Fuel rouge, tabac au marché noir , et secours populaire

L'art de survivre dans une société aveugle aux misères.

 

 

C’est l’ordinaire ou pour mieux dire les ethno-méthodes que les pauvres mettent en oeuvre pour survivre. Ça roule au rouge, ça fume Algérien, et ça se nourrit de la charité . 

C’est le lot de plus en plus de gens et parmi eux des travailleurs. On s’arrange avec un copain qui chauffe au fuel, avec un paysan du coin et le tour est joué. On peut alors rouler mais surtout aller bosser sur les jolies routes de France voire, faire tremper une fois par an sa progéniture dans les algues vertes et putrides des eaux de Bretagne qui se nourrissent de l'urine des porcs.

 

D’ailleurs, à propos de circulation,  le patronat découvre avec stupeur et mauvaise foi,  qu'aller vendre sa force de travail à un coût. Il est con quand même le patronat. On rigole de cet abruti. On peut aussi rouler avec des pneus lisses , pas de retraits de points.Curieux !Ceci dit, si on commence à embastiller les esclaves qui vont travailler pour engraisser ces nababs  où allons nous me direz-vous .

 

Pour le tabac, une simple navette en voiture dans une grande ville et les démunis, les laissés-pour-compte , les précaires roulent leur drogue les yeux béats. Pour casser la graine ( voir Rabelais), il suffit de prendre son ticket au secours populaire qui ne demande pas de preuves de pauvreté pour faire des achats en boutiquePar contre, comme il y a un monde fou, le secours populaire ne veut pas accepter plus d’une personne à la fois. Il faut prendre son mal en patience et attendre. Lorsque vous avez enfin accès au saint des saints, vous êtes quand même prié de ne pas stationner. Il en faut pour tout le monde. Parfois aussi ça glane dans les champs la nuit après la récolte des patates.Ca ramasse des champignons vendus en douce à des restaurateurs.

Bien entendu, toute la nourriture du secours populaire, c’est de la nourriture à cancer. Des chips, des gâteaux secs, des boîtes bourrées de glyphosate et de conservateurs, de stabilisateurs de goûts, de sel en excès , de sucre mélasse  mais bon ! Ce n'est pas pire que Carrefour, Auchan and Co vu que ça vient de la même chaine de distribution et quand ont a faim... Les Juifs dévoraient bien les cadavres dans les camps . Encore un «  détail » dont il ne faut pas parler bien entendu, et pourtant il y à aussi des preuves.

Tiens ! Il paraît que les manifs vont être interdites, sans doute que le gouvernement éprouve des difficultés à embaucher d’autres casseurs.

C’est la vie.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.