mpavlopoulos
Abonné·e de Mediapart

2 Billets

0 Édition

Billet de blog 12 mai 2020

L’État c’est nous

Les dirigeants ne sont pas l’État : l’État, c’est nous. Alors, comment reprendre l’État sans l’abîmer ? Abîmer l’État serait nous abîmer nous-mêmes. Or l’État a déjà été bien abîmé, depuis quarante ans. Quand on sait qui contrôle l’État, il y a là un gros problème politique.

mpavlopoulos
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Les vieux libéraux prônaient moins d’État et ils étaient imbéciles. Qu’on me pardonne cette offense à la mémoire du père de la richesse de peu de nations aux dépens de toutes les autres (colonisation). En 1938, les fondateurs du « néo-libéralisme », c’est-à-dire les ordo-libéraux du colloque Lippman, avaient bien compris l’inanité incantatoire de la « main invisible ». Ni le marché ni le capital ne subsistent hors l’État. Si vous préférez la métaphore princeps de notre temps, le capital est un virus. Il se reproduit dans l’État. Accumulation primitive ne fait pas patrimoine, car le capital ne se transmet pas de lui-même ; et même l’accumulation primitive suppose un peu d’État.

Marx a découvert la loi de la valeur en lisant les vieux libéraux, surtout celui d’eux qui était tout sauf imbécile (Ricardo). D’où sans doute une tache originaire du marxisme (merci à quelqu’un, qui se reconnaîtra, de me l’avoir signalée) : l’État serait au service du capital, son instrument ; le marché serait autonome, une bonne vieille société des besoins hégélienne qu’on aurait sevrée de l’État prussien. Or non : depuis la révolution industrielle, l’État est le milieu du capital, l’air qu’il respire, l’objet de son confiteor. Cela vaut pour toute forme de capitalisme : fordisme, « trente glorieuses » keynésiennes, néolibéralisme, entre autres. Les ordo-libéraux n’ont rien inventé. Ils ont découvert le pourquoi. Avant de dégénérer en ce qu’il est aujourd’hui (une idéologie pour débiles végétalisés), le néolibéralisme était le fruit d’une recherche interdisciplinaire tout à fait savante. Hayek par exemple était un chercheur percutant.

D’où aussi un serpent de mer du marxisme : le dépérissement de l’État (et son premier anneau développé par Lénine, la dictature du prolétariat). Puisque l’État est l’instrument du capital, dans l’agonie du capitalisme on pourra renvoyer ce valet parasite de la société. Or non : il y avait État avant le capitalisme, il n’y a aucune raison qu’il n’y en ait pas après.

Certes le néolibéralisme atrophie l’État. Il n’en retient que ce qui l’intéresse : les moyens de « mettre en ordre » le marché, c’est-à-dire de reproduire le capital. C’est pourquoi par exemple, le néolibéralisme tue les services publics hérités du CNR et des insurrections de la Libération. Mais le néolibéralisme a besoin de l’État ; sinon pourquoi en aurait-il pris le contrôle dans tous les pays du centre impérialiste ? Le néolibéralisme ne veut pas moins d’État ; il veut un État autre, un État pour les « élites » et pour le capital. Un État pour eux, pas pour nous ; un État pour le 1%.

Que pouvons-nous en conclure, nous les 99% qui sommes moins que des riens et au mieux « le coût du travail » ? D’abord, que l’État ce n’est pas « eux » : c’est précisément ce qu’ils veulent nous faire croire, car c’est une prophétie autoréalisatrice. Non, il faut dire comme Louis XIV : « l’État c’est nous », nous tous. Non parce que c’est juste, mais parce que c’est vrai. Fonctionnaires, bénévoles associatifs, employés, femmes de ménage, auxiliaires de vie, soignants épuisés, citoyennes et citoyens, etc., tous abandonnés par l’État et tous sur qui l’État se décharge, pourtant nous sommes l’État. Puis, que nous voulons plus d’État, pas son dépérissement ; ce sont eux qui veulent un État atrophié, vivotant. Ils l’appellent un État « d’excellence », « performant », mais ne nous payons pas de leurs mots.

Et là vient le problème pratique. Les néolibéraux tiennent l’État depuis quarante ans. Il nous faut combattre ceux qui sont dans la place depuis si longtemps, mais sans l’abîmer davantage encore qu’ils n’ont déjà fait. Reprendre l’État – nous reprendre, c’est reprendre la citadelle branlante sans tirer une seule balle dans ses murs ; au contraire, avec délicatesse et en douceur.

Mais eux n’hésitent pas à faire tirer et à faire tuer.

Voilà le problème que la crise de la covid a rendu bien visible.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Des historiens démontent les thèses révisionnistes relayées par « Le Figaro »
La publication dans un hors-série du « Figaro » d’un entretien-fleuve avec l’essayiste d’extrême droite Pío Moa, pour qui les gauches sont entièrement responsables du déclenchement de la guerre civile en Espagne en 1936, suscite l’indignation de nombreux historiens. Retour sur une entreprise de « falsification ».
par Ludovic Lamant
Journal — Écologie
En Isère, dans les bottes de la police de l’eau
Dans le département de l’Isère, une vingtaine d’agents sont chargés de réaliser les contrôles pendant les périodes de sécheresse. Arme à la ceinture, mais en privilégiant la prévention à la verbalisation.
par Maïté Darnault et Mathieu Périsse (WeReport)
Journal — Écologie
Incendies en Gironde : « C’est loin d’être fini »
Dans le sud de la Gironde, le deuxième mégafeu de cet été caniculaire est fixé mais pas éteint. Habitants évacués, élus et pompiers, qui craignent une nouvelle réplique, pointent du doigt les pyromanes avant le dérèglement climatique, qui a pourtant transformé la forêt des Landes en « grille-pain ».
par Sarah Brethes
Journal
Des avocates et journalistes proches de Julian Assange poursuivent la CIA
Deux journalistes et deux avocates ont déposé plainte contre l’agence de renseignement américaine et son ancien directeur, Michael Pompeo. Ils font partie des multiples proches du fondateur de WikiLeaks lui ayant rendu visite dans son refuge de l’ambassade équatorienne de Londres alors qu’il était la cible d’une vaste opération d’espionnage.
par Jérôme Hourdeaux

La sélection du Club

Billet de blog
Leur sobriété et la nôtre
[Rediffusion] Catherine MacGregor, Jean-Bernard Lévy, et Patrick Pouyanné, directrice et directeurs de Engie, EDF et TotalEnergies, ont appelé dans le JDD à la sobriété. En réponse, des professionnel·les et ingénieur·es travaillant dans l'énergie dénoncent l'hypocrisie d'un appel à l'effort par des groupes qui portent une responsabilité historique dans le réchauffement climatique. Un mea culpa eût été bienvenu, mais « difficile de demander pardon pour des erreurs dans lesquelles on continue de foncer tête baissée. »
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
La sobriété, c'est maintenant ou jamais
Le bras de fer en cours avec la Russie autour des énergies fossiles est l’occasion d’entrer de plain-pied dans l’ère de la sobriété énergétique. Pourtant, nos gouvernants semblent lorgner vers une autre voie : celle qui consiste simplement à changer de fournisseur, au risque de perdre toute crédibilité morale et de manquer une occasion historique en faveur du climat.
par Sylvain BERMOND
Billet de blog
Réflexions sur le manque (1) : De la rareté sur mesure
Pour que l’exigence de qualité et de singularité de l’individu contemporain puisse être conciliée avec ses appropriations massives, il faut que soit introduit un niveau de difficulté supplémentaire. La résistance nourrit et relance l’intérêt porté au processus global. Pour tirer le meilleur parti de ces mécanismes psycho-comportementaux, nos sociétés "gamifiées" créent de la rareté sur mesure.
par clemence.kerdaffrec@gmail.com
Billet d’édition
Besoins, désirs, domination
[Rediffusion] Qu'arrive-t-il aux besoins des êtres humains sous le capitalisme? Alors que la doxa libérale naturalise les besoins existants en en faisant des propriétés de la «nature humaine», nous sommes aujourd'hui forcé·e·s, à l'heure des urgences écologique, sociale et démocratique, à chercher à dévoiler et donc politiser leur construction sociale.
par Dimitris Fasfalis