La parole des gueux: l'infatué !

J’écris ce billet uniquement a titre de mémoire .

L’attaque contre Mediapart et ses blogs souligne bien le fait que notre parole dérange . A ce titre , elle est classée comme naïve  , stupide , ou au contraire , riche , brillante , enrichissante, dangereuse...

Des cinéastes , des ouvriers, des journalistes, des universitaires , des chercheurs  etc, publient sur ces blogs.

Ce qui donne évidement le tournis aux dominants qui ont toujours voulu interdire ou au contraire capter ( acheter ) cette parole.

Ici , elle est libre, gratuite , laïque ,encouragée , mais aussi non obligatoire .

C’est dire le danger. Nous sommes un peu dans la grande affaire des montres LIP lorsque les ouvriers avaient prouvé qu’ils étaient capable de gérer cette entreprise qui prenait l’eau de toutes parts.

Il devenait impératif, indispensable de faire cesser l’expérience , de casser l’usine. Pour les blogs c’est autre chose, c’est un coup tordu tout simplement mais, il s’agit de profiter de l’occasion pour tout détruire au passage ( son génial inventeur et les blogs )

On appelle ça faire le grand ménage. Demain , ce sera peut être moi , vous , qui pour une parole récupérable sera réduit à être désigné a la vindicte des oligarchies.

De toute façon , tous les moyens seront bons pour attaquer , faire taire ce journal , ( autant le savoir )

J’ai constaté aussi avec quel mépris des intellectuels , ( ceux qui ont pignon sur rue ), des radios, des médias ont traité cette parole. Leurs analyses se résument a trois mots.

Mépris, mépris, mépris. 

Mais est ce suffisant pour faire taire cette parole ? Non, et comme Charlie Hebdo , pour ma part et tant que cela sera possible , je l'ouvrirais.

 

 

Ps: Pour un simple excès d’humeur  ( pas grave ) d’un posteur , c’est tout le journal qui est attaqué alors que depuis que je lis blogs et articles , je découvre au contraire une parole majoritairement juste, responsable , généreuse , altruiste , fraternelle.

Qui sont les barbares ?

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.