Mouloud Akkouche
Auteur de romans, nouvelles, pièces radiophoniques, animateur d'ateliers d'écriture...
Abonné·e de Mediapart

1207 Billets

0 Édition

Billet de blog 20 nov. 2022

Mouloud Akkouche
Auteur de romans, nouvelles, pièces radiophoniques, animateur d'ateliers d'écriture...
Abonné·e de Mediapart

Musique à décoller

Quelle honte ! Du copinage. Faire exactement comme celles et ceux que tu critiques. Bon courage à ton miroir. Ma petite voix ne m’a pas raté. Je m’y attendais. Une voix qui me permet de continuer de douter. Notamment d’éviter de m’ériger en donneur de leçons et juge de la «  bonne attitude et pensée » des autres. Que faire pour me sortir par le haut de ma contradiction ?

Mouloud Akkouche
Auteur de romans, nouvelles, pièces radiophoniques, animateur d'ateliers d'écriture...
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Fibr - BAÏKONOUR © Fibr Music

           Quelle honte ! Du copinage. Faire exactement comme celles et ceux que tu critiques. Bon courage à ton miroir. Je n'en menais pas large. Pour ne pas dire penaud en l'écoutant. Ma petite voix ne m’a pas raté. Je m’y attendais. Toujours présente sur le pont à la moindre de mes contradictions. Et elle n’a pas tort. Une voix qui me permet de continuer de douter. Notamment d’éviter de m’ériger en donneur de leçons et juge de la «  bonne attitude et pensée » des autres. Que faire pour me sortir par le haut de ma contradiction ?

J’ai commencé à écrire à ma voix. Une tartine de plusieurs feuillets pour me justifier. Notamment lui rappeler que je n'étais pas du tout coutumier du copinage et du passage de plats dans l'entre-soi. Rajoutant des arguments du genre : « La littérature n’est que de l’intime » ou « même déguisé, on ne parle que de soi ». Normal qu’un auteur mette en avant ses «  émotions de proximité », etc. La tarte à la crème habituelle. Avec, cerise sur le gâteau justificatoire, l’évocation de deux derniers prix littéraires : une femme dont l’œuvre tourne autour que de l’intime et l’autre relatant un drame personnel qui la hante. Deux belles écritures. Avec du sens.

Mes arguments avaient donc du poids. Bien enrobés d’éléments de langage. Ne pas croire qu’il n’y a que les autres à en avoir le monopole. Tout « manieur ou manieuse de mots », journaliste, animateur de télé, auteur, politique, curé, imam, rabbin, chanteur, est en capacité de manipuler les esprits. Surtout les plus fragilisés. Ma réponse était en quelque sorte manipulatoire. Réussissant à noyer mon acte dans un brouillard de phrases et autres formules. Pour finir par ne rien avoir à me reprocher-en apparence. Ouf. L’honneur était sauf. Je m’en sortais très bien de mon grand écart : fais ce que je dis, mais ne fais pas ce que je fais. Rendant mon acte quasiment incritiquable. Ma voix avait fini par se taire sous le flot d'explications pour camoufler mon entorse à certains principes- peut-être stupides. En tout cas, j'avais gagné sur ma petite voix. Pendait-elle: il est comme ceux qu'ils dénoncent à coup de billets. Vainqueur par son silence.

Avant de foutre le texte à la poubelle. Pourquoi chercher à me justifier ? Autant y aller directement. Ne pas se planquer derrière du verbiage de protection. Juste me laisser aller à évoquer un groupe de jeunes musiciens. Pas des inconnus ( ils tournent et sont écoutés). Même sans des milliers d'oreille. Un groupe, comme tant d'autres,  loin des machines à café des radios et télés qui font « la pluie et le beau son ». Ce qui ne les empêche d’aimer ce qu’ils font et faire ce qu’ils aiment. De gros bosseurs souvent insatisfaits et adeptes du «  rater mieux » de Beckett. Bref: des artistes qui s'accrochent à leur désir. Contre vent  et marée ( souvent basse pour les cachets). Et pas avec mon maigre éclairage sur ce blog que leur son va décoller de Baïkonour ( provocation ou humour noir ?). Mais peu importe. Leur musique me plaît. ce qui n' a pas toujours été le cas: les vieilles oreilles ont du mal avec la nouveauté. Des bouchons d'habitude et de facilité ?  A propos de conduit auditif, j’ai envie de la proposer à d’autres oreilles. Pourquoi alors autant de tortillage du QI ?

Parce ce que mes deux fils se trouvent embarqués dans cette base spatiale. Autrement dit : une sorte de conflit d’intérêt moral ?  Comment dire  ? Trop tard; c’est fait. Et puis, je leur dois bien ça. Après tant années d'éducation. Le batteur m’a fait connaître et aimé John Coltrane. Et le guitariste m’a déniaisé sur mon écoute du Rap. Contribuant ente autres à me sortir des Ramones, des Clash, de la Route de Menphis, de Eddy Mitchell, du Boss... Et de la radio sur la table de cuisine de mon enfance. Élargir mon espace d'écoute musicale. Et ce n'était pas gagné d'avance. La jeunesse forme-t-elle les voyages des vieilles oreilles. Bon, trêve de blabla. Aux oreilles de décoller ou non...

Dernier mot à la musique.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
À Saint-Étienne, le maire et le poison de la calomnie
Dans une enquête que Gaël Perdriau a tenté de faire censurer, Mediapart révèle que le maire de Saint-Étienne a lancé une rumeur criminelle, dont il reconnaît aujourd’hui qu’il s’agit d’une pure calomnie, contre le président de région Laurent Wauquiez. À l’hôtel de ville, des anciens collaborateurs décrivent un quotidien empoisonné par la rumeur, utilisée comme un instrument politique.
par Antton Rouget
Journal — France
L’encombrant compagnon de la ministre Pannier-Runacher
Des membres du ministère d’Agnès Pannier-Runacher sont à bout : son compagnon, Nicolas Bays, sans titre ni fonction, ne cesse d’intervenir pour donner des ordres ou mettre la pression. En outre, plusieurs collaborateurs ont confié à Mediapart avoir été victimes de gestes déplacés de sa part il y a plusieurs années à l’Assemblée nationale. Ce que l’intéressé conteste.
par Lénaïg Bredoux, Antton Rouget et Ellen Salvi
Journal
À Bruxelles, la France protège la finance contre le devoir de vigilance
Dans une note confidentielle, la France supprime toute référence au secteur financier dans la définition de la « chaîne d’activités » couverte par le devoir de vigilance dans la directive européenne en préparation. Bercy dément vouloir exonérer les banques. Les États se réunissent jeudi 1er décembre à ce sujet. 
par Jade Lindgaard
Journal
Morts aux urgences, pédiatrie sous l’eau, grève des libéraux : la santé au stade critique
Covid, grippe, bronchiolite : l’hôpital public vacillant affronte trois épidémies. En pédiatrie, dix mille soignants interpellent le président de la République. Côté adultes, les urgentistes ont décidé de compter leurs morts sur les brancards. Et au même moment, les médecins libéraux lancent une grève et promettent 80 % de cabinets fermés.
par Caroline Coq-Chodorge

La sélection du Club

Billet de blog
Le cochon n'est pas un animal
Pour nos parlementaires, un cochon séquestré sur caillebotis dans un hangar n'est pas un animal digne d'être protégé. C'est pourquoi ils proposent une loi contre la maltraitance animale qui oublie la grande majorité des animaux (sur)vivant sur notre territoire dans des conditions indignes. Ces élus, issus des plus beaux élevages politiciens, auraient-ils peur de tomber dans l'« agribashing » ?
par Yves GUILLERAULT
Billet de blog
L’animal est-il un humain comme les autres ?
Je voudrais ici mettre en lumière un paradoxe inaperçu, et pour commencer le plus simple est de partir de cette célèbre citation de Deleuze tirée de son abécédaire : « J’aime pas tellement les chasseurs, mais il y a quelque chose que j’aime bien chez les chasseurs : ils ont un rapport animal avec l’animal. Le pire étant d’avoir un rapport humain avec l’animal ».
par Jean Galaad Poupon
Billet de blog
Canicule : transformer nos modes d’élevage pour un plus grand respect des animaux
L’association Welfarm a mené cet été la campagne « Chaud Dedans ! » pour alerter sur les risques que font peser les vagues de chaleur sur la santé et le bien-être des animaux d’élevage. Après des enquêtes sur le terrain, des échanges avec les professionnels de l’élevage, des discussions avec le gouvernement, des députés et des eurodéputés, Welfarm tire le bilan de cet été caniculaire.
par Welfarm
Billet de blog
Abattage des animaux à la ferme. Nous demandons un réel soutien de l’Etat
Solidarité avec Quand l’Abattoir Vient A la Ferme : Depuis 2019, la loi autorise les éleveurs, à titre expérimental, à abattre leurs animaux à la ferme. Ils n’ont toutefois bénéficié d’aucuns moyens dédiés et doivent tout à la fois assurer les études technique, financière, économique, sanitaire. Respecter les animaux de ferme est une exigence collective. Nous demandons un réel soutien de l’État.
par Gaignard Lise