Mouloud Akkouche
Auteur de romans, nouvelles, pièces radiophoniques, animateur d'ateliers d'écriture...
Abonné·e de Mediapart

1146 Billets

0 Édition

Billet de blog 22 sept. 2022

Mouloud Akkouche
Auteur de romans, nouvelles, pièces radiophoniques, animateur d'ateliers d'écriture...
Abonné·e de Mediapart

Le XXIe siècle susceptible ?

La chair du siècle semble à vif. À la moindre susceptibilité, on bloque un internaute sur tweeter. Et ailleurs. Même sans insulte ou propos diffamatoire qui pourrait légitimer ce blocage. Expulsion de la zone de parole. Casse-toi; t'es pas de ma pensée ni mon doute.Parler et écrire en marchant sur des œufs ?

Mouloud Akkouche
Auteur de romans, nouvelles, pièces radiophoniques, animateur d'ateliers d'écriture...
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Anne Sylvestre en concert LES GENS QUI DOUTENT © EPM MUSIQUE

                            La chair du siècle semble à vif. Notamment avec les paroles de plus en plus crispées. L'échange dans les siècles précédents étaient aussi sans doute complexe et tendu. À chaque époque, ses petites et grandes susceptibilités. Mais j’ai l’impression que nous cumulons les sujets à polémiques-prise de territoire. Avec une accélération depuis un certain nombre d’années. Une situation de blocage de la circulation de la parole en lien avec l’émergence des réseaux sociaux et la prédominance des joutes numériques ? Indéniable qu'il y un changement de la façon d'échanger avec le désormais incontournable Web. A mon avis, ce n’est pas la seule cause. Ce serait trop facile incriminer la technologie. Nos mains et têtes ne sont pas innocentes. Les doigts de femme, d’homme, de gosse, ne sont pas pervertis par les nouvelles technologies. Le problème, c’est nous. Pas notre clavier ni notre souris. Intéressant aussi d’interroger les écrans qui en disent long sur nous : nos miroirs.

Suis-je le le seul à avoir l’impression de parler, d’écrire, en marchant sur des œufs ? Non.  Nombre d'individus s'inquiètent de devoir peser chaque mot. Toutefois indéniable que certaines langues n’hésitent pas à lâcher leur fiente numérique ou orale. Guère un hasard si les « fascistes » made in 21e siècle et leurs alliés intégristes religieux ont le vent en poupe. Au fil du temps, ils ont réussi à ouvrir les égouts, sur le net et ailleurs, pour déverser leur boue partout sur la planète. Une pollution internationale aussi dangereuse que le réchauffement climatique. Important de combattre cette parole de l’ignoble libérée. Sans pour autant nier qu'il y a un désir chez certains de vouloir instaurer une forme d’embrigadement et marche au pas de la langue. Qu’elle soit sous forme écrite ou orale. Avec des douaniers de la parole vérifiant tous les propos.

À la moindre susceptibilité, on bloque tel ou tel internaute sur tweeter. Et ailleurs. Même sans insulte ou propos diffamatoire qui pourrait légitimer un tel blocage. Suffit quelques fois d’un désaccord sur tel ou tel sujet. Tu n’es pas d’accord ; alors dehors. Le plus pathétique étant les « chantres de la tolérance », proclamés ou autoproclamés grands penseurs de notre époque, qui empêche toute pensée différente de la leur d’entrer sur le territoire virtuel. Adepte que d'un doute: le leur et celui compatible avec leur famille de pensée.  En d’autres temps, brûleraient-il des livres « non-conformes » et applaudiraient à des exécutions en place publique ? Ne parlons pas de l’humour qu’il fait signaler avec des émojis. Refusant de poser des panneaux « Attention humour », j’ai eu quelques déboires, dont avec des proches. Avec notamment deux ou trois personnes prenant de la distance ou refusant tout dialogue. Tant pis ; si c’est le prix à payer:)

Depuis un certain temps, mutisme total quand je sens un procureur ou un juge dans les parages. Le douanier ou la douanière de table ou d’écran. La parole qui a le « bon et vrai mot » cherchant systématiquement à vous coincer. Par éthique et conviction ? D’aucuns dissèquent les conversations avec sincérité et désir de passer un message. Mais nul n’est à l’abri de choquer ou d’être choqué. Et la polémique nécessaire pour faire avancer les idées. En réalité, un certain nombre de ces « flics de la parole » ne veulent qu’occuper le centre et conquérir le pouvoir. La cause défendue avec des trémolos et autres coups de mentons indignés n’étant qu’un prétexte à dominer. Reproduire la domination combattue. Fort heureusement, ces causes légitimes et essentielles sont défendues par de bons avocats. Capable d’ouvrir leurs oreilles à l’argumentation de la partie adverse. Et d’accepter que tout individu, même la pire des ordures, son ennemi viscéral, puisse bénéficier d’une défense : l’honneur et l’élégance de toute civilisation. Tout n’est pas perdu pour la parole-polémique ou non. Combien de temps encore à sortir les rames de table ou sur écran ?

La susceptibilité gagne les individus, les groupes, ou les communautés- terme de la terminologie actuel pour établir des frontières bien visibles ? Ave de plus en plus de difficultés à débattre sans traiter l’autre de : à remplir selon vos inimitiés préférées. Pas que l’autre ou le groupe en cause ; à chacune et chacun de balayer devant sa propre susceptibilité. Comment passer le balai ? Peut-être développer plus sa capacité d’empathie. Et de doute. Accepter que sa pensée et sa manière de vivre ne soient pas le centre de l’humanité. Se remettre en cause et remettre en cause ses médias favoris et toutes les autres voix qui nous servent plus ou moins de GPS dans notre histoire. Sortir de sa peau et se regarder dans le rôle du tyran ou de la tyranne de conversation : insupportable et sentencieux.

Bref ; tenter de se desusceptiliser. Sans renier ses convictions et ses combats. Quel effet ça pourrait avoir sur notre quotidien ? À mon avis, une meilleure respiration des idées. Et peut-être que, pour détourner une célèbre citation: le siècle sera spirituel. Mal parti, mais restons optimiste. Nous avons encore des cartes en mains et des saisons pour progresser. À nous d'être moins cons que nos egos et nombrils. Penser et rêver plus loin que le seuil de son histoire et de celles de ses proches.

Susceptible d’améliorer notre parole de passage ?

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus

À la Une de Mediapart

Journal — International
Coupe du monde au Qatar : le Mondial de trop
Que le Mondial de foot se joue au Qatar ou ailleurs, l’exaspération démocratique et sociale face à la crise climatique et à l’inégalité des richesses impose aux grandes compétitions de changer de modèle. Il faut documenter et dénoncer la confiscation du football par des instances sportives et politiques ultralibérales. En espérant que les prises de conscience changeront enfin le cours des événements sportifs. 
par Stéphane Alliès
Journal — Sports
Indonésie : au moins 125 morts dans l’une des pires tragédies de l’histoire du foot
Prises au piège entre des supporteurs en colère et une riposte policière disproportionnée, au moins 125 personnes sont mortes piétinées ou asphyxiées dans un stade de la ville de Malang, à Java. 
par La rédaction de Mediapart
Journal — Justice
Blanchiment d’argent : le site Winamax se brûle au jeu
Une enquête judiciaire montre que la plateforme de paris en ligne a violé plusieurs de ses obligations légales en matière de lutte contre le blanchiment d’argent. L’entreprise n’a pas fait le moindre signalement à Tracfin pendant plus de sept ans.
par Yann Philippin et Jean Letellier
Journal — Terrorisme
Ces ratés que « Kill Bil » n’a pas voulu voir
Françoise Bilancini, la directrice de la DRPP, a dénoncé devant ses ministres de tutelle puis devant la représentation nationale, les failles de son service quand il était dirigé par son prédécesseur. Mais elle a omis de leur communiquer les ratés commis depuis qu’elle est à sa tête.
par Matthieu Suc

La sélection du Club

Billet de blog
Voix d'Iran - « Poussez ! »
À ce stade, même s'il ne reste plus aucun manifestant en vie d'ici demain soir, même si personne ne lève le poing le lendemain, notre vérité prévaudra, car ce moment est arrivé, où il faut faire le choix, de « prendre ou non les armes contre une mer de tourments ».
par sirine.alkonost
Billet de blog
Iran - Pour tous les « pour »
Les messages s'empilent, les mots se chevauchent, les arrestations et les morts s'accumulent, je ne traduis pas assez vite les messages qui me parviennent. En voici un... Lisez, partagez s'il vous plaît, c'est maintenant que tout se joue.
par sirine.alkonost
Billet de blog
Appelons un chat un chat !
La révolte qui secoue l'Iran est multi-facettes et englobante. Bourrée de jeunesse et multiethnique, féminine et féministe, libertaire et anti-cléricale. En un mot moderne ! Alors évitons de la réduire à l'une de ces facettes. Soyons aux côtés des iranien.nes. Participons à la marche solidaire, dimanche 2 octobre à 15h - Place de la République.
par moineau persan
Billet de blog
Dernier message de Téhéran
Depuis des années, mon quotidien intime est fait de fils invisibles tendus entre Paris et Téhéran. Ces fils ont toujours été ténus - du temps de Yahoo et AOL déjà, remplacés depuis par Whatsapp, Signal, etc. Depuis les manifestations qui ont suivi la mort de Mahsa, ces fils se sont, un à un, brisés. Mais juste avant le black out, j'avais reçu ce courrier, écrit pour vous, lecteurs de France.
par sirine.alkonost