depuis quelques années maintenant, C. Pellerin s'est retiré au Brésil.  Mais bon sang ne saurait mentir, et c'est là qu'il a développé, en 2015, le projet d'un petit hôtel plein de charme, et ce projet qui a pris vie dans le Nord-Est de ce très joli pays qu'est le Brésil.  Pour ce projet, il s'est alors associé à David Lara, l'homme d'affaires venu de la péninsule ibérique et qui est aussi celui qui a donné son nom à ce petit hôtel, le Lara. Cet hôtel a ainsi pour concept d'être un magasin ethnique chic et aussi d'être situé en plein centre d'un petit village où l'on vit de la pêche. Un cocktail détonnant…

la-soiree-d-inauguration-de-l-hotel-lara-a-prainha-5338111-1

Et pour finir, sachez qu'après avoir bâti de grands immeubles, après avoir géré de grosses sociétés, et après nous avoir fait don de ses goûts de mélomane, Monsieur Pellerin manie plutôt aussi très bien la plume, puisqu'en 2014, il finit par publier son autobiographie. Il y raconte bien entendu sa vie mais en détaillant beaucoup plus particulièrement toutes les années qu'il a passées à la Défense.  Son autobiographie a pour titre : "La Défense passe à l'attaque, itinéraire d'un bâtisseur", et vous pourrez, comme on le dit, vous la procurer dans toutes les bonnes librairies de France et de Navarre.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.