Un arabe dans la peau d'un français...

J'ai essayé un instant de me mettre a votre place et , j'avoue que l'expérience a été traumatisante.

Ca y est je suis français et là...Je découvre la pire horreur. Je vis dans un pays qui glisse de plus vers un système extreme droite raciste, homophobe , islamophobe , ultra-libéral.

Nous refusons d'accueillir des migrants et nous donnons même des bateaux rapides a des payes pour qu'ils repoussent ces pauvres quitte a ce qu'ils meurent en mer.

Nous laissons ceux qui sont arrivés en France dans la boue, sous des tentes l'hivers sans soins - les nourrir est interdit  et , ces gens sont violentés par la police.

Les camps sont incendiés la nuit et pas par ces pauvres migrants.La police a le droit de créer des syndicats extreme droite alors que nous connaissons les desseins mortifères et racistes de ces gens. Il suffit de constater le matraquage des noirs dans la rue , dans les cités et j'en passe.

J'apprends que tout le corps politiques est pourri jusqu'à la moelle et que les dirigeants sont des mafieux , des voleurs , des violeurs , des assassins et même , des associations de malfaiteurs.

Il parait que plus de 70% de la presse est aux mains de milliardaires qui décident de tout , et qui paient des avocats véreux pour détruire le juste droit .

Pour suivre , je ne peux que constater que lorsque le peuple exprime sa colère en occupant des rond-points ou , en manifestant paisiblement , ce même peuple se fait mutiler par la police.

L'égalité n'est pas respecté . A travail égal , les femmes touchent moins.Des conventions collectives permettent d'exploiter les femmes dans les hôtels de façon négrière .

Le chômage est un alibi , le tabac est un alibi , des industriels ont le droit de produire et de mettre sur le marché une nourriture toxique , empoisonnée , dangereuse.

Tous les tueurs , le cancer  , c'est eux.

J'ai mal a la tête. Finalement , l'arabe va peut être aller vivre dans le pays de naissance de ses parents.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.