Peut-on instrumentaliser les gilets jaunes ?

J’ai longuement dialogué sur les ronds points pendant leur occupation et c’est bien entendu ce que je cherchais à savoir aussi. J’ai agi en toute neutralité comme je l’ai toujours fait.

 

 

J’ai longuement dialogué sur les ronds points pendant leur occupation et c’est bien entendu ce que je cherchais à savoir aussi. J’ai agi en toute neutralité comme je l’ai toujours fait. J'ai fait une enquête sérieuse , j'ai pris des notes , des adresses , des numéros de téléphone.

Je répète que tous parlaient de leurs conditions de vie, du chômage, de la précarité, des missions d’intérim qui n’apporteraient jamais un poste fixe.

J’ai entendu très peu de propos politiques sauf Macron démissionJ’avoue qu’ils semblaient poreux, malléables, manipulables etc. mais leur question c’était uniquement le coût de la vie et le chômage qui n’en finissait pas.

C’était en quelque sorte des naufragés de la grande précarité et du social. Pratiquement que des vieilles voitures , des vêtements de travail plus le gilet. Tous étaient heureux des dons en nourriture, argent, objets qui tombaient à profusion des voitures et des camions.

Lorsque je demandais pour qui ils avaient voté certains répondaient franchement : le Pen mais sans conviction et parce qu'il n’y a rien d’autre.

D’autres avaient voté Macron mais regrettaient ce vote , , d’autres encore avaient voté blanc . Lorsque l’on me posait la question à mon tour je répondais. Je vais toujours voter mais je glisse un papier dans l’urne où je note : dehors toute cette oligarchie pourrie.

Je suscitais l’étonnement et je devais expliquer ce que voulait dire le mot oligarchie.D’autres me disaient : c’est pas con maintenant on fera comme toi.

J’ai donc passé des nuits avec eux dans tout le département de l’Orne et en me présentant sous ma véritable identité sois : Ait  Larbi Mustapha.

Combien de fois ai-je entendu  une forme de : bienvenu frère de galère.

Alors je suis vraiment dubitatif quant à une instrumentalisation de ces gens. L’antisémitisme, la propagation du racisme n’est pas leur combat du tout.

Leur combat c’est la fin du mois, l’espoir un jour d’avoir une voiture, de voyager. J’avoue n’avoir entendu non plus aucun discours sur l’effet de serre et sur la pollution . 

La pollution, le réchauffement pour eux c’est loin. Demain, il faudra encore payer toutes ces charges impossibles

J’aurais pu devenir facilement un leader. J’ai préféré m’abstenir , je savais que des grandes violences viendraient tenter de tenir ce mouvement sain.

 

Ps :info dernière minute , je viens de lire que les manifestants radicaux n'ont pas mis la main sur le mouvement des "gilets jaunes. C'est le constat développé, mardi 19 février, par le patron de la DGSI, Nicolas Lerner,

 

Acte !

 

 

Modifier | Retour | 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.