Etude de cas en psychiatrie, Fabrice un inconnu

Un gars que je connais , alcoolique dépendant est dépressif depuis plus de deux ans . Son traitement repose sur quatre seresta (anxiolytique ) par jour et un Effexor ( antidépresseurs ) .

C'est un psychiatre qui lui a donné ce traitement lors d'une hospitalisation de quinze jours dans une autre grande ville qu'il a du quitter par la suite , compte tenu d'un voisinage agressif dit-il.

Suite a ce départ précipité , il s'est retrouvé a la rue sans suivi .Je l'ai rencontré dans un café ou il vient soigner son addiction au café calva et a la bière. Il venait juste d'être en retraite et touche mille euros plus quatre vingt dix huit euros d'APL. Il est fumeur donc, compte tenu de ses addictions le quinze du mois , il fait la manche devant des supermarchés . Il est régulièrement viré par les vigiles qui ont ordre de " sécuriser " les lieux. Il touche des colis alimentaires au secours catholiques. Suite a sa 1er hospitalisation , il a réussi a trouver un logement ancien de type F2 pour quatre cent euros pas loin de chez moi.

Comme il était a la rue, le proprio en a profité pour l'étrangler. C'est un logement sale, non conforme aux règles de sécurité. Comme le vendeur de sommeil s'adonne a la brocante , pour bien tenir l'affaire , il lui a meublé le logement avec du mobilier récupéré dans les poubelles.Fabrice, ( appelons le Fabrice ) s'est installé comme un zombie qu'il est. Il a une fille qu'il ne voit jamais .Je discute tous les matins au café avec lui. Le café c'est devenu mon bureau. Beaucoup de gens ,( je l'ai déjà écris ) ,me demande de l'aide pour des permis de conduire, allocation etc.Du coup, je ne paie jamais mes boissons.

Le patron du café est un turc sympa qui trouve intéressant que son bar puisse servir aussi  a autre chose qu'à la picole et au grattage.Je connais Fabrice depuis deux mois. J'avais remarqué que son état devenait catastrophique. Il restait dans des chaussons sales et ses vêtements étaient maculés de nourriture.

Un matin, il a eu une espèce de malaise . Après avoir contacté le SAMU, je l'ai emmené aux urgences ou il était attendu. Compte tenu de son état, l'hôpital l'à replacé en psychiatrie

Je vais le voir deux fois par semaine et je lui apporte des clopes. Le psychiatre n'a absolument pas changé son traitement , ( il a même diminué les anxiolytique ). C'est une sorte de VRP de la psychiatrie qui  occupe un poste dans  plusieurs hôpitaux en même temps . Il ne voit ses malades qu'une fois par semaine donc, si le traitement n'est pas bon, Nada. Le personnel soignant semble aussi malade que leurs clients.

Fabrice ne va pas bien du tout pourtant, il sors demain.

J'ai pas fini d'être dans la merde...

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.