Je vais écrire pour rien.

Malgré les avertissements plus que  raisonnables, plus que scientifiques ,plus qu'humains depuis des siècles par des hommes bons et de talent ,  rien ne sert vraiment.

De Sophocle a Voltaire en passant par Plotin ou Spinoza , non seulement nous sommes toujours en cale sèche mais, qui plus est , les rats envahissent le navire.

Ceci dit , les dominants qui contrôlent tous les rouages de nos sociétés , de nos vies, de nos devenir, de nos cultures , de nos morts ne vivent que pour l'argent.

Ces gens savaient parfaitement qu'en allant contre la nature, le désastre était attendu pourtant , au lieu de lever le pied , ils ont accéléré .

C'est donc l'argent qui a motivé toute cette destruction , qui la motive encore assez pour nous mener au bord de l'abîme .

Les élus ont depuis longtemps abandonné toutes idées de contestations, de contrôles, de sécurité, de nation. Tout ce petit monde s'entend comme larrons en foire , et bouffe du homard en buvant du Sauterne, et en traitant tous ceux osent s'opposer a eux , de Mandrin, de Cartouche , de meseaux, de sociopathes pervers. 

Bref, je vais continuer a parler pour ne rien dire. 

Le patronat impose son rythme , ses poisons, ses salaires de misères, sa barbarie mais , c'est très bien comme ça.

Tout ceux qui osent s'opposer a ces prédateurs  seront incarcérés, menacés, ruinés, mutilés.

Comme pour les maths modernes, l'unique façon de faire cesser ce désordre serait une prise rapide de consciences générale , et des actions concertées pour mettre fin a ce bordel .Bref ! Des grands nombres.

Ici, ou je suis , les poisons crèvent et les gens aussi. L'arsenic se marre en dansant sur les cadavres. Il parait que c'est le tabac le tueur pourtant , peu de gens fument , ( c'est devenu trop chère )

Bon, comme j'ai parlé pour ne rien dire , je vous laisse corriger les erreurs de texte, et je vais de ce pas , arroser mes tomates. 

 

Ps : Donnez-nous, donnez-nous des jardins .Des jardins pour y faire des bêtises ( P.Perret ) 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.