Présumé-e sincère ?

Couchée étoile et réveillée starceleur. Pas une semaine sans une accusation de viol et de harcèlement contre un people. Nombre d'accusés opèrent dans le cinéma ou sur le petit écran. Des plaintes ricochant à la vitesse du web de page FB en tweets. Ces femmes ont raison de dénoncer une telle violence. Des actes trop longtemps passés sous silence. Et très rarement condamnés.

 

      Couchée étoile et réveillée starceleur. Pas une semaine sans une accusation de viol et de harcèlement contre un people. Nombre d'accusés opèrent dans le cinéma ou sur le petit écran. Des plaintes ricochant à la vitesse du web de page FB en tweet. Si la justice allait aussi vite que le numérique, la société s’en porterait nettement mieux. Ces femmes, victimes d'hommes de pouvoir,  ont raison de dénoncer une telle violence. Des actes trop longtemps passés sous silence.  Et très rarement condamnés. Le cocotier des puissants, avec le cerveau entre les jambes, enfin secoué. Gros plan sur l’impunité du pouvoir, du fric et des paillettes. Désormais nombre de grands fauves cathodiques tourneront sept fois leurs mains dans la poche avant de la poser sur une fesse non consentante. Aujourd’hui, on ne peut pas dire qu’on ne savait pas. Les femmes témoignent. Des langues se délient. Permettant à l’opinion publique de pouvoir se mettre dans la peau de ces femmes victimes de prédateurs. Être dans l’empathie avec les victimes. Ressentir, ne serait-ce qu’un instant, l’horreur vécue par les harcelées et violées. Violence, humiliation, sentiment de honte… Avec en plus la double peine du silence. Clap de fin de l'impunité.

    Restons dans l’empathie. Et imaginons une star accusée à tort. Se mettre à la place d’un people découvrant au petit déjeuner qu’il est accusé de viol. Et déjà condamné par des milliers d’internautes. Grand moment de solitude. Que faire ? Certes plus facile de réagir quand on est une star que le présumé coupable lambda. Un texto à son avocat et la défense est aussitôt lancée. Mais la salissure reste. Comment regarder son compagnon ou sa compagne sans lire un doute au fond de ses yeux ? Pareil pour ses gosses. Papa est-il un violeur ? Plus rien ne sera comme avant. Pas de fumée sans feu, penseront certains. Même si l’incendie finit par être circonscrit et l’innocence de l’accusé prouvée. Jamais de prescription pour le doute.

     Pourquoi tu défends ces gros salauds ? Encore une tribune pour noyer le juste combat des femmes contre les prédateurs sexuels. Sûrement que je vais me prendre quelques « scuds numériques». Du côté des gentils ou des méchants. Choisis ton camp camarade. Pas pour moi égale contre moi. Normal de se faire dézinguer quand on joue à l’avocat du diable. En l’occurrence Gérard Depardieu. Un acteur qui, tour à tour, me gonfle et m’émeut. Je ne suis pas le seul à le détester et l’apprécier. Coupable de ce dont il est accusé ? Je n’en sais rien. Qui suis-je pour juger un homme ? La plaignante réellement victime ou affabulatrice ? Je n’en sais rien. Qui suis-je pour juger une femme ? Laissons les professionnels de la profession faire leur boulot. Chercher la vérité.  Rendre la justice du mieux possible. Après avoir écouté les deux parties. Parole de fer contre parole de terre ?

      En réalité, tout ça ne devrait pas être dévoilée sur la place publique. Ni générer de commérage 2.0 comme ce billet. Et si nous arrêtions tous de fouiller la vie (surtout les poubelles) des autres ? Que ce soit une star ou son voisin de quartier vivant différemment de soi. Pas demain la veille que cessera le voyeurisme. L’art, la politique, la presse, etc, s’en nourrissent au quotidien. Rien de nouveau derrière nos fenêtres et écrans de simples mortels bourrés de contradictions. En tout cas, la plaignante et l'accusé ont un point en commun. Comme chaque individu. A part peut-être les menteurs multirécidivistes.

     Tous deux présumés sincères.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.