Mouais, le journal dubitatif
Journal dubitatif
Abonné·e de Mediapart

66 Billets

0 Édition

Billet de blog 27 nov. 2020

Une colère de papier ?

Ils sont pas contents les journalistes ! La loi Sécurité Globale, z'aiment pas, ils disent que ça les empêchera de bosser tranquillou. Alors ils signent des pétitions, ils vont dans la rue, écrivent des tribunes et nous demandent de les soutenir, comme quoi la démocratie est en danger tout ça. Mais on se demande un peu : ils étaient où, avant ?

Mouais, le journal dubitatif
Journal dubitatif
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La loi de 1881 sur la liberté de la presse est menacée, alors ils se fâchent tout rouge. Ils, c'est l'AFP, BFM TV, Le Canard Enchaîné, Charlie hebdo, C News, Courrier International, Europe1, France Télévisions, HuffPost, La Croix, La Croix hebdo, La Vie, LCI, Le JDD, Les Echos, L'Express, Le Figaro, Le Figaro Magazine, Le Pélerin, Le Point, Le Monde, Le Parisien/Aujourd'hui en France, Libération, L'Obs, M6, Marianne, Mediapart, Paris Match, Politis, Télérama, Radio France, RMC, RTL, Slate, TF1, 20 Minutes... et même Nice-Matin !

Ouais, j'me suis dit la même chose que vous, parmi ces journaux, y en a plein qui ont plus ou moins explicitement appelé à voter Macron, et le soutiennent depuis, y en a même qui penchent un tantinet à l'extrême-droite. Et y en a qui ont enfoncé les mouvements sociaux, des Nuit Debout aux Gilets Jaunes, des citoyens qui alertaient sur l'autoritarisme libéral de ce gouvernement. Bon, qu'on frappe des infirmières, qu'on éborgne des manifestants, qu'on leur arrache des mains, qu'on violente et tue des personnes interpellées, qu'on sur-arme les flics... ça n'avait pas l'air de trop les émouvoir les journalistes. Que des syndicats policiers lepenistes assiègent une chaîne de télé ou les bureaux d'un mouvement politique, ça passait aussi. Et tant qu'on y est, les perquisitions chez les députés de la France Insoumise, sur dénonciation d'une c******* du Front National, c'était pas si grave, hein, pour les défenseurs de la démocratie.

Ah moi je les soutiens, bien sûr, je signe leurs tribunes s'ils le veulent, leurs pétitions et lettres ouvertes, je peux aller dans la rue avec eux, gueuler les mêmes slogans. Mais j'ai quand même un p'tit goût d'amertume au fond du gosier. Du genre mais-qu'est-ce-que-vous-foutiez. Et une envie de leur demander ce qu'est pour eux la Démocratie.

Oh je sais, faut pas dire LES journalistes, et puis ils ont quand même parlé des dérives macronistes, un peu, entre trois publicités et des portraits lénifiants, entre du racolage raciste souvent sur le burkini et le voile, du racolage confusionniste sur la laïcité, du racolage financier avec les événements et publireportages, du racolage simpliste et du ra-copiage/collage. Ouais, y en a des supers qui font carrément bien leur boulot. Mais en nombre, en poids, en criées et sons d'alertes, ben ils étaient peu à nous défendre, nous les militants, les zadistes, les manifestants, les résistants, les défenseurs des libertés fondamentales, nous les organisations et citoyens gueulards, nous les empêchés de vivre, les poursuivis en justice, les gardés à vue, les mutilés et les morts.

Alors aujourd'hui, ils disent haut et fort « nous n'accréditerons pas nos journalistes pour couvrir les manifestations », nous ne demanderons pas la permission au préfet, on fait ce qu'on veut sur la place publique, et puis c'est pas normal de donner le pouvoir au policier d'interpeller comme bon lui semble, et puis c'est pas bien de nous frapper avec une matraque, et puis c'est notre boulot d'informer. Ah mais bingo Jojo ! Oui, c'est putain ton boulot d'informer, yepaaaa, un p'tit effort et tu retrouveras même ton p'tit bouquin de déontologie ! « Nous ne nous tairons pas », putain j'adore, mais en fait ce n'est pas votre petite voix aigrelette et identique d'un bout à l'autre du pays qui me manque, c'est plutôt la voix des sans-voix, celle du peuple, qui reste souvent absente de vos dossiers et de vos Unes. L’uniformité sociale et culturelle des journalistes, et l’absence de diversité, on en parle ou bien ? On en parle de vos parents CSP+ qui ont raqué pour votre école de journalisme, de l'entre-soi, de vos « réseaux », de votre appartenance majoritaire à l'idéologie libérale ?

Va falloir que vous sortiez un peu le nez, faut renifler hors de vos terriers, même si ça sent la rue ou le roussi, la rose pourrie ou le poisson flétri, même si ça sent le peuple. Bah, vous êtes tout colère, nous aussi, on peut déjà se retrouver là-dessus.

On vous attend !

Un texte de Bob

Abonnez-vous à Mouais si le cœur vous en dit :

https://www.helloasso.com/associations/association-pour-la-reconnaissance-des-medias-alternatifs-arma/paiements/abonnement-mouais

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — Violences sexuelles

À la Une de Mediapart

Journal — International
Pourquoi le Kremlin veut en finir avec Memorial
L’historien Nicolas Werth explique les enjeux de la possible dissolution, par la justice russe, de l’ONG Memorial. Celle-ci se consacre à documenter les crimes de la période soviétique, mettant ainsi des bâtons dans les roues du roman national poutinien.
par Antoine Perraud
Journal — Économie
Leroy Merlin, des bénéfices records et des salariés en lutte pour 80 euros
Depuis le 17 novembre, une cinquantaine de salariés de Leroy Merlin bloquent l’entrepôt de Valence, dans le cadre d’une grève inédite sur plusieurs sites de l’enseigne de bricolage. Salariés des magasins et des entrepôts réclament des augmentations et un meilleur partage des bénéfices.
par Khedidja Zerouali
Journal — France
Gauches : comment reprendre la main pour 2022 ?
Échaudées par les tentatives ratées de « triangulation » dans leurs propres rangs, et encouragées par l’actualité, les gauches recentrent leur discours sur le social. Mais se faire entendre reste une gageure dans un paysage médiatico-politique saturé par les thématiques identitaires.
par Mathilde Goanec et Pauline Graulle
Journal — France
Présidentielle : cette deuxième ligne qui prépare l’après
« Refondation », « Front populaire écologique », « Bloc arc-en-ciel »… Au sein des partis de gauche, des personnalités s’activent pour éviter les logiques de division présidentielle. Pour elles, la reconstruction de la gauche commence maintenant, pour ne pas disparaître. 
par Mathieu Dejean

La sélection du Club

Billet de blog
« Atlantique », un film de Mati Diop
Des jeunes ouvriers au Sénégal ne sont pas payés depuis plusieurs mois rêvent de partir pour l’Europe au risque de leur vie. Ada, amoureuse de l’un de ces hommes, est promise à un riche mariage contre son gré. Les esprits auront-ils raison de ces injustices ?
par Cédric Lépine
Billet de blog
Avec le poids des morts
« Chaque famille, en Côte d'Ivoire, par exemple, est touchée. Tu vois le désastre, dans la mienne ? On assiste à une tragédie impensable ». C. témoigne : après un frère perdu en Libye, un neveu disparu en mer, il est allé reconnaître le corps de sa belle-sœur, dont le bateau a fait naufrage le 17 juin 2021 aux abords de Lanzarote, à Orzola.
par marie cosnay
Billet de blog
« Ailleurs, partout » : d’autres images des migrations
« Ailleurs, partout », d’Isabelle Ingold & Vivianne Perelmuter, sort le 1er décembre. Le documentaire offre une passionnante réflexion sur les paradoxes de la géographie contemporaine, entre fausse ubiquité du cyberespace et vrais obstacles aux migrations. Rencontre avec les deux réalisatrices. (Entretien avec Nashidil Rouiaï & Manouk Borzakian)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
« L’Héroïque Lande - La Frontière brûle » : des vies électriques
[Archive] «L'Héroïque Lande. La Frontière brûle», réalisé par Elisabeth Perceval et Nicolas Klotz, renverse les attendus d'un film «sur» La Jungle de Calais, pour sonder les puissances politiques et sensibles du cinéma, avec des images qui s'imaginent depuis une Zone et avec ses fugitifs.
par Robert Bonamy