La petite maison dans la prairie : un billet pour l'enfer

capture-d-ecran-2021-03-03-a-17-34-07
J'ai connu Paul et Fabienne a l'occasion d'un repas organisé par l'amicale d'un comité d'entreprise .Nous avons sympathisé très vite car ce couple " sentait " la nature a plein nez .

Lors du repas , nous avons parlé animaux , jardin naturel , recettes de santé et bien d'autres choses. Par la suite ,  j'allais assez régulièrement chez eux car Paul jouait de la guitare. On s'improvisait des soirées cheminée ,  crêpes , vin chaud , musique. J'avoue qu'on déconnait comme des malades . Fabienne se donnait  parfois en spectacle en improvisant la danse du tamouré sur la table.

Elle était généreuse en danses lascives et sensuelles la  belle Fabienne....

La maison de ce couple était une maison fourre tout comme j'aime. Très propre , très originale et surtout très pratique compte tenu d'un mobilier adapté et non pas a la mode. Un bel espace pelouse avec des arbres de rendement , et surtout un jardin façon jardin de curé .Ce jardin était l'objet de tous leurs soins. 

Les fleurs et les légumes se mélangeaient , se marchaient dessus même, c'était une orgie , une débauche , de beautés et de richesses .Féerique ce jardin ouvrier .Par contre , je n'aimais pas leur environnement qui se composait de champ de blé et de maïs a perte de vue .

Je m'en ouvrait auprès d'eux pointant le danger des pesticides.  Paul me répondit qu'il en avait conscience mais qu'il ne voulait pas quitter ce paradis au milieu de ce désert . Fabienne tenait le même discours .Inch Allah !

Un jour Paul a ressenti une douleur dans les testicules et urina du sang .Il m'appela et je l'invitais de suite a se rendre aux urgences .Le diagnostique tomba très vite - cancer de la vessie.

Paul vécu trois ans en développant infection sur infection . Il ne jouait plus de guitare , ne lisait plus la presse , ne décorait plus sa maison. Il se contentait le soir d'aller arroser son merveilleux jardin , son beau jardin des Hespérides . Le jardin de l'Atlantide dans lequel poussaient ces fruits bien mûrs qui ne tombent jamais . Parfois , un pâle sourire nourrissait son visage.

Il mourût enfin et ses douleurs avec lui.

Fabienne fût frappé deux ans plus tard d'un cancer du sein en découvrant un jour une vilaine petite boule qui avait creusé son nid sous son mamelon.

Elle pris aussi la route du non retour.

La maison fût mise en vente. Un autre couple acheta son  ticket pour l'enfer sans savoir que c'était un aller simple.

Salut les français de souche.

Ps : chroniques d'un arabe.

 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.