Mouloud Akkouche
Auteur de romans, nouvelles, pièces radiophoniques, animateur d'ateliers d'écriture...
Abonné·e de Mediapart

1207 Billets

0 Édition

Billet de blog 22 nov. 2022

Mouloud Akkouche
Auteur de romans, nouvelles, pièces radiophoniques, animateur d'ateliers d'écriture...
Abonné·e de Mediapart

Attrape-joie

Chialer ou cogner ? Colères sous le ciel. Quelques gouttes à espérer. Histoires suspendues à la pluie. Rien pour étancher le vide. Des cœurs qui fuient. Le regard à terre. Vêtus encore de rêves avides. En quête de bel air. Et de temps de miel. Attrape ta joie. Avant les mâchoires de l’ombre. Attrape ta joie. Avant que le cœur sombre.

Mouloud Akkouche
Auteur de romans, nouvelles, pièces radiophoniques, animateur d'ateliers d'écriture...
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

© Photo: Marianne A

Chialer ou cogner ?

Colère sous le ciel

Quelques gouttes à espérer

Histoires suspendues à la pluie

Rien pour étancher le vide

Des cœurs qui fuient

Le regard à terre

Vêtus encore de rêves avides

En quête de bel air

Et de temps de miel

Attrape ta joie

Avant les mâchoires  de l’ombre

Attrape ta joie

Avant que le cœur sombre

La terre est au menu du soleil

Avec des hommes désastre

Demain est en sommeil

L’avenir absent du cadastre

Circulent de mauvaises ondes

Avec des écrans de contrôle

Ne contrôlant que la veille

Pendant que craquent les pôles

Et fondent les merveilles

De nos dernières rondes

Attrape ta joie

Avant les mâchoires de l’ombre

Attrape ta joie

Avant que le cœur sombre

Hurler ou se taire ?

À perte de vue des questions

Sans réponses pour notre ère

Chacun chacune son opinion

Je suis ici et je vais là

Combien de vues ?

Qui m’aime me follow

Like mon beau caca numérique

Pouces baissés sur siècle à terre

Chargés de nombrils tous ego

À vouloir plus de fric

Sur une planète sous serre

Attrape ta joie

Avant les mâchoires de l’ombre

Attrape ta joie

Avant que le cœur sombre

Se résigner ou s’élever ?

Tout se joue chaque seconde

Avec de moins en moins d’air

Pour continuer de rêver

Aujourd’hui et demain

Cinq, quatre, trois, deux, un

Héros ou fossoyeurs du monde ?

Pair ou impair

On paye toujours la note

Le globe entre les mains

De quelques-uns

Et de milliards d’hôtes

Attrape ta joie

À chaque fois

NB : Ce poème est inspiré de la phrase de Vladimir Maïakovski : « Il nous faut arracher la joie aux jours qui filent. »

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
À Saint-Étienne, le maire et le poison de la calomnie
Dans une enquête que Gaël Perdriau a tenté de faire censurer, Mediapart révèle que le maire de Saint-Étienne a lancé une rumeur criminelle, dont il reconnaît aujourd’hui qu’il s’agit d’une pure calomnie, contre le président de région Laurent Wauquiez. À l’hôtel de ville, des anciens collaborateurs décrivent un quotidien empoisonné par la rumeur, utilisée comme un instrument politique.
par Antton Rouget
Journal — France
L’encombrant compagnon de la ministre Pannier-Runacher
Des membres du ministère d’Agnès Pannier-Runacher sont à bout : son compagnon, Nicolas Bays, sans titre ni fonction, ne cesse d’intervenir pour donner des ordres ou mettre la pression. En outre, plusieurs collaborateurs ont confié à Mediapart avoir été victimes de gestes déplacés de sa part il y a plusieurs années à l’Assemblée nationale. Ce que l’intéressé conteste.
par Lénaïg Bredoux, Antton Rouget et Ellen Salvi
Journal
À Bruxelles, la France protège la finance contre le devoir de vigilance
Dans une note confidentielle, la France supprime toute référence au secteur financier dans la définition de la « chaîne d’activités » couverte par le devoir de vigilance dans la directive européenne en préparation. Bercy dément vouloir exonérer les banques. Les États se réunissent jeudi 1er décembre à ce sujet. 
par Jade Lindgaard
Journal
Morts aux urgences, pédiatrie sous l’eau, grève des libéraux : la santé au stade critique
Covid, grippe, bronchiolite : l’hôpital public vacillant affronte trois épidémies. En pédiatrie, dix mille soignants interpellent le président de la République. Côté adultes, les urgentistes ont décidé de compter leurs morts sur les brancards. Et au même moment, les médecins libéraux lancent une grève et promettent 80 % de cabinets fermés.
par Caroline Coq-Chodorge

La sélection du Club

Billet de blog
Le cochon n'est pas un animal
Pour nos parlementaires, un cochon séquestré sur caillebotis dans un hangar n'est pas un animal digne d'être protégé. C'est pourquoi ils proposent une loi contre la maltraitance animale qui oublie la grande majorité des animaux (sur)vivant sur notre territoire dans des conditions indignes. Ces élus, issus des plus beaux élevages politiciens, auraient-ils peur de tomber dans l'« agribashing » ?
par Yves GUILLERAULT
Billet de blog
L’animal est-il un humain comme les autres ?
Je voudrais ici mettre en lumière un paradoxe inaperçu, et pour commencer le plus simple est de partir de cette célèbre citation de Deleuze tirée de son abécédaire : « J’aime pas tellement les chasseurs, mais il y a quelque chose que j’aime bien chez les chasseurs : ils ont un rapport animal avec l’animal. Le pire étant d’avoir un rapport humain avec l’animal ».
par Jean Galaad Poupon
Billet de blog
Noémie Calais, éleveuse : ne pas trahir l’animal
Noémie Calais et Clément Osé publient « Plutôt nourrir » qui aborde sans tabou et avec clarté tous les aspects de l’élevage paysan, y compris la bientraitance et la mort de l’animal. Entretien exclusif avec Noémie.
par YVES FAUCOUP
Billet de blog
Abattage des animaux à la ferme. Nous demandons un réel soutien de l’Etat
Solidarité avec Quand l’Abattoir Vient A la Ferme : Depuis 2019, la loi autorise les éleveurs, à titre expérimental, à abattre leurs animaux à la ferme. Ils n’ont toutefois bénéficié d’aucuns moyens dédiés et doivent tout à la fois assurer les études technique, financière, économique, sanitaire. Respecter les animaux de ferme est une exigence collective. Nous demandons un réel soutien de l’État.
par Gaignard Lise