Mouloud Akkouche
Auteur de romans, nouvelles, pièces radiophoniques, animateur d'ateliers d'écriture...
Abonné·e de Mediapart

1259 Billets

0 Édition

Billet de blog 29 nov. 2022

Mouloud Akkouche
Auteur de romans, nouvelles, pièces radiophoniques, animateur d'ateliers d'écriture...
Abonné·e de Mediapart

« C'est juste une photo »

Super soleil. En plus, je suis avec ma meilleure pote. Vraiment cool. Comme d’habitude, la prof est relou grave. Toujours à vouloir nous expliquer. Elle nous prend la tête. Ça sert à rien les mots. Si t'as de bons chiffres sur ton compte en banque et plein de followers, t'as la belle vie. Sinon, t'es rien.

Mouloud Akkouche
Auteur de romans, nouvelles, pièces radiophoniques, animateur d'ateliers d'écriture...
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

                Super soleil. En plus, je suis avec ma meilleure pote. J'avais la trouille qu'elle vienne pas en voyage scolaire. Vraiment cool qu'elle soit là. Comme d’habitude, la prof est relou grave. Toujours à vouloir nous expliquer. Elle nous prend la tête. On s’en bat les ovaires de toutes ses explications. Pas ça qui changera le monde. Ça sert à rien les mots. Y en eu combien depuis que les hommes et les femmes parlent et écrivent ? Sûre qu’y aurait pas assez de zéro. Tous ces mots ont servi à rien. Rien. Pourquoi alors elle nous gonfle avec ses grands mots ? C'est le chiffres qui compte. Sinon mettrait des mots sur les fiches de paye. Et tout ce qu achètes. Va déposer des mots à la banque. Y vont se marrer grave. A la banque y s'en foute de tes mots. Même s'ils sont très intelligents et très beaux. Si t'as de bons chiffres sur ton compte en banque et plein de followers, t'as la belle vie. Sinon t'es rien.

Pas que notre classe ici. Y a plein de gens venus d’un tas de pays.Du monde entier. J’ai jamais entendu autant de langues en si peu de temps. Ça faisait bizarre de se retrouver tous là. J’ai vraiment kiffé de voir tous ces gens. On pouvait pas se parler. Y a pas que les mots. On a aussi les yeux et les gestes. Y a un keum super canon. On arrête pas de se calculer. En vérité, je crois que je lui plais grave. On dirait qu’il fait tout pour être pas loin de moi. Pécho son O6 ou son compte Insta ? Çà servira à rien. On pourra communiquer qu’avec google trad. Et c’est pas du mon truc. Tant pis. Chacun va rentrer dans son pays. On aura au moins kiffé avec les yeux.

Les boloss de la classe arrêtent pas de poser des questions. Toujours à étaler leur science. Il se la joue moi je sais tout et comprends tout. Je les déteste grave. Toujours à bien vouloir se faire voir de la prof. En plus tous des poukaves. Ils se la racontent vraiment. Avec leur air sérieux. On dirait qu’ils se la jouent les keums et les meufs qui viennent à la télé parler quand y a le Covid ou la guerre. De grosses baltringues. Je veux même pas qu’ils me parlent. De toute façon ; y ont rien à dire. À part parler comme des livres ou des vieux. Avec ma pote, on a rien écouté de ce qu’a dit la prof. On est restés à l’écart du groupe. Pour être peinarde. Heureusement que ma pote a fait aussi le voyage. Sinon je me serai fait chier grave ici.

Fais beau, mais y a pas grand-chose à voir. On se fait chier ici. Avec ma meilleure pote, on s’éloigne du groupe. « Prends-moi en photo là. ». Je lui passe mon Smart. «Pourquoi ? « . Pour l’envoyer à mon daron. Longtemps que je l’ai pas vu. Ça craint grave avec ma daronne. Y se parle plus ensemble qu’avec des avocats. » ? Rien que de penser à leurs conneries, j’ai envie de cogner ou chialer. «Pour une fois que je pars à l’étranger. Je veux que mon daron voit ça. Attends, je me maquille. Faut que je sois belle pour mon daron. Qu'il soit fier de sa fille. » Je me mets un coup de rouge à lèvres. Où je vais me caler pour la photo ? Sur les rails, c'est top.

Ma pote se met face à moi. «Sûr que tu risques pas de te faire écraser par un train dans ce trou du cul du monde. Ça me foutrait grave les boules de vivre dans ce bled naze. Les jeunes des villages du coin doivent s'emmerder grave. Si t'as pas de scoot ou de bagnole ici, t'es mort. » . Je me mets en mode mannequin ou star. Avec gros sourire. «C’est bon, Vanessa. J’ai pris la photo.». Elle me rend mon Smart. «Putain ! Je suis super canon. Si je me connaissais pas, sûre que je me kifferai grave. La prof se précipite sur nous. Elle se met à nous engueuler. N’importe quoi. C’est juste une photo. Sûre qu’elle est jalouse. Personne va la kiffer elle. Avec ses lunettes de boloss.

La prof me prend par le bras et me tire. «  Vas-y ! Lâche-moi !  » Qu’est-ce qu’elle me veut ?  « Moi je voulais pas venir dans ton machin. C’est ma daronne qui a insisté. Elle m’a dit que c’était important et un tas de trucs. N'importe quoi. C'est des trucs qui me regardent pas. En plus, c'est moche ici. On aurait pu aller au bord de la mer. Dans un coin un peu beau. Que le voyage et la chambre d’hôtel que j’ai kiffé. Le reste y a rien. Même pas des animaux à voir. C'est complètement nul votre voyage. On s' fait chier. Y a rien ici ! Ça fait pas kiffer ! » Elle me mate avec des yeux noirs. « Vanessa, vous êtes vraiment... ». Elle se retient de m’insulter.Je crois que j'ai jamais réussi à la foutre dans un tel état. Elle lève sa main. On dirait qu’elle veut me taper. Si elle fait ça, je la ruine direct ici. Elle baisse la main. Tant mieux pour elle.

On se dirige vers la sortie. «  On s’arrête. ». Qu’est-ce qu’elle va encore nous gonfler. Déjà des heures à rester debout. En plus, j’ai faim grave. Que le p’tit déje dans le ventre. La connaissant ; sûre qu’on ira pas dans un Macdo ou un kebbab. On va avoir droit encore à un sandwich de merde, des tomates, et du fromage. En plus assis par terre sur de la pelouse. Encore se salir nos fringues. Elle se rend pas compte combien ça coûte. Elle doit rien y connaître. Vu comment elle s’habille. On dirait une SDF. Moi j’aurais la tehon à sa place. Vivement qu’on se barre de ce lieu pourri.

Pourquoi la prof me colle ? Elle demande le silence. Ça va encore durer longtemps son truc ?  Je viens de recevoir une notife sur mon Smart. «Vous voyez la grille d’entrée ? ». Elle dit vous mais je sais que c’est à moi qu’elle parle. Sinon pourquoi elle me calcule comme ça. «  Vous la voyez ? «  Bien sûr que je la vois. Elle nous prend pour des aveugles ou quoi ? Elle me reprend le bras. Je la sens vénere. «  Vous voyez la phrase inscrite ? ». Je l’avais vu en rentrant. Mais j’ai rien compris. Normal, c’est pas écrit en français. Et puis en plus c’est que des mots. Comme des milliards d’autres. Même pas d’émoji en ce temps là. Nous on a les like et les pouces levés. Dans le temps y avait pas grand-chose. « Quelqu’un peu me lire la phrase ? » Sûr qu’un des bolosses va le faire. Y a un doigt qui se lève.

« Arbeit macht frei. »

La prof se retourne vers moi.  Pourquoi elle me mate comme ça ? Une photo c’est rien du tout. Y a pas mort d’homme. On va pas en parler toute la journée de c'te photo. Je sens qu'elle va encore me poukave à la daronne. Votre fille elle a fait ça, elle a fait ci. Jamais eu une prof aussi naze que cette prof d’histoire. Elle va encore nous prendre la tête avec des trucs du passé. On s’en fout nous de tout ça. En plus, j’ai faim grave.«  Avant que nous quittions ce lieu, je tiens à rappeler… ». Qu'est-ce qu'elle va encore nous sortir ?

« Environ 1,1 million d’hommes, de femmes, d’enfants, sont morts assassinés dans ce camp. »

NB: Cette fiction est inspirée d'une photo ( datant de 2019 ? ) tournant sur le Net: une ado souriante pose sur des rails à l'entrée du camp d'Auschwitz. Réalité ou fake news ? Si c'est vrai, elle n'est pas la première. Des adultes s'adonnent aussi à ce genre de photos. Certains internautes ont commencé  sa « lapidation numérique » en exhibant sa photo; sans la moindre indulgence pour son jeune âge. Même s'il ne s'agit pas d'être démago: les jeunes faisant des selfies - joyeux et pour le buzz - au bord des chambres à gaz, ont conscience de leurs actes. Sachant exactement où ils se trouvent. Fort heureusement qu'une minorité d'entre eux à prendre de telles photos.  Mais en aucun cas, ces jeunes sont responsables de l’époque autorisant et même valorisant ce genre d’acte. Un début de siècle où les pouces levés et le like priment sur la pensée complexe. Nombre d' adultes, soit-disant cultivés et doués de capacité critique, succombent aussi aux sirènes du nombril numérique. Suffit de voir des «intellectuels » courir ventre à terre dans des émissions atterrantes. Pour faire leur buzz personnel. Cette jeune et d’autres amateurs de «selfie camp de la mort» nourris à certaines chaînes de télé ?

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.