Mortaza Behboudi
Journaliste Franco-afghan
Pigiste Mediapart

41 Billets

0 Édition

Billet de blog 28 mai 2021

« Nous sommes les oubliés de l'Armée française en Afghanistan »

[Rediffusion] En mai, une trentaine d'anciens traducteurs de l'armée française avaient manifesté à Kaboul, demandant des visas pour eux et leur famille. « Le gouvernement français ne veut pas de nous. Les ambassades et les soldats étrangers vont quitter l'Afghanistan. Les talibans vont tuer tous ceux qui ont travaillé pour les forces étrangères. »

Mortaza Behboudi
Journaliste Franco-afghan
Pigiste Mediapart

« J'ai travaillé de 2005 à 2010 pour l'armée française à Kaboul et dans le district de Saroubi », Ahmad Sear Anwari, 38 ans. « Aujourd'hui, le gouvernement français ne veut pas de nous. Nous pensons à nos vies, à celles de nos femmes et de nos enfants: il ne fait pas de doute que les talibans vont tuer tous ceux qui ont travaillé pour les forces étrangères. »

Des médailles, des certificats et des contrats de travail, ces anciens interprètes de l'armée française vivent cachés depuis l'abandon par la France. 

L'Australie vient de fermer ce vendredi son ambassade en Afghanistan, après avoir fait part de ses craintes concernant la sécurité dans la capitale Kaboul lorsque le retrait en cours des troupes américaines sera achevé. Depuis la fin du Ramadan, les combats entre talibans et armée afghane ont repris, sans oublier les attentats sanglants imputés à un autre groupe, l’État islamique. Les talibans, une nouvelle fois sont aux portes de Kaboul et ces traducteurs se sentent abandonné par les autorités françaises.

<img class="media-center" title="" src="https://static.mediapart.fr/etmagine/default/files/2021/05/28/1d9a5837-2.jpg" alt="" width="942" height="413" data-asset="

© Mortaza Behboudi / 28 mai 2021

" data-mediapart-media-id="10453eeb-bfc6-11eb-b97b-000c29f3dae3" data-insert="options%5Blegend%5D=&options%5Bformat%5D=100&options%5Bfloat%5D=center&options%5Bhighlight%5D=0&options%5Bmax_width%5D=3547&options%5Buse_percent_width%5D=0&options%5Bwidth%5D=3547&options%5Bmax_height%5D=2163&options%5Buse_percent_height%5D=0&options%5Bheight%5D=2163" />

Les anciens traducteurs de l'armée française ne croient pas que les services de sécurité afghans parviendront à les protéger. La France elle, a donné sa réponse. Elle n’accordera le droit d’asile qu’a ceux qui travaillent ‘actuellement’ pour la France en Afghanistan. Les autres comme Ahmad Sear ne reçoivent même plus de réponse à leurs appels.

A Kaboul, le 28 mai 2021

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Aurélien Rousseau, l’autre caution de gauche de Matignon
Le nouveau directeur de cabinet d’Élisabeth Borne, Aurélien Rousseau, a été directement choisi par Emmanuel Macron. Sa réputation d’homme de dialogue, attentif aux inégalités, lui vaut de nombreux soutiens dans le monde politique. D’autres pointent sa responsabilité dans les fermetures de lits d’hôpitaux en Île-de-France ou dans le scandale du plomb sur le chantier de Notre-Dame.
par Ilyes Ramdani
Journal — Politique
Personnel et notes de frais : les dossiers de la députée macroniste Claire Pitollat
Dix-neuf collaborateurs en cinq ans, des accusations de harcèlement et des dépenses personnelles facturées à l’Assemblée : le mandat de la députée du sud de Marseille, candidate à sa réélection, n’a pas été sans accrocs. Notre partenaire Marsactu a mené l’enquête.
par Jean-Marie Leforestier et Violette Artaud (Marsactu)
Journal
Législatives : pour les femmes, ce n’est pas encore gagné
Plus respectueux des règles de parité que dans le passé, les partis politiques ne sont toujours pas à l’abri d’un biais de genre, surtout quand il s’agit de réellement partager le pouvoir. Nouvelle démonstration à l’occasion des élections législatives, qui auront lieu les 12 et 19 juin 2022.
par Mathilde Goanec
Journal
Orange : la journée des coups fourrés
Redoutant une assemblée générale plus problématique que prévu, la direction du groupe a fait pression sur l’actionnariat salarié pour qu’il revienne sur son refus de changement de statuts, afin de faire front commun pour imposer la présidence de Jacques Aschenbroich. Au mépris de toutes les règles de gouvernance et avec l’appui, comme chez Engie, de la CFDT.
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
par Fred Sochard
Billet de blog
Qui est vraiment Élisabeth Borne ?
Depuis sa nomination, Élisabeth Borne est célébrée par de nombreux commentateurs comme étant enfin le virage à gauche tant attendu d'Emmanuel Macron. Qu'elle se dise de gauche, on ne peut lui retirer, mais en la matière, les actes comptent plus que les mots. Mais son bilan dit tout le contraire de ce qu'on entend en ce moment sur les plateaux.
par François Malaussena
Billet de blog
De l'art de dire n'importe quoi en politique
Le problème le plus saisissant de notre démocratie, c’est que beaucoup de gens votent pour autre chose que leurs idées parce que tout est devenu tellement confus, tout n’est tellement plus qu’une question d’image et de communication, qu’il est bien difficile, de savoir vraiment pour quoi on vote. Il serait peut-être temps que ça change.
par Jonathan Cornillon
Billet de blog
Qu’est-ce qu’un premier ministre ?
Notre pays a donc désormais un premier ministre – ou, plutôt, une première ministre. La nomination d’E. Borne aux fonctions de premier ministre par E. Macron nous incite à une réflexion sur le rôle du premier ministre dans notre pays
par Bernard Lamizet