Rouge colère ou jaune brun?

Chacun voit couleur à sa porte. Ou à celle de sa station service. Période brune ou rouge colère sur la palette républicaine ? Fachos ou citoyens rongés par la précarité? Je dois avouer ne pas tout comprendre. Peut-être parce que sans permis ni bagnole. Ou hors sol ? Tout le monde à l’air d’avoir tellement raison; vu de sa situation. De quel côté la France va pencher ?

1990 KENT - J'Aime un Pays (Clip) © tvgraphiste1

           

            Chacun voit couleur à sa porte. Ou à celle de sa station service. Période brune ou rouge colère sur la palette républicaine ? Fachos ou citoyens rongés par la précarité ? Des gens sincères et à bout de nerfs social ? Je dois avouer ne pas tout comprendre. Peut-être parce que sans permis ni bagnole. Ou hors sol. Tout le monde à l’air d’avoir tellement raison; vu de sa situation. De quel côté la France va pencher ? Je m’interroge. Et loin d'être le seul dans ce cas. Suffit de tendre l’oreille dans les lieux publics. Écouter la colère.

     Des gilets jaunes racistes, homophobes, sexistes, etc ? Indéniable qu’il y en a parmi les centaines de milliers. La preuve par l’image et les coups sur les réseaux sociaux. Tous les amateurs de foot sont des hooligans ? Que des terroristes parmi les musulmans ? Tous les israéliens sont d’affreux tueurs de palestiniens? La majorité des jeunes de banlieue des racailles ? Tous les hommes sont des harceleurs ? Les raccourcis vont très vite. Nettement plus rapides que les débats de fond. Surtout en ces temps de fake-news. Et de pensée punch-line.

    La violence de certains de ces manifestants ne peut-être occultée. Et compréhensible la trouille d’une montée de haine des villes et des campagnes. Gilets jaunes de souche contre gilets venus d’ailleurs ? La rue ne tient pas toujours le pavé de l’humanisme. Mais il n'y a pas uniquement des casseurs. On voit aussi de la jovialité comme la « yellow dance». Telle une fête de la musique improvisée. Sans gilet ni pantalon sera-t-il le tube de l’été ? Comme une sorte de pied de nez festif aux nouveaux princes. « Marre de passer à la pompe? Nous les comprenons. Qu’ils prennent l’avion.». Quel peuple en ce moment dans les rues de France ?

    Une majorité est issue des classes populaires et moyennes. Même si, ici ou là, des gilets jaunes venus d’autres milieux. Comme par exemple une intermittente du spectacle interrogée par des journalistes. La même différence et diversité que dans des tribunes de matchs de foot ou de rugby. La plupart derrière les mêmes caddies à Carrefour. Avec un nœud plus ou moins différent en passant à la caisse. Comment finir et commencer le mois ? Le petit dernier bénéficiera-t-il de la bourse et des APL pour sa colocation d’étudiants ? Des problèmes que nombre de celles et ceux les taxant de beaufs n’ont pas. Visiblement des gens usés à force d’être blousés. La douleur du pays réel ? On laisse cette formule aux nostalgiques d’un régime envoyant des étoiles jaunes dans les camps de la mort. Quel est ce pays alors ?

     La France des beaufs contre celle des écolos conscients de la planète ? Attention: risque de raccourcis.Une problématique qui est plus complexe que les apparences.En tout cas un pays en colère.Une colère critiquable sur sa forme et ses débordements violents. Mais si profondément légitime. Le reflet d’un pays où le rouge colère et le jaune brun peuvent générer un cocktail explosif. Surtout sous des crânes fragilisés au quotidien. Prêts à perdre la tête dans n’importe quels bras anesthésiants. Italie, Brésil, et ailleurs; de mauvaises odeurs du passé sortent des urnes. Que se passera-t-il si cette colère jaune court trop longtemps ? Elle finira pas tous nous dépasser. Avec des gilets et des bottes ?

     Après les raccourcis, l'urgence ? Plus le temps au temps des questions. Une grosse majorité de ce pays ne veut plus non plus de réponses. Même fort bien enrobées comme savent le faire les communicants. Que veulent ces de plus en plus nombreux anonymes en colère, avec ou sans gilet ? Juste des actes. Vite, très vite. Pour bien vivre au pays des trois couleurs essentielles:

      Liberté-Égalité-Fraternité.

   

 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.