Le ministère des Armées commande 300 micro-drones à la société Parrot

Au mois de janvier 2021, la Direction générale de l’armement a commandé 300 micro-drones ANAFI USA à la société française Parrot. Ils équiperont les trois armées françaises et seront utilisés pour des missions de renseignement et de reconnaissance. Les premières livraisons sont attendues pour le mois de juin.

La société Parrot, leader de l’industrie du drone en Europe

Créée en 1994 par Henri Seydoux et Jean-Pierre Talvard, la société Parrot est le numéro 1 de l’industrie européenne du drone. Elle conçoit des drones dédiés à des usages professionnels comme les opérations militaires, de police ou de secourisme, mais aussi l’inspection de lignes électriques, de panneaux solaires ou encore de tours de télécommunication.

En 2016, la société a lancé sa filiale Parrot Air Support pour proposer divers services grâce à l’utilisation de drones, aux professionnels de la gestion de patrimoine immobilier et ceux de la construction et des infrastructures.

En janvier 2021, la société Parrot a reçu une commande de 300 micro-drones ANAFI USA par la Direction générale de l’armement pour équiper les armées françaises de l’Air, de Terre et la Marine nationale. Cette commande s’inscrit dans le cadre d’un appel d’offres lancé en février 2019.

Parrot a signé un contrat d’une durée de 5 ans avec la DGA. Plusieurs centaines de drones seront livrées, ainsi que des équipements complémentaires. Le contrat prévoit aussi la formation par la société des pilotes référents, et le développement, si nécessaire, d’adaptations.

La DGA prévoit, au terme de ces 5 années, la répartition suivante des micro-drones entre les 3 armées françaises : 60 % pour l’armée de Terre, 28 % pour la Marine nationale et 12 % pour l’armée de l’Air.

Des micro-drones puissants et sécurisés

Le modèle ANAFI USA a été conçu à l’origine pour les opérations de secourisme, mais aussi pour les missions de surveillance et d’inspection. Il possède les mêmes capacités que le drone Short-Range Reconnaissance, conçu par la société Parrot pour équiper l’armée américaine.

Performance et simplicité d’utilisation

« Ses principaux atouts sont une utilisation simple, grâce à une ergonomie très aboutie, et sa rapidité de mise en œuvre, autour dune minute », explique Guillaume Jean, ingénieur et directeur d’essai à la DGA du Cher dans un reportage diffusé sur TF1.

Le drone doit en effet pouvoir être déployé très rapidement. Défi relevé haut la main par Parrot, car il faut à ce modèle moins de 55 secondes pour être déplié, allumé, relié à une radio sécurisée et pour pouvoir décoller.

Il pèse seulement 499 grammes, et peut voler pendant 32 minutes, voire jusqu’à 1 h 30 lorsqu’il est équipé de ses 3 batteries, ce qui l’alourdit légèrement sans pour autant lui faire dépasser le poids d’1 kg.

Choisi par le ministère des Armées pour des missions de reconnaissance et de renseignement, il doit impérativement être silencieux pour ne pas être repéré. Là encore, il remplit les critères et son niveau sonore n’est que de 79 décibels lorsqu’il vole à 50 cm du sol. Il n’est pas audible au-delà de 130 mètres.

Le mini-drone ANAFI USA est équipé de 3 caméras : une caméra thermique et deux caméras 4K. Son zoom 32x lui permet de repérer une présence humaine à 2 km de distance.

La cybersécurité, élément incontournable

La Direction générale des armées impose des normes très exigeantes en termes de cybersécurité. La liaison, les données et le firmware sont sécurisés selon ces normes, et le logiciel du drone ANAFI USA est protégé des tentatives de piratage par une signature numérique.

« Les données restent la propriété de lutilisateur, et on offre la possibilité à lutilisateur de protéger ses données, que ce soit dans le système de communication, qui est sécurisé, entre la télécommande et le drone, ou les données qui sont stockées sur le drone avec le meilleur niveau de chiffrement et la meilleure protection possible », explique Victor Vuillard, responsable sécurité Parrot.

Les données ne sont enregistrées qu’une fois le micro-drone au sol. Il est alors possible de les extraire et de les analyser grâce à une connexion physique. Il dispose d’une connexion WPA2 sécurisée.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.