Ma sélection du 10 avril

Ardennes-éducation-culture : http://www.ardennes-culture.net/ - Toute l'actualité de l'éducation en France et dans le monde

10/04 - "Le Monde.fr" "La réforme de l'université, une catastrophe"

"Depuis la loi d'autonomie de l'université de la ministre de l'enseignement supérieur Valérie Pécresse, jamais les universitaires ne se sont à ce point trouvés dans la servitude. (...) désormais les enseignants du supérieur se surveillent, s'asservissent, se soumettent eux-mêmes, obéissent par anticipation aux menaces par crainte d'être exclus des lieux de décision....
La confusion a été un outil puissant dans les opérations réformatrices, (...) c'est pourquoi, sans doute, plus que jamais, la clarté est nécessaire.
Comment, dans ces conditions, ne pas réclamer du principal opposant à la politique qui a été suivie pendant cinq ans dans l'université qu'il déclare, clairement, quelle est sa philosophie politique pour l'université de demain."

10/04 - "Le Monde.fr" "Il faut reconquérir la formation des étudiants en médecine"

"... Après neuf années, nos étudiants ont désormais un fort bagage culturel ; du cytochrome à l'ADN mitochondrial rien désormais ne leur échappe...
Dans le même temps, valident-ils un certain nombre de pratique courante, pose et lecture d'un électrocardiogramme, acte de frottis, technique de prélèvement, ablation d'élément cutané bénin, pose de perfusion, geste de ponction ? ...
il faut préalablement reconquérir les territoires perdus, celui de la formation de nos étudiants en médecine aux actes pratiques essentiels (...) tout en développant l'assurance en son propre exercice, celui de la juste valorisation de ces actes afin de désengorger les plateaux techniques saturés par le fait de méconnaissances ou de renoncements de pratique."

09/04 - "Nord-éclair" Le « coup de gueule » des élèves et collègues de la prof mise à pied

"... Karin, c'est l'histoire d'une professeure qui, à bout, « exténuée » par l'« ambiance délétère » au sein de l'Éducation nationale, les successives suppressions de postes et les lettres sans réponse, s'était livrée à un exercice de style dans un courrier adressé en son nom au député de la circonscription de son lycée, Sébastien Huyghe (UMP). Un style pour le moins enlevé, qui avait tellement vexé l'élu qu'il était allé se plaindre fissa... au patron de la prof, le rectorat. ...
Pour Claude*, (...) « C'est une situation ahurissante, déplore-t-il, montée en épingle par ce député de l'UMP, qui n'est que le produit d'un certain milieu, un petit bonhomme gris. Je me sens révolté. (...) Ces gens ne sont que haine et mépris. » Alors, dans un courrier destiné au rectorat, signé de l'ensemble des enseignants de Marguerite-de-Flandre (...), Claude a voulu prendre la défense de Karin, « une professeure brillante, qui a du caractère » et qui n'a trouvé comme moyen de défense face « à une politique de la brutalité » que des mots « érudits ».
De leur côté, les élèves ont fait de même. (...) À ce dernier (Sébastien Huyghe), qui avait affirmé en recevant le courrier de Karin qu'il ne pouvait laisser passer « de telles grossièretés en tant que père », et qu'il n'aimerait pas que ses enfants aient affaire à elle en cours, les élèves répondent que « seuls eux » peuvent témoigner des qualités de Karin : « Vous vous permettez de remettre en question la qualité des cours de Madame S. sans avoir les compétences pour la juger. » Et de souligner « sa grande culture et sa remarquable pédagogie ». Pour eux, Karin n'est « coupable que d'avoir exprimé son opinion en tant que citoyenne ». ..."
NDLR : pour mémoire lire "Peut-on faire part de ses états d'âme à son député sans crainte de sanction ?"

10/04 - "FCPE" La FCPE demande que cesse l’« évaluationnite » du ministère !

"Non content d’évaluer nationalement les élèves en CE1 puis en CM2, la circulaire de rentrée 2012 crée de nouvelles évaluations nationales : en cinquième et en troisième et même en grande section de maternelle ! C’en est trop ! ...
Multiplier les évaluations est le seul cap du ministère pour l’Ecole ! Alors que celle-ci aurait besoin d'une véritable politique d'évaluation dont les chiffres ne restent pas dans les tiroirs quand ils dérangent…
La FCPE s'oppose résolument à toutes ces évaluations et demande instamment leur retrait dès mai 2012."

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.