La fin de la démocratie versus écologie/vegan

Si ça ferraille du coté de l’écologie , du pur, du retour à la nature naturante, (solve et coagula)

D’un côté , des peuples qui se font de plus en plus pressants soucieux qu’ils sont d’éviter un désastre planétaire . D’un autre côté , des gens comme Bolsonaro qui brule la forêt et détruit les cultures humaines primitives. Des transnationales comme l’Oréal qui justifie la pollution car cela rapporte, et en troisième position des gouvernements complètement perdus et dépassés par la hauteur, la violence, et la portée de l’évènement .

Alors , " on " nous parle de voiture électrique , de réduire nos douches , d'acheter des pompes à chaleur et d’oublier les lingettes et autres poisons.

Personne prou pour proposer une mixité des moyens  comme le moteur a hydrogène, a pile , les moteurs à air comprimé- une croissance raisonnée et différente après études de travaux sérieux .Un programme ambitieux pour accompagner les laissés pour compte , les oubliés de la croissance , les sur-numéraires , les normaux devenus inutiles.

Tout le reste n’est qu’un acharnement thérapeutique qui mènera nos cités au service des soins palliatifs .

De plus , comme il est impossible d’extraire des conclusions définitives de notre impact sur l’environnement , tous les thuriféraires  post-moderne-radical-chic  , mesquins et grands thésauriseurs de crocodile d’or  et autres oeuvres d’arts  y vont de leur couplet douteux. Les collapsologues de l’Apocalypse , les vegans-néo-terroristes  , les écologistes néo-bredouilleurs amoureux des mégalopoles et des lumières des studios de télévisions sans oublier , le meseau tribun a peine Auguste journaliste a la ramée gros vendeurs de papier polluant, et même ô miracle des miracles les odes toutes  "Ronsardiennes " , ( cerise sur le cake ) ,  la voix des grands marabouts africains.

C’est double Bysance .

Le marché finalement est juteux pour tout le monde C’est ça ! Le capitalisme bien ordonné. C’est encore double plus bon comme aurait dit Orwell en novlangue.

Pourtant , ce qui ce cache derrière ce bordel, c’est la mort annoncée de nos petites et minables démocraties tout simplement . Nos jolies démocraties paravents s’écoulent, s’effritent , se diluent dans un futur néo-nazisme mondial , et pourtant nous ne pouvons pas nous en passer, ( c’est le paradoxe, le noeud Gordien qu'il faudrait trancher ). 

L’important pour les pays c’est la sainte croissance .Pour les transnationales le profit , et pour les gouvernements ( les élus) garder le pouvoir et les privilèges qui si attachent.

Donc , les Allemands produisent des grosses voitures inutiles qui polluent plus que nos anciennes torpédos des années trente. La France laisse ses centrales nucléaires se décomposer sur les vases lascives des fleuves. l’Espagne produit des fraises par millions en hiver dans des serres chauffées au fuel .Les Japonais flinguent en riant jaune les dernières baleines , et détruisent a grands coups de Yen , les stocks encore a peu prés intacts des petits colineaux dans la mer de Barents .C’est chacun pour soi et c’est logique . Nous appelons ça la guerre économique. De plus , la FED injecte des liquidés comptes tenus de la faiblesse des banques .Ca sent 2009 cette histoire.

Tuez les tous disait un torcol de la pire espèce sur son canasson ( carne à son : les chevaux de retour bouffaient du son et non pas de l'orge aplatie... ), Dieu reconnaîtra les siens .Un autre tout aussi débile parlait de destruction créatrice. Un économiste douteux ventait une route de la servitude .Un grand doxosophe délirait sur une main invisible et parlait de ruissellement. Enfin  ! Une espèce de major de mes burnes pérorait que le marché était si bon qu’il n’avait pas besoin que les hommes le soient.

En conclusion, ces sociétés modernes se sont construites sur ce qu’il y a de plus archaïque : La messe et la religion.

Mangez c’est ma chair, buvez c’est mon sang, et surtout n’oubliez pas de vous aimer les uns les autres...

14225448-1749941861939881-3038322801109734209-n

Bande d’enculés disait Brassens .

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.