Le désarroi des politiques : au delà du médiocre

 

Nos gouvernements , nos élites politiques semblaient ne pas avoir anticipé une pandémie ce qui est le paroxysme du ridicule sachant qu’un pays riche doit toujours être vigilant en ce qui concerne ses services de santé.

À ce jour , la parole d’un simple soignant couvre celle d’un président de la République.

Tout allait pour le mieux .L’argent rentrait facilement et la presse était même payée et reposée entre les mains d’ultra-riches et pouvait débiter à la chaine mensonges après mensonges pour couvrir vols, escroqueries, manipulations de ces mêmes gouvernements et élus .Tout était parfait dans leurs meilleurs des mondes nickel ! Le pays fonctionnait en pilotage automatique .

A nous l’argent , la gloire , le foot et les petits pépés sachant que je ne caricature même pas ( on viole a l'occasion ...)

À ce jour, les querelles que l’opposition tente médiocrement d’instiller pour tenter de gagner les peuples restent lettre morte.

Panurge sature ...

La parole du peuple était confisquée depuis longtemps , tournée au ridicule , tenue pour quantité négligeable , sabordée a la hache judiciaire . La révolte des gilets jaunes était aussi une simple distraction du moment, ( le peuple doit bien s’amuser parfois)

Le problème pour nos élites c’est que le virus ne craint pas les flash-balls , les matraques et les canons à eau. La planète brulait sous le regard impavide de nos élus. On accusait Bolsanero de détruire l’Amazonie pour nourrir nos cochons.

Des migrants crevaient sous des ponts dans la boue , pas de problème , c'était du pain béni pour le RN.

Des usines pourtant classées Seveso explosaient , il suffisait simplement de se nettoyer gorge et poumons avec des lingettes .

Et pourtant , je tourne rien au ridicule , c'est du vrai de vrai comme on dit au bled.

Imaginons Sisyphe heureux , nous n’avons pas d’autres choix.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.