Des hélicoptères et de la monnaie

En passant...

Il me semble que c’est le monétariste Milton Friedman dès 1969 qui disait qu’en cas de crise grave et afin de faire repartir la consommation, " on "  pourrait imaginer qu’un hélicoptère larguerait tout simplement de l’argent, ( billets de banque) au-dessus des populations.

Bien entendu , cela nous rappellera le bon vieux dicton paysan qui n’avait pas attendu ce génie de la sociodicée de Becker et qui énonçait textuellement que l’argent c’est comme le fumier :  cela ne rapporte que si on l’étale.

Donc pour faire perdurer leur système stupide , leur topique ridicule qui se base sur produire pour consommer pour produire , le génial Trump dont nous connaissons tous l’altruisme, la compassion mais surtout la générosité serait prêt à donner 1000 dollars à chaque Américain adulte.

Décidément ce virus a du génieEt si l’on mettait tout simplement des latrines à la disposition de tous les peuples ?.. Parce que le pangolin et la chauve-souris ça ne suffit pas.

 Il y a un 3e larron dans cette histoire.

De plus , si les hommes prolifèrent au point de rendre les écosystèmes invivables pour eux-mêmes , une correction "naturelle" vient toujours sous la forme d'une épidémie réduire les populations jusqu'à retrouver un équilibre. Il suffit simplement de regarder autour de nous pour constater ce fait. Notre malheur , c'est que si nous le comprenons, nous ne pouvons pas individuellement y faire grand-chose car nous ne sommes pas assez sages pour l'accepter .Nos société-monde sont a l'image de l'alcoolique qui flippe tous les jours sachant que l'alcool va lui ronger le corps mais qui ne peut pourtant pas stopper d'un coup  sa toxicomanie. 

Des virus sous des glaces depuis plus de 4000 ans sont toujours «  vivants » et nous le savons ...A vous d'en tirer des conclusions.  Le vrai danger repose sur le fait que si cette pandémie s’arrête rapidement , tout reprendra comme avant et même un cran au-dessus si j’ose dire , car notre monde vit sous perfusion alcoolique. Il est bourré le monde , raide dingue défoncé , faut lui proposer une cure de désintoxication et l'aider a coups de pied dans le cul.

Nous avons perdu un petit orteil c’est tout , c’est lorsque toute la jambe y passera que nous commencerons sans doute à nous poser les vraies questions, ce qui veut dire Agir.

La presse majoritairement utilise aussi sa pression  , son coté morbide , toute sa puissance en nous proposant des milliardaires comme héros , des chanteurs comme des intellectuels, et des prostituées cinématographique comme des vestales 

Il serait peut être temps de dénoncer tout ça aussi.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.