Mouais, le journal dubitatif
Journal dubitatif
Abonné·e de Mediapart

90 Billets

0 Édition

Billet de blog 12 janv. 2022

Une histoire d’éducation et de précarité

La galère du personnel pédagogique, c’est aussi à la fac. Cette année j’ai décidé, après un master, de continuer mes études en anthropologie. Sans financement pour la thèse, et sans vraiment le vouloir, ni avoir le temps d’y réfléchir, me voilà depuis 3 mois en première ligne face à aux lycéens et aux étudiants de l’université. Plongée dans le grand bain, sans formation pour former.

Mouais, le journal dubitatif
Journal dubitatif
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Lorsqu’on imagine l’université, c’est avec un brin de déférence face à une institution apparaissant d’abord comme prestigieuse et pas accessible à tous. Dans l’imaginaire collectif, être professeur à la fac c’est plutôt cool, classe et bien payé. Ils ne foutent pas grand-chose, passent leur temps à écrire seuls, peuvent éventuellement aller se pavaner dans quelques médias et parfois donner quelques cours. Mais ce cliché est en fait très éloigné de la réalité.

En vérité, il y a de moins en moins d’enseignants chercheurs, les postes sont réduits à peau de chagrin dans les différents départements, ainsi que ceux du personnel administratif, et les budgets sont de plus en plus ridicules. Cela entraîne une surcharge d’activité pour ceux qui restent et récupèrent la charge de travail des postes de titulaires supprimés. Dans le même temps, le nombre d’étudiants augmente. Pour pallier le manque de main d’œuvre, les administratifs sont embauchés en CDD et les enseignements en licence sont principalement assurés par des précaires doctorantes ou doctorants (souvent non financés) ou docteurs sans postes, non titulaires, ATER (attachés temporaires d’enseignement et de recherche) ou vacataires.

Le site de « l’université ouverte » nous donne les chiffres accablants concernant les baisses de recrutement : – 27% pour les chargé·es de recherche entre 2008 et 2016 , -36% pour les maîtres et maîtresses de conférences entre 2012 et 2018, – 40% pour les professeur·es des universités et des ingénieur·es de recherche -44% entre 2008 et 2016 (1). Concernant des universités qui courtisent le fameux « classement de Shanghai », ne trouve-t-on pas un certain paradoxe à vouloir « rayonner à l’international » dans ces conditions ?

Perdue entre boulots sous-payés et tâches non-payées

Concrètement, faire un doctorat non financé pour moi, cette année, revient à travailler gratuitement sur ma thèse, évidement avec des exigences qui restent toujours les mêmes, et en même temps cumuler deux boulots qui me demandent d’assurer des responsabilités importantes dans les institutions publiques de l’éducation : Éducation nationale, et Enseignement supérieur.

Je cumule deux emplois qui me font voguer d’un jour à l’autre entre les élèves du lycée professionnel auto, moto, électricité, et ceux de l’université avec les travaux dirigés (TD) d’ethnomusicologie. Mes semaines filent entre des préparations de cours, lectures de texte, corrections de copies. Au lycée, il s’agit de porter attention à la vie des élèves, entre ouvertures du portail, récréation, gestion des retards et absences, mais aussi des exclus de cours. Tout cela cumulé au travail de doctorante, qui m’astreint à la participation aux séminaires, à l’avancée de la thèse, à la pratique du terrain, ou encore à la rédaction d’un article, toujours non payé, cela va de soi. Ces enchaînements ont de quoi faire perdre un peu la tête, ils demandent aussi de s’adapter à chaque fois à des codes et usages sociaux différents, d’adopter des postures différentes suivant les différents métiers et moments de la journée ou de la semaine. 

Ces expériences sont toutes extrêmement enrichissantes et intéressantes, mais aussi difficiles, car je ne suis formée à aucun des deux métiers, hormis à celui d’élève. Pourtant ils sont complexes, et me conduisent à exercer des responsabilités, où je dois transmettre, apprendre des choses et accompagner des jeunes. J’ai vraiment envie d’éviter les erreurs. Mais ce n’est pas toujours évident sans outils, sans l’accompagnement nécessaire. Parfois je me sens un peu démunie dans ce rôle, dans la mesure où je me considère tout aussi jeune et en formation qu’eux.

Privilégiée parmi les précaires

Être vacataire c’est donc donner des cours avec un contrat cours ne donnant aucun droit social (chômage, retraite, congé maladie, congé maternité, congés payés). J’ai bientôt fini les TD du premier semestre et je n’ai toujours pas signé de contrat. Nous sommes payés en dessous du smic, et acceptons également de recevoir cet argent des mois plus tard : « Les retards de paiement fluctuent entre une journée et 1440 jours (soit plus de 3 ans et 11 mois) après la fin du service, avec une médiane à 241 jours (8 mois), d’après le Ministère de l’Enseignement Supérieur de la Recherche et de l’Innovation (enquête sur les délais de paiement des vacataires dans 48 établissements, 6 février 2017) » (2).

Doctorante, avec deux boulots, mes parents doivent encore m’aider financièrement. Et je me considère encore comme chanceuse et privilégiée dans cette situation. Je gagne un smic à mi-temps en tant qu’AED, et attends de recevoir un jour l’argent de la fac pour les TD, et peut-être obtenir un financement pour ma recherche doctorale.

Et si on arrêtait tous de travailler gratuitement pour la fac ? L’institution fonctionne sur le dévouement des doctorants, qui ne peuvent dire non aux propositions d’enseignements et autres travaux non rémunérés, s’ils veulent pouvoir avancer, obtenir leur diplôme, puis, une fois le diplôme obtenu, pouvoir être un jour titulaires. Cette forme de chantage a un pouvoir démesuré, et on s’y engouffre, plutôt conscients pourtant. Masos dans un monde de masos ? Vie de cumuls et d’enchaînements jusqu’à l’absurde. Jeune femme blanche issue de la « classe moyenne », je peux maintenant dire : je suis diplômée à bac+5, je travaille plus de 35h par semaine, et pourtant je suis précaire, mais privilégiée parmi les précaires. Est-ce normal ? Est-ce acceptable ? Surtout quand il s’agit de travailler pour l’éducation publique de nos enfants, de nos étudiants….

Par La Grande Timonière.

ABONNEZ-VOUS ! Notre mensuel de 24 pages couleurs, Mouais, dont cet article est extrait (n°23), fourmille de précaires qui font de manière bénévole leur travail de journaliste ; pour que cette presse libre ancrée en-bas-à-gauche existe, il faut la soutenir, et pour cela la meilleure solution, c’est l’abonnement (30 euros par an en ce qui nous concerne).

Notes de bas de page :

1 et 2 : Chiffres et données récupérées sur le site « Université Ouverte » : https://universiteouverte.org/2020/02/10/la-precarite-dans-lenseignement-et-la-recherche/

Un article sur la possibilité "d'importer" la pédagogie Freinet à l'université : https://aggiornamento.hypotheses.org/4461

Pour échapper à tout ça, et si on rejetait un oeil à Freinet ? - sculpture murale par des enfants de l'école Freinet, Vence, 1975

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Borne et l'écologie : un certain savoir-rien-faire
La première ministre tout juste nommée a exercé depuis huit ans de nombreuses responsabilités en lien direct avec l’écologie. Mais son bilan est bien maigre : elle a soit exécuté les volontés de l’Élysée, soit directement contribué à des arbitrages problématiques.
par Mickaël Correia et Jade Lindgaard
Journal
Zemmour et Pétain : une relaxe qui interroge, des motivations qui choquent
La relaxe d’Éric Zemmour pour ses propos sur un prétendu « sauvetage » des juifs français par Pétain a suscité de vives réactions. Les historiens que nous avons interrogés ne sont pas tant choqués par la relaxe - la loi Gayssot ne peut couvrir l'ensemble des allégations mensongères sur la seconde guerre mondiale - que par les motivations de l’arrêt. Explications.
par Lucie Delaporte et Fabien Escalona
Journal — Entreprises
Un scandale financier luxembourgeois menace Orpea
Mediapart et Investigate Europe révèlent l’existence d’une structure parallèle à Orpea, basée au Luxembourg, qui a accumulé 92 millions d’actifs et mené des opérations financières douteuses. Le géant français des Ehpad a porté plainte pour « abus de biens sociaux ».
par Yann Philippin, Leïla Miñano, Maxence Peigné et Lorenzo Buzzoni (Investigate Europe)
Journal — Exécutif
Macron, la gauche Majax
Pour la majorité présidentielle et certains commentateurs zélés, Emmanuel Macron a adressé un « signal à la gauche » en nommant Élisabeth Borne à Matignon. Un tour de passe-passe qui prêterait à sourire s’il ne révélait pas la décomposition du champ politique orchestrée par le chef de l’État.
par Ellen Salvi

La sélection du Club

Billet de blog
Entretien avec Ava Cahen, déléguée générale de la Semaine de la Critique
La 61e édition de la Semaine de la Critique se déroule au sein du festival de Cannes du 18 au 26 mai 2022. La sélection qui met en avant les premiers et seconds longs métrages, est portée pour la première fois cette année par sa nouvelle déléguée générale Ava Cahen qui défend l'amour du cinéma dans sa diversité, sa réjouissante monstruosité, ses émotions et son humanité.
par Cédric Lépine
Billet de blog
Quand le Festival de Cannes essaie de taper fort
La Russie vient de larguer 12 missiles sur ma ville natale de Krementchouk, dans la région de Poltava en Ukraine. Chez moi, à Paris, je me prépare à aller à mon 10e Festival de Cannes. Je me pose beaucoup de questions en ce mois de mai. Je me dis que le plus grand festival du monde tape fort mais complètement à côté.
par La nouvelle voix
Billet de blog
images écrans / images fenêtres
Je ne sais pas par où prendre mon film.
par Naruna Kaplan de Macedo
Billet de blog
Le générique ne prédit pas la fin
Que se passe-t-il lorsque le film prend fin, que les lumières de la salle de cinéma se rallument et qu’après la séance, les spectatrices et spectateurs rentrent chez eux ? Le film est-il vraiment terminé ? Le cinéma vous appartient. Le générique ne prédit pas la fin. Il annonce le début d’une discussion citoyenne nécessaire. Prenez la parole, puisqu’elle est à vous.
par MELANIE SIMON-FRANZA