Au rez-d’égo

Où trouver son troisième poumon ? Quand on étouffe dans son histoire. Ou tout simplement effaré de l’époque. Certains le trouvent avec l’humour. Tout passer au tamis de la dérision. Ne pas éclabousser les autres de sa douleur. L’humour ne protège qu’un temps. Quasiment impossible d’être imperméable à la boue du quotidien.

 

 © Marianne A © Marianne A

 

Où trouver son troisième poumon ?

Quand on étouffe dans son histoire.

Ou tout simplement effaré de l’époque.

Certains le trouvent avec l’humour.

Tout passer au tamis de la dérision.

Toujours entre sourire et rire.

Ne pas éclabousser les autres de sa douleur.

Ni propager le virus du tous pourris et tout est foutu.

Si facile à attraper et partager.

L’humour ne protège qu’un temps.

Quasiment impossible d’être imperméable à la boue du quotidien.

Celle de proximité ou à travers les écrans.

Comment résister à l’assaut de réalité sans céder au pessimisme ?

Pas du tout évident.

Suffit d’ouvrir les yeux et les oreilles

pour se rendre compte de l’étendue des dégâts.

La preuve nous en administré par nous les hommes.

Plus grand destructeur de tous les temps.

Comme si les époques passaient sur la même photocopieuse.

À chaque siècle, son lot de barbarie.

Sans oublier cette accumulation de petites saloperies, mesquineries, des uns et des autres.

Nos existences en rez-d’ego.

Le nez coincé dans nos nombrils numériques à essayer de briller plus que son voisin.

Comptabilisant followers et pouces levés tels des trophées de chasse.

La chasse à quoi ?

Celle à nos impasses.

Comment en sortir ?

D’aucuns pensent que c’est trop tard.

D’autres s’en foutent.

Certains y croient encore.

Qui ?

Les naïfs ?

Les fous ?

Les artistes ?

Les sourds et aveugles ?

Les irréductibles optimistes ?

Chacun son angle de vue sur eux.

Mais ils sont la seule sortie de secours.

Pour éviter les prochaines impasses.

Retrouver une autre voie.

Celle de l’enthousiasme

Pas un enthousiasme béat.

Mais une fraîcheur indispensable.

Pour quitter le quartier du vieux monde.

Avec ses anciens et nouveaux habitants.

Traverser le rond-point.

Pour passer de l’autre côté des impasses.

Sur le boulevard du futur.

Pousser la porte.

Poser le pied sur la première marche.

Monter au dernier étage.

Loin, très loin de son rez-d'ego.

S'avancer sur la terrasse.

Regarder l'horizon.

Pour y voir son reflet.

Un individu à hauteur d'être.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.