Fn : Psychanalyse du plus fou

Il ne faut pas être grand clerc en psychanalyse pour comprendre ce qui agite la pensée de ces gens.

Ce sont de grands malades et de grands délirants tout simplement , et cette maladie porte un nom : névrose.

On utilise maintenant le vocabulaire psychiatrique comme injure ;  untel est parano , untel est psychopathe , untel est cleptomane. C'est moderne et en  dehors du moderne point de salut . Pourtant Nietzsche nous avait bien dit que la modernité est une idée fausse .

Le danger est la . Pour ma part , lorsque je parle de ces gens , il s'agit simplement d'un grand angoissé , d'un solitaire , d'un petit voleur.

Lorsque je parle des gens du Fn , je parle de névrosés , de paranoïaques .Goûtez , vous que aimez les mots , le sens , la justesse du propos , l'audacieuse analyse .

Le niveau au milieu de la table comme disait les anciens  pour voir si le meuble est d'équerre . Faut des outils pour mesurer . 

Encore une fois , c'est le langage qu'il faut mettre en accusation . Il impératif d'utiliser les mots a bon escient .Les vrais mots , les mots justes , et il est impératif de le dire et de le répéter sinon , nous fonctionnons comme ce que nous dénonçons ,  et c'est à dire comme de nombreuses institutions 

Un jour ma femme rentre du boulot et me dit: cette année on aura pas de chocolat au boulot , la boite à tout supprimé.

Je lui dis que ce n'est pas grave , on achètera une boite à pâques et c'est tout  .Elle me répond visiblement très énervée  , je ne te parle pas de ça , je te parle des trois jours de congés que l'on avait en plus pour compenser automatiquement certains dépassements horaires .

je ne vais me répandre façon Houellebec dans le langage de meseaux de la théodicée mais, il y a des coups de pieds au cul qui se perdent...

Bref, continuons . Or , en matière de langage comme en matière de vêtements , il y à des modes . Les bobos , les prolos , les keufs , les meufs , les muzz etc

C'est bien joli tous ces rubans aux fenêtres mais ce ne mène qu'au désordre , à l'incompréhension , au délitement du lien social.

Il faut être original , créateur. , devancier ou mourir donc, si ça fonce tête baissé dans le piège sémantique . Les mots ont aussi un sens thérapeutique ( comme la musique  ) .Ils  peuvent soigner . Les mots peuvent rendre malade . Les mots peuvent rendre enragé , les mots peuvent apaiser .

 

En modifiant le langage , on déforme les êtres . Donc le mot qui convient pour l'extreme droite c'est bien le mot névrose .Tout ce qui est autre , social , redistribution , différence , progrès social , angoissent ces névrosés . C'est la peur du gamin lorsque maman éteignait la lumière de la chambre.

L'homophobie chez eux renvoie au noir , à l'inconnu , et disons le a la merde. ( manifestations sphinctériennes ). Tout sauf leur pensée est sale. C'est aussi l'héritage culturel religieux.

Le meilleur moyen de contrer ces gens , c'est de leur donner des cours de psychiatrie..Les Nazis qui ont été pendu a la fin de la guerre l'on appris a leurs dépends. Eichmann à dit avant  d'être exécuté : Pendant cinq ans , on était tous tombé fous .Il ne savait pas que Hitler était un grand névrosé/ 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.