Macron va accueillir prés de soixante intellectuels dans son cabinet


Économistes, philosophes, sociologues, psychanalystes, grands universitaires, tout ce petit monde est convié à se rendre à l’Élysée pour un grand débat .On se doute qu’il pourra citer GBataille dont il ignore tous les travaux, terminer une grande phrase comme il le fait en évoquant malaise dans la civilisation de Freud qu'il ne pourra jamais comprendre et pour cause.... Où même parler de bioéthique avec un dissident de l'IVG. Manque plus que Zemmour et sa paranoïa .Finalement, tout cela est d’un banal affligeant.


Des millions d’individus peinent, sont réduits à rien , des retraites sont ponctionnés jusqu’à la dernière veine, plus de cinq cents personnes sont mortes dans la rue mais, la priorité n’est pas à l’action mais à la verve de courtoisie .
Les propriétaires refusent de louer des logements à des travailleurs précaires, les banques refusent des prêts à ces gens qui constituent maintenant le gros du prolétariat pourtant, Macron sort sa garde-robe comme disait si bien le Marquis de la Rochefoucault.


L’invitation au bal non masqué ( faut aider la presse) au bal des précieuses ridicules voilà ce que cela m’inspire.
Le grand débat est terminé ( il l’était avant d’avoir commencé), nous avons le droit maintenant au grand déni.

C'est à peu prés du même niveau que la première année de propédeutique des Tartarins du Castelet.


Hugo écrivait au loin de son exil : il est des filles à Grenade, il en est à Séville aussi...Non , non ! Je le jure. Je n'ai pas partagé le pain, et bu le vin avec les Cathares..

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.