L'euthanasie c'est pour les riches et les chiens. La mort de Freud

La médecine moderne nous fait vivre plus longtemps, elle doit aussi nous permettre de mourir plus dignement, de quitter ce monde paisiblement et sans souffrance, de déterminer, si nous le souhaitons, le moment et les conditions de notre mort.


La médecine moderne nous fait vivre plus longtemps, elle doit aussi nous permettre de mourir plus dignement, de quitter ce monde paisiblement et sans souffrance, de déterminer, si nous le souhaitons, le moment et les conditions de notre mort.
Pourtant cette dernière liberté n’est toujours pas reconnue, et bien des vérités sur la façon dont nous finissons notre vie restent obstinément cachées. ( François de Closets)

 

Des milliers de personnes vivent des souffrances devenues insupportables et inutiles, nombreuses sont celles qui voudraient en finir dignement mais surtout accompagnées pour ce dernier grand voyage.

Comme d’habitude en France nous sommes incapables ( les responsables) de regarder cette réalité en face.
Bien souvent ce sont des médecins, des soignants et même la famille qui se livrent à cette dernière " pratique "  au risque de leur vie dans tous les sens du mot.
Parfois, de l’autre, les malades ordinaires, soumis à l’arbitraire médical, qui se voient refuser l’ultime délivrance ou bien, au contraire, imposer la mort à leur insu. Que faire ? Il à fallu attendre aussi les lois Kouchner pour que le droit au refus de la douleur voit le jour. Avant, les malades hurlaient dans leurs lits alors que la douleur est symptôme (s) , le mal compris, elle n'est plus utile.Elle est stupide, barbare , ravageuse à l'image des gens qui trouvaient que le douleur ne devait pas être traitée , qu'elle était si j'ose dire quantité négligeable. Ces gens etaient et sont toujours majoritairement de droite et du fN .


Pour ce qui relève du droit de choisir sa mort , le riche par contre n’a pas se problème .Comme au bon vieux temps de l’interdiction de l’IVG, il traverse la frontière tout simplement pour recevoir la potion qui le délivrera .


Freud suite à un cancer de la mâchoire avait demandé à l’un de ses amis d’abréger ses souffrances.
L’ami accepta et lui injecta une dose massive de morphine. Il rapporta que Freud s’endort le sourire aux lèvres.

Mon bon Freud, tu restes pourtant irremplaçable .

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.