L’expérience intérieure d’un arabe bercé par l’absurde ( 1) .

Alchimie nouvelle au 21 ème siècle . Voir, voir. le désir désiré..

J’avais lu de nombreuses expériences sur les expériences intérieures après avoir étudié celles des sorciers de haute Égypte, celle de GFoucault, celle de Carlos Castaneda ( l’herbe du diable ou la petite fumée, ) , l’expérience de GBataille et de F.de Cliano.

Tout laisse à penser que pour trouver des réponses qui n’existent pas dans notre monde, il nous faut quitter ce monde. Des réponses que nous n’avons pas car notre monde est limité par des frontières se relèvent êtres hors des nôtres. Un monde ou 1+1 ne font  pas deux mais trous noirs , constellations, et pluie de pierres bouillantes .

Le moyen le plus facile et le plus simple consistait à avaler une puissante drogue .

Si le risque était de taille, ( la mort), l’enjeu méritait ce pari, (révélation) . G.Foucault avait  pris du LSD, Castaneda de la datura. J’optais pour ma part pour un mélange que connaissaient bien les alchimistes.

Cette potion pouvait vous faire «  voyager » pendant trois jours. Elle pouvait aussi vous tuer . Elle contenait entre autres : du vin fort d’Espagne, du poivre noir , du vinaigre antimonial saturnin , un extrait de champignon , de l’ail , du pavot de fossé ( entre autres…;)

Il fallait préparer cette potion au printemps , la mettre dans une bouteille scellée à la graisse des métaux (  stibine et antimoine), et la faire bouillir au soleil pendant toute la durée de l’été .Il paraît que cette boisson tuait les morts et transformait la chaux vive en théologien du livre de Thot, ( histoire de capter la lumière de la lune;)

Vous me suivez j’en suis certain, ce n’est pas l’espoir qui fait vivre, c’est le souffle.

J’avais depuis longtemps repéré une grotte vide et pratiquement inconnue au milieu d’un bois abandonné depuis la mort de ses propriétaire. C’était tout a fait le caveau qu’il me fallait .Auparavant , j’avais fais un grand feu afin d’étaler les cendres du bois sur la hauteur d’un doigt.Pour mener a bien ce projet , j’avais subtilisé une peau de vache dans le studio " classe "  d’une parisienne qui trouvait mes yeux ravissants et mon charme digne du plus bel éloge . Elle ne savait pas la soubrette  " porte de St Cloud " , que le récipiendaire en la révélation était un faquin de la pire espèce , une canaille a fille de joie les grands jours de grandes disettes sexuelles .

Le rituel était simple au possible. S’allonger nu sur ce lit de cendres recouvert au préalable de la peau de bête ensuite , la voie lactée vous était ouverte et devenait la plus belle de vos maitresses .Les anciens disaient qu’il fallait se faire accompagner d’un ami dans ce voyage car le risque était grand mais , comme a l’époque je n’avais que des copines et que les nanas c’est fragiles , j’abandonnais ce pieux conseil et décidait de m’embarquer seul en terre ingrate , inconnue mais , ô combien merveilleuse.

Vivre , découvrir au mourrir , telle était mon choix. J’étais fou mais les fous ont peut être tout perdu sauf la raison disait Lacan non ?

L’été tirait a sa fin et je constatait que le liquide dans la bouteille était passé par toutes les couleurs de l’arc en ciel . Un  jour enfin , la couleur tant attendue apparue. Elle était belle comme la vierge, chaude comme L’Afrique, mystérieuse  comme l’Inde , glaciale comme le zéro absolu. 

Encore une fois  les alchimistes avaient dit vrai.

J’étudiais avec ferveur ces ouvrages qui ne disaient majoritairement que des conneries. Il fallait comprendre , ( incorporer ) le livre, et non pas le lire. D’aucuns en faisaient des gorges chaudes et donnaient des conférences sur l’alchimie dans des salles plus grandes et plus belles les unes que les autres mais , comme ces bouquins ne racontaient que des salades, ils ne racontaient que des salades ( répétitions )

Qui par exemple a mis en oeuvre la tourbe de philosophe ? Le feu des sept lampes ? 

Sortir enfin de ces sciences toutes faites, de ce rationalisme étouffant  ; découvrir un monde vierge , une expérience neuve, une musique nouvelle . Quitter pour trois jours ou jamais ce monde qui connaissait tout sur tout mais rien sur rien. Oublier Descartes , Oppenheimer , Einstein, ce gros facho de Heidegger, et Johnny Halliday..

A suivre..

Ps : Fulcanelli est mort . Canseliet et son " chariot a Hélices aussi ". Oeuvrer entre la voie sèche et la voie humide.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.