Transformation

Il est mort. Elle est née. C’est comme ça qu’elle ressent son changement de corps. Comme la mort d’une ancienne histoire. Et la naissance d’une nouvelle. Un moment qu’elle rêvait depuis un demi-siècle. Devenir ce qu’elle avait toujours été sous sa chair. Sans se cacher. Une sorte de renaissance pour elle. Transformation réussie. Désormais une femme au grand jour.

                                                                                                                                                             

            Il est mort. Elle est née. C’est comme ça qu’elle ressent son changement de corps. La mort d’une ancienne histoire. Et la naissance d’une nouvelle. La fin de son «il» officiel qu'elle a porté comme un boulet depuis des décennies. Elle pense même que son acte est une forme de renaissance. Sa transformation est complètement réussie.Un moment qu’elle rêvait depuis un demi-siècle. Elle a enfin passé le cap. Être réellement, sans se cacher, ce qu’elle avait toujours été sous sa chair. Désormais être une femme au grand jour.

      Un changement difficile pour la famille ? Sans doute pour sa mère qui va avoir du mal à comprendre. Mais sa famille est très tolérante et ouverte. En plus, tout le monde se doutait que son « il » n’était qu’une façade. Ce ne sera pas vraiment une surprise. Même s’il faudra un temps d’adaptation pour le prénom et tous les éléments visibles de sa transformation. On ne balaye pas d’un seul coup de balai cinquante huit ans de vie dans le corps d’un homme. Même si pour elle c’est très naturel. Comme une sorte de retour d’exil dans son pays d’origine. Enfin dans sa vraie peau. Une femme au grand jour. Nulle inquiétude donc pour les relations avec sa famille.

         Contrairement au boulot. Ce n'est pas vraiment une activité comme les autres. Sûrement déjà difficile pour tout homme de revenir au bureau, dans sa salle de classe, à l’usine, etc, dans le corps d’une femme. Même si l’ouverture de la société sur ce sujet à beaucoup accéléré ces derniers temps. Notamment grâce aux témoignages de gens connus ou pas. Le transsexuel  n’est plus considéré comme une sorte de monstre. La modification de son corps d'origine commence à être accepté. Même s’il y a encore pas mal de travail à faire dans de nombreux cerveaux. Comment ça va se passer dans sa mission quotidienne ? Elle n’a découvert aucun cas similaire au sien. En tout cas médiatisé. Elle est persuadée que ce ne sera pas simple. Son acte va obligatoirement choquer. Une véritable bombe quand ils vont l'apprendre. Avec de gros dégâts. Elle n'est pas sûre du tout de pouvoir continuer d'exercer son activité. Sans aucun doute, on fera pression pour qu'elle cesse son activité. Peut-être même des menaces ou des violences. Sa décision va lui coûter. Pourtant elle est passionnée par sa tâche. Habitée par son choix.

 Les prévenir de sa transformation ? Elle y a pensé. Pour les préparer avant de voir son corps de femme. Puis elle a changé d’avis. Comment leur annoncer qu’il ( pour eux) allait se faire opérer pour devenir une femme ? Quels mots choisir pour être franche sans trop choquer ? Impossible. Elle se sentait incapable d’évoquer sa future opération. Préférant les mettre devant le fait accompli. Leur dévoiler son nouveau corps. Elle a préparé tout une mise en scène pour l'annonce de sa transformation. Tous assis en face dans le noir total. Elle se mettra à sa place. Là où ils avaient l’habitude d’avoir un homme. La voix n’aura pas changé. Une voix très écoutée et avec une grande autorité sur son auditoire. Une personnalité très respectée. Excepté l’absence de lumière, tout sera comme d’habitude. C'est elle qui rallumera. Ils l’écouteront en silence. Sans se douter que la parole avait changé de chair. Elle a préparé son discours. Le plus difficile de toute sa carrière. Face à ses fidèles. Avant d'appuyer sur l'interrupteur.

     Son premier prêche en femme visible.

NB : Cette fiction est inspirée d'une récente conversation. Merci à Marie, Anne et Yves sur le dialogue autour de ce sujet. Aujourd’hui, les religions s’ouvrent de plus en plus. Il y a des quelques femmes rabbin, imame. pasteur.  Une évolution comme partout ailleurs dans la société. Mais (à ma connaissance) toujours pas de femme prêtre.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.