La mort du cochon : tout est politique

Le trajet de la mal bouffe

 

Lorsque j’étais enfant  ma grand-mère faisait tuer deux cochons par an . Elle avait à coeur d’acheter ses cochons à un voisin qui élevait ses animaux avec amour et grande science. La nourriture des cochons se composait d’épeautre, de pommes de terre , de betteraves, de pommes fruits que notre Normandie donnait à foison.

Un charcutier/paysan  ambulant se déplaçait de petites fermes en petites fermes à mobylette avec une bouteille de gaz sur le porte-bagage et sa musette sur le dos garnie d’outils.

D’autres tuaient des moutons à domicile ( comme ces vilains musulmans qui perpétuent une tradition le jour de l’Aïd)

Et pourtant, nous n’étions pas musulmans.

Mais force est de constater qu’à l’époque nous étions tous musulmans sans le savoir .C’est fou ! Mais pourtant ça ne nous coutait pas un pognon dingue de faire égorger le mouton et de devenir musulman par la même occasion .

Le fermier qui produisait ses cochons vendait sa marchandise bon prix  et , il y avait du travail au village pour tout le monde .Le mot chômage et son corolaire de fainéant n’avaient pas encore pignon sur rue et , même sans traverser la rue on trouvait à besogner. Dorénavant , il faudrait supprimer les rues… 

Bref, ( bien que tout ceci soit bien long) , la viande était bonne et saine. La grand-mère salait , cuisait les pâtés , faisait andouilles , jambons fumés, rillettes .

Maintenant , faites-donc cuire  des morceaux de porc dans une poêle , vous verrez qu’ils rendent de l’eau à n’en plus finir et  ,que les côtelettes deviennent dures et immangeables. En fait , vous cuisinez un oedème , une poche de pus…( et qui pue, pour faire plaisir a un lecteur :-).       )

Si cette viande est devenue immonde et dangereuse, c’est tout simplement parce ces animaux sont élevés et traités à peu près comme ces pauvres juifs * à Dachau. Des poignées de farines déchets et de l’eau sont leurs ordinaires et pour qu’ils puissent tenir le choc jusqu’à l’abattoir .Des vétos piquent ces bêtes à grands coups de liquides inconnus du plus grand nombre . Pourquoi ? Le mystère est complet  Curieusement  , ce qu’il faut savoir c’est que cette viande est aux normes et celle du fermier ne l’est plus. C’est magique tout simplement .C’est encore l’alchimie capitaliste qui transforme des fèces en caviar. Si ça ruisselle. Cette expression débile posée  , qui ne sait pas que celui qui vît près d’une cascade peut gaspiller l’eau et , que celui qui vît dans le désert peut mourir de soif ?. Heureusement que tous les sophistes qui plastronnent des âneries pareilles ont des médias orchestres inféodés à leurs couplets ridicules 

Manger du poulet ou du poisson c’est pareil chantait Pierre Perret il y a déjà fort longtemps puisque le poulet a le gout de poisson et , le poisson a le gout de poulet .Il était visionnaire mais surtout bien informé le Pierrot .Comme quoi ! s’informer c’est bien se former.

J’ai presque envie de dire que dorénavant nous avons des viandes an-historiques .

Ps : Cette viande est devenue responsable de nombreuses maladies dont le cancer  ( Nitrite , antibiotique, amphétamine etc,  sont contenues dans le lit ourlé de béton et dorénavant sans paille de mon joli cochon  )

 

Santé !

Adelphiquement , Mustapha

* Si des enfants me lisent un jour , ils chercheront peut être a comprendre cette référence aux juifs . Rester un chemin de lumière , c'est vital .Respects pour tous ces gens morts innocents .

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.