Mouloud Akkouche
Auteur de romans, nouvelles, pièces radiophoniques, animateur d'ateliers d'écriture...
Abonné·e de Mediapart

1117 Billets

0 Édition

Billet de blog 5 juil. 2022

Demain est un autre

Chaque matin se lève la beauté. Il n'en perd pas une seule miette. Comme aujourd'hui assistant au réveil à un grand spectacle. La chorégraphie de deux rapaces au-dessus du parc. Ils planent en cercle dans l'air matinal de juillet. Sans se douter du grand cadeau qu'ils offrent à un homme. Assis dans un fauteuil devant une baie vitrée. Le regard d'un enfant dans un corps vieilli en accéléré.

Mouloud Akkouche
Auteur de romans, nouvelles, pièces radiophoniques, animateur d'ateliers d'écriture...
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

               Chaque matin se lève la beauté. Il n'en perd pas une seule miette. Tous les jours à en profiter. Comme aujourd'hui assistant au réveil à un grand spectacle. Il se sent dans la peau d'un spectateur privilégié. Aimanté par la chorégraphie de deux rapaces au-dessus du parc. Ils planent en cercle dans l'air matinal de juillet. Sans se douter du grand cadeau qu'ils offrent à un homme. Assis dans un fauteuil confortable devant une baie vitrée. Il les suit des yeux. Le regard d'un enfant dans un corps vieilli en accéléré.

        Toute la journée va se dérouler de la même façon. Elle sera unique. Nouveau territoire à explorer. Avec l'attention d'un homme conscient de la présence permanente de la beauté. Discrète ou incontournable. Sans oublier pour autant que la boue traîne toujours dans les parages, prête à submerger l'élégance et le subtil. Quand le pire de l'humain bruyant et arrogant se met à déborder. Avec ses vagues d'egoq et de nombrils polluant tout sur leur passage. Aux antipodes d'un lever de soleil, sans bruit ni suffisance.

         Sa manière de vivre et de penser a changé. Un changement radical.  Il a décidé de ne plus se laisser engluer par la boue et son bruit. Préférant se concentrer sur la joie et les attraits de l'instant. Honorer les horizons en pointillés trop longtemps négligés par lui. Désormais, il pose son regard sur le monde comme dans un pot de miel. Capable de goûter la douceur sucrée des jours et des nuits.  Aujourd'hui est unique. Demain aussi.

          Depuis ses insomnies, il a compris que la beauté ne se réveille pas. Elle prend le relais. Un duo vieux comme le monde et frais comme une aube. L'un de jour, l'autre de nuit. Chacun des deux portant des vêtements différents. La nuit vient de choisir les étoiles dans sa garde-robe. Pour un deuxième spectacle. Son regard passe de l'une à l'autre. Un voyage lumineux toujours à bord du même fauteuil. Jamais lui, le couche-tôt, aurait pu penser que la nuit pouvait tant lui offrir. Prêt à déguster les variations de l'obscurité. Le silence l'observe de l'autre côté de la vitre. Il lui ouvre.

           Toute seconde est plus importante que la précédente et la suivante. Sa nouvelle devise. Il ne veut plus gâcher, perdre son temps en vaines polémiques, ou se concentrer sur tous les leurres proposés en vitrine. Nullement obligé de vouloir acheter tout ce qui s'y trouve, à portée d'yeux et de mains. Ni contraint de chercher à vivre toutes les vies vendues comme les meilleures. Ne pas posséder la dernière tablette ou bagnole, et l'histoire en option qui va avec, n'est pas mortelle. Son énergie est destinée désormais entièrement à l'essentiel. Même ce qui paraît futile et ne peut se graver sur écran ou papier. D'où lui est venu la volonté d'être l'instant ?

           La bascule de son histoire une nuit zébrée d'éclairs d'orage. Il rentrait chez lui. La tête chargée d'un différend avec son jeune frère. Ne supportant pas qu'il soit privilégié sur lui pour le futur héritage. Son frère aurait plus de terre que lui. Ça ne passait pas du tout. L'impression d'avoir toujours été le dindon de la farce familiale. Son esprit sans doute encore dans la toile de leur conflit quand sa moto a dérapé. Sorti de route un soir d'été. Et du coma en automne.

        Bientôt un an passé dans ce centre de rééducation. Pour que son corps retrouve le plus possible de gestes perdus. Il ne cesse de travailler à se reconstruire. " À un tel rythme de progression, vous rentrez chez vous dans quelques semaines. " Il remarche sans déambulateur. De plus en plus souvent seul dans les allées du parc. Solitude debout.

       Revenu chez lui, il sait que tout ne reviendra pas comme avant. Sans doute perdureront certains troubles. Notamment sous le crâne où la mémoire tâtonne encore. Mais il a aussi une certitude rassurante. Profondément ancrée en lui. Jamais plus, il ne remarchera au pas. Le pas des leurres. Désormais un être au rythme des beautés passagères.

       Ses cadeaux du quotidien.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Des titres de séjour suspendus aux « principes de la République » 
Le ministre de l’intérieur veut priver de titre de séjour les personnes étrangères qui manifestent un « rejet des principes de la République ». Cette mesure, déjà intégrée à la loi « séparatisme » de 2021 mais déclarée inconstitutionnelle, resurgit dans le texte qui doit être examiné d’ici la fin de l’année. 
par Camille Polloni
Journal
Le gouvernement rate l’épreuve du feu
Le début du second quinquennat Macron n’aura même pas fait illusion sur ses intentions écologiques. Depuis le début de cet été catastrophique – canicules, feux, sécheresse –, les ministres s’en tiennent à des déclarations superficielles, évitant de s’attaquer aux causes premières des dérèglements climatiques et de l’assèchement des sols.
par Mickaël Correia et Amélie Poinssot
Journal — Conjoncture
Le nouveau plein emploi n’est pas le paradis des travailleurs
De l’emploi, mais des revenus en berne et une activité au ralenti. La situation est complexe. Pour essayer de la comprendre, Mediapart propose une série de deux articles. Aujourd’hui : pourquoi le nouveau plein emploi ne renforce pas la position des salariés.
par Romaric Godin
Journal — Fiscalité
Quand le Sénat américain ignore la grammaire des affaires
Impôt minimal pour les multinationales, taxe sur les rachats d’actions, contreparties aux aides d’État… même si le plan climat et le plan pour la lutte contre l’inflation adoptés par le Sénat américain ne sont pas aussi ambitieux qu’espéré, ils ouvrent des brèches dans des dogmes acceptés depuis des décennies.
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
33e Festival de Fameck - Mounia Meddour, Présidente du jury et l'Algérie, pays invité
L’édition 2022 du Festival du Film Arabe de Fameck - Val de Fensch (qui se tiendra du 6 au 16 octobre) proposera sur onze jours une programmation de 30 films. La manifestation mettra à l’honneur l’Algérie comme pays invité. Le jury longs-métrages du festival sera présidé par la cinéaste Mounia Meddour.
par Festival du Film Arabe de Fameck
Billet de blog
« As Bestas » (2022) de Rodrigo Sorogoyen
Au-delà de l’histoire singulière qui se trouve ici livrée, le réalisateur espagnol permet une nouvelle fois de mesurer combien « perseverare » est, non pas « diabolicum », comme l’affirme le dicton, mais « humanissimum ». Et combien cette « persévérance » est grande, car digne de l’obstination des « bêtes », et élevant l’Homme au rang des Titans.
par Acanthe
Billet de blog
DragRace France : une autre télévision est possible ?
Ce billet, co-écrit avec Mathis Aubert Brielle, est une critique politique de l'émission DragRace France. Il présente la façon dont cette émission s'approprie les codes de la téléréalité pour s'éloigner du genre en matière de contenu et de vision du monde promue.
par Antoine SallesPapou
Billet de blog
« Les Crimes du futur » de David Cronenberg : faut-il digérer l'avenir ?
Voici mes réflexions sur le dernier film de David Cronenberg dont l'ambition anthropologique prend des allures introspectives. Le cinéaste rejoint ici la démarche de Friedrich Nietzsche qui confesse, dans sa "généalogie de la morale", une part de cécité : "Nous, chercheurs de la connaissance, nous sommes pour nous-mêmes des inconnus, pour la bonne raison que nous ne nous sommes jamais cherchés…"
par marianneacqua