Algorithme mon amour

Passage du premier engin nettoyeur de rues. C’est le jour qui se lave, avait dit son fils. La formule l’avait fait marrer. Sans pouvoir se douter que le lavage de son corps prendrait quelques semaines plus tard une si grande importance. Quasi obsessionnel. S’aspergeant même d’un parfum le plus fort possible. À quand remonte cette course contre son odeur ?

    Passage du premier engin nettoyeur de rues. C’est le jour qui se lave, avait dit son fils. La formule l’avait fait marrer. Sans pouvoir se douter que le lavage de son corps prendrait une si grande importance. C'est devenu quasi obsessionnel. Parfois se lavant plusieurs fois par jour. S’aspergeant même d’un parfum le plus fort possible. Alors qu’il a toujours détesté se parfumer. À quand remonte cette course contre son odeur ?

    Pendant leurs premiers échanges sur le Net. Ils s’étaient connus sur un site de rencontre. Dévoilant peu à peu leur personnalité. Très vite, il a compris que, pour que leur histoire sorte de l’écran, il devait se taire sur son activité professionnelle. Optant pour s’inventer un poste d’ouvrier dans le bâtiment. Elle est prof de maths dans un lycée. A-t-il honte de son métier ?

     Non. Mais il est totalement incompatible avec les convictions et prises de position de sa compagne. L’obsession de l’odeur s’accentua une semaine avant leur premier rendez-vous en chair et en os. Il se frotta au grand de crin jusqu’au sang. Inquiet qu’elle puisse deviner son vrai métier à travers l'odeur de ses vêtements. Et de sa peau.

    Leur histoire dure depuis quasiment une année. Cabotant d’un appartement à un autre. Il a camouflé tout ce qui est susceptible de dévoiler son métier. Resterait-elle avec lui si elle apprenait sa profession ? Leur histoire d’amour plus forte que tout le reste? Dans le doute, il préfère lui mentir. Elle est Végan et a voté pour le parti des animalistes. Et lui travaille dans un abattoir.

 

   NB: Cette fiction est inspirée d’une conversation entre des étudiants entendue dans un bar. Chacun listait tout ce qui pouvait être rédhibitoire à une rencontre amoureuse. L’un, végan, expliquant l'impossibilité de partager sa vie avec une mangeuse de viande. Une autre n'aurait pu vivre avec un amateur de Johnny. La majorité était fort heureusement moins bornée qu'eux deux. Autant confier directement son histoire d’amour à un algorithme. Ou la vivre avec son miroir.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.