La mort de la cité radieuse, fin des " parenthèses enchantées ".

On sent comme un début de frémissement de la part des peuples en Europe contre cette société de la pollution, de la haine, de la mort sociale, du mépris des élus . Comme une révolte profonde contre ce capitalisme triomphant .

Ce monstre  froid est montré du doigt comme jamais.

Yuga, une application qui scanne les denrées alimentaires proposées dans les magasins et qui attribue des notes en fonction de leur dangerosité fait un carton ce qui incite , en douce, les producteurs, fabricants, distributeurs à changer leur culture de l’empoisonnement collectif.

De nombreux additifs fortement toxiques ( cancer) sont ôtés de ces soi-disant " aliments ".

On modifie les recettes, on supprime du sel , du sucre , des graisses. Ces tartuffes commencent à entendre, ( sous le feu de la baisse du fric engrangé), que les gens ne veulent pas finir infirmes dans des lits ou mourir en vomissant leurs tripes.

En Allemagne, des milliers de cyclistes bloquent le salon de l’automobile et dénoncent la pollution,( donc la mort) que les voitures engendrent.

De dizaines de manifestations se déroulent en France pour dire stop au recul des retraites, contre la vie chère , contre une éducation de merde qui fabrique des tueurs en série ( féminicides ) , et dont nous savons parfaitement a quoi cela tient.( Lire au moins Donzelot, et P.Renoir )

La question des migrations est au coeur des débats et fait peur. 

L’Italie commence d’ailleurs à se positionner autrement, et Salvini se retrouve dans les cordes.

Il semble que le message passe, tous les dominants paniquent ,c'est salutaire car le temps nous est compté.

Mustapha :-)

 

Ps :Je termine par une note sympa. Une lectrice de Mediapart ( qui sait que je suis arabe), me fait parvenir une jolie pensée concernant nos peuples.

À votre remarque sur le fait d'être arabe je réponds : un Arabe est toujours plus célèbre lorsqu’il détourne un avion que lorsqu’il le fabrique ! 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.