Piqûre de mémoire

Vaccin de la mémoire. Certains devraient être inscrits sur liste prioritaire pour une piqûre de rappel. Leur cas est plus qu’urgent. Celles et ceux qui ont de plus en plus tendance à perdre la mémoire. Ou à vouloir la manipuler pour parvenir à leurs fins. Sans le moindre scrupule. Comme les manifestants exhibant une étoile jaune « Sans vaccin ».

Juliette Greco - C'était un train de nuit © mikado05545

            

               Vaccin de la mémoire. Certains devraient être inscrits sur liste prioritaire pour une piqûre de rappel. Leur cas est plus qu’urgent. Celles et ceux qui ont de plus en plus tendance à perdre la mémoire. Ou à vouloir la manipuler pour parvenir à leurs fins. Sans le moindre scrupule. Comme cette manifestante qui défilait en exhibant une étoile jaune « Sans vaccin ». Sûrement que d'autres dans la manif ont le même genre d'arguments. Souvent, on reproche aux parents des quartiers populaires de laisser dériver leurs enfants. Ce qui doit-être vrai dans certains cas. Mais qui va reprocher aux parents de ces anti-vaccins arborant une étoile jaune d’avoir raté une étape dans l’éducation de leur fille ou fils. Notamment sur le plan historique. Sinon ils ne feraient pas ce genre de comparaison. Le vaccin anti-covid plus nocif que le zyklon B ? Ignorance crasse de l'histoire de leur pays ou haine antisémite profonde ? Parfois les deux. Et fort actifs sur le terrain de notre jeune siècle.

      Être pour ou contre le vaccin ? Chacune et chacun libre de son opinion. Pour ma part, je suis prêt à me faire vacciner. Qu’est-ce qui motive la majorité des pro-vaccins ? Sauver leur peau et celle des autres. Une motivation qui me paraît vitale à tous les sens du terme. Mais ce n’est que mon point de vue. Et nulle intention de pratiquer l’un des sports les plus en vogue en ce moment sur les réseaux sociaux et ailleurs : transformer son opinion en vérité pour l’asséner aux autres et au monde entier. Persuadé d’être l'unique dépositaire de la bonne pensée. Avec le plus souvent un irrépressible mépris pour l'individu en désaccord ou ayant émis un doute. Personne, ni vous ni moi, n’est à l’abri de ce genre de pratique. Les anti-vaccins ont donc aussi tout à fait le droit d’exprimer leur point de vue. Sans pour autant sombrer dans l’abject. Comme faire un parallèle entre la pandémie et l’holocauste.

       Arrêtez-vous un instant chère manifestante. Oui, vous avec l’étoile jaune « Sans vaccin » à la main. Ce ne sera pas très long. Vous pourrez reprendre le cours de votre manifestation. Juste un instant d’attention. Merci d’avoir accepté. Vous voyez l’immeuble en face de vous ? Le 15 de l’avenue. Que vous inspire-t-il ? Vous répondez que c’est un immeuble banal. Sans aucune particularité. Et que vous n'avez pas de temps à perdre. Un combat important à mener avec d’autres militants anti-vaccin. Encore une petite seconde, s’il vous plaît. C’est en effet une façade semblable à tant d’autres. Mais levez au moins les yeux jusqu’au troisième étage. Merci. Vous ne voyez qu’une vieille femme avec les yeux dans le vague. C’est exact. Une vieille dame profitant du petit rayon de soleil. Certes pas la seule dans son cas. Mais zoomez plus sur elle. Que voyez-vous ? Un visage très ridé. Descendez légèrement. Encore un peu. Plus sur la droite. On y est ?  Et là que voyez-vous ?

       Quelques chiffres tatoués sur un poignet. Le numéro matricule d'une femme raflée avec ses parents et ses deux frères en 1942. Une rafle opérée sur l’avenue où vous manifestez. Elle aussi portait une étoile jaune. La seule de sa famille à être revenue des camps de la mort. Elle est allée se faire vacciner la semaine dernière. Une femme qui tient à la vie. Cette existence qu’elle a failli perdre à cause aussi de gens comme vous. Des individus sans mémoire ni empathie. Porteurs d’un virus très dangereux. Autrement plus inquiétant que celui actuel.

      Le virus de l’oubli.

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.