Mouloud Akkouche
Auteur de romans, nouvelles, pièces radiophoniques, animateur d'ateliers d'écriture...
Abonné·e de Mediapart

1207 Billets

0 Édition

Billet de blog 22 nov. 2022

Mouloud Akkouche
Auteur de romans, nouvelles, pièces radiophoniques, animateur d'ateliers d'écriture...
Abonné·e de Mediapart

Étreinte carbone

Tuer des centaines de millions de vieux. L’idée lui est venue en traînant sur tweeter. Une journaliste évoquait l’importante empreinte carbone des plus de soixante ans. Il se mit à écrire fébrilement sur son Smartphone. Dans sa chambre. Il appuya sur « Envoyer » et se coucha. Sans pouvoir imaginer la suite. Son post «Tuons des millions de vieux et de vieilles » explosa sur la toile.

Mouloud Akkouche
Auteur de romans, nouvelles, pièces radiophoniques, animateur d'ateliers d'écriture...
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Pierre Desproges : Apprenons à pratiquer l'Interruption Volontaire de Vieillesse | Archive INA © INA Humour

– Allons, dit le maquignon, celui-ci n’est pas cher et il fera encore bon usage. Voyons, Lalouët, tu ne le veux pas pour tes gosses ? Il peut encore en voir, tu sais.

– Et il pourra leur en montrer ! dit un homme.

– Ah çà ! oui ! approuva le maquignon municipal. Tiens, viens là, vieux machin.

La foire au vieux, dans L'Arrache-coeur, de Boris Vian.

               Tuer des centaines de millions de vieux. L’idée lui est venue en traînant sur tweeter. Une journaliste évoquait l’empreinte carbone des plus de soixante ans. L’âge de ses grands-parents. La journaliste a aussi parlé des centaines de millions de vieux en Chine. Puis il est passé à un autre tweet. Toujours la polémique autour de la même émission de téléréalité. Encore un leurre pour nous empêcher de penser à des problèmes essentiels du siècle, comme l’avenir de notre planète, s’est-il dit en continuant son voyage virtuel. Mais les mots de la journaliste revenaient sans cesse. Jusqu'à l'obséder. Il se mit à écrire fébrilement sur son Smartphone. Allongé sur le lit de sa chambre. Une rédaction sans se relire entre deux bâillements. Il appuya sur « Envoyer » et éteignit la lumière. S'endormant très vite. Sans pouvoir imaginer la suite. Son texte «  Tuons des millions de vieux » explosa sur la toile. Un buzz avec forte empreinte numérique.

Un journaliste demanda une interview au lycéen. Ils se retrouvèrent dans un bar. « Tu assumes toujours tes propos ? ». Le lycéen jeta des regards inquiets autour de lui. Dès le réveil, ses parents lui tombèrent dessus. « Tu te rends compte de ce que tu as fait ! Tu es complètement irresponsable ! ». Il consulta ses notifications. Un raz-de-marée de réactions. Beaucoup de colère. Il s’arrêta une cinquantaine de mètres du lycée. Plusieurs voitures de radio et de télé étaient garées devant l’établissement. Il fit demi-tour. Où se planquer ? Il a opté pour une maison déserte dans le quartier où il pratique la boxe. La propriétaire, victime d’un accident, est partie pour plusieurs mois en rééducation. Il avait vu où elle planquait son double de clefs. « Oui. J’assume. ». Le journaliste hocha la tête. « Comment tu vas t’y prendre ? ». Aucun des deux ne vit la femme installée derrière eux. Attablée dans l’arrière-salle. Elle lisait.

Il commanda une deuxième infusion. « C’est très simple. Je vais vous résumer ce que vous avez lu sur mon compte Instagram et ma page FB. Nous sommes quasiment deux milliards de jeunes de moins de 25 sur la planète. Suffit que chaque jeune, celui qui peut et veut bien… Chacun tue un ou plusieurs vieux de plus de soixante ans. ». Le journaliste poussa un profond soupir. « Attendez ! J’ai pas dit de commettre des crimes horribles. Non, ça peut être soft. Avec par exemple des produits dans la bouffe ou les boissons. Il ne s’agit évidemment pas de faire souffrir. Pas des barbares. ». Il but une gorgée. « On s’organiserait en des sortes de «  groupes opération vieux et vieilles  » partout sur la planète. Si on fait ça, on règle en plus le problème de surpopulation mondiale. C’est pour le bien de la planète. ». Le journaliste se leva d’un bond. «  T’es complètement taré, jeune homme ! va te faire soigner ! ». Il sortit à grands pas.

La femme s’approcha de la table. «  Je peux ? ». Elle s’installa sans attendre la réponse. Le lycéen la fusilla du regard. « T’inquiètes pas ; la vieillesse ce ne n’est pas contagieux. ». Elle fit signe au serveur. « Tu me remets un blanc. ». Le lycéen fronça les sourcils. «Vous me voulez quoi ?». Elle éclata de rire. « Elle est bien bonne celle-là. C’est toi qui m’en veux. Et à des centaines de millions de vieux et de vieilles. Tu nous en veux au point de vouloir nous tuer. ». Elle avait haussé le ton. Il baissa la tête. « On va s’expliquer toi et moi. Entre quatre zyeux. ». Elle tapota sur le guéridon. « Dans les yeux. ». Il releva lentement la tête. Penaud. « On va parler. Bien sûr que nos générations et les précédentes ont des torts. On a pas mal merdé. Ce bordel aujourd’hui est dû en grande partie à nous, les anciens. Mais ça c’est du passé. Revenons à ton combat pour la planète. Et un nouveau monde débarrassé de l’emprise du patriarcat et de la domination du fric. Je suis totalement pour. Mais pas au prix de ma peau. Ne reproduisez pas nos conneries. Inventez-en d’autres.». Il resta bouche bée.

Elle sourit.. « Finalement, ça sert encore un peu les vieux. En l’occurrence, une vieille de 62 ans. ». Elle se cala contre l'oreiller. « Pas mal notre étreinte carbone. J'espère ne pas t'avoir trop carboné.» Elle a un petit rire.« C'était pas mal, mais... Côté cul, tu as encore quand même pas mal de choses à apprendre. Moi aussi sans doute. Pas d'âge pour continuer d'apprendre.». Il resta sous les draps à la regarder. Incapable de dire quoi que ce soit. « Pendant que tu changes le monde, va visiter aussi ta tête et entre tes cuisses. Sauver la planète c’est très bien. Mais n’oublie pas de régler aussi tes soucis personnels. ». Elle enfila une chemise de nuit. « Si tu as encore des soucis pour ta tête, va voir un psy. Pas que la pollution de la planète. Y a aussi celle sous nos crânes. Ce n'est pas une honte de consulter un psy. J’en ai déjà vu. Si tu veux, j’ai des adresses de bon psy. ». Elle lui adressa un clin d’œil. « Pour le reste, tu peux faire encore appel à moi. ». Puis elle gagna la salle de bains. Elle chantonnait. Un vieil air avec forte empreinte carbone ? Satisfaite de son acte pour l’humanité.

Des centaines de millions de vie sauvées.

NB: Cette fiction est inspirée de la  remarque d’une journaliste : «Les personnes âgées au-delà de 60 ans en Europe ont un bilan carbone important (…). Certes, ne pas réduire son propos à une phrase extraite de la toile. Surtout que le sujet de l'empreinte carbone est très important pour tout le monde. Et de  tout âge. Mais on peut en rire. Jaune ou d'une autre couleur. Un rire aussi vert que Soleil vert ?

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
À Saint-Étienne, le maire et le poison de la calomnie
Dans une enquête que Gaël Perdriau a tenté de faire censurer, Mediapart révèle que le maire de Saint-Étienne a lancé une rumeur criminelle, dont il reconnaît aujourd’hui qu’il s’agit d’une pure calomnie, contre le président de région Laurent Wauquiez. À l’hôtel de ville, des anciens collaborateurs décrivent un quotidien empoisonné par la rumeur, utilisée comme un instrument politique.
par Antton Rouget
Journal — France
L’encombrant compagnon de la ministre Pannier-Runacher
Des membres du ministère d’Agnès Pannier-Runacher sont à bout : son compagnon, Nicolas Bays, sans titre ni fonction, ne cesse d’intervenir pour donner des ordres ou mettre la pression. En outre, plusieurs collaborateurs ont confié à Mediapart avoir été victimes de gestes déplacés de sa part il y a plusieurs années à l’Assemblée nationale. Ce que l’intéressé conteste.
par Lénaïg Bredoux, Antton Rouget et Ellen Salvi
Journal
À Bruxelles, la France protège la finance contre le devoir de vigilance
Dans une note confidentielle, la France supprime toute référence au secteur financier dans la définition de la « chaîne d’activités » couverte par le devoir de vigilance dans la directive européenne en préparation. Bercy dément vouloir exonérer les banques. Les États se réunissent jeudi 1er décembre à ce sujet. 
par Jade Lindgaard
Journal
Morts aux urgences, pédiatrie sous l’eau, grève des libéraux : la santé au stade critique
Covid, grippe, bronchiolite : l’hôpital public vacillant affronte trois épidémies. En pédiatrie, dix mille soignants interpellent le président de la République. Côté adultes, les urgentistes ont décidé de compter leurs morts sur les brancards. Et au même moment, les médecins libéraux lancent une grève et promettent 80 % de cabinets fermés.
par Caroline Coq-Chodorge

La sélection du Club

Billet de blog
Abattage des animaux à la ferme. Nous demandons un réel soutien de l’Etat
Solidarité avec Quand l’Abattoir Vient A la Ferme : Depuis 2019, la loi autorise les éleveurs, à titre expérimental, à abattre leurs animaux à la ferme. Ils n’ont toutefois bénéficié d’aucuns moyens dédiés et doivent tout à la fois assurer les études technique, financière, économique, sanitaire. Respecter les animaux de ferme est une exigence collective. Nous demandons un réel soutien de l’État.
par Gaignard Lise
Billet de blog
L’animal est-il un humain comme les autres ?
Je voudrais ici mettre en lumière un paradoxe inaperçu, et pour commencer le plus simple est de partir de cette célèbre citation de Deleuze tirée de son abécédaire : « J’aime pas tellement les chasseurs, mais il y a quelque chose que j’aime bien chez les chasseurs : ils ont un rapport animal avec l’animal. Le pire étant d’avoir un rapport humain avec l’animal ».
par Jean Galaad Poupon
Billet de blog
Noémie Calais, éleveuse : ne pas trahir l’animal
Noémie Calais et Clément Osé publient « Plutôt nourrir » qui aborde sans tabou et avec clarté tous les aspects de l’élevage paysan, y compris la bientraitance et la mort de l’animal. Entretien exclusif avec Noémie.
par YVES FAUCOUP
Billet de blog
Le cochon n'est pas un animal
Pour nos parlementaires, un cochon séquestré sur caillebotis dans un hangar n'est pas un animal digne d'être protégé. C'est pourquoi ils proposent une loi contre la maltraitance animale qui oublie la grande majorité des animaux (sur)vivant sur notre territoire dans des conditions indignes. Ces élus, issus des plus beaux élevages politiciens, auraient-ils peur de tomber dans l'« agribashing » ?
par Yves GUILLERAULT