Je n'approuve pas les choix de Mediapart

J'avoue que je n'approuve pas les choix de la une du club de Mediapart.

Le choix se limite souvent a ce qui peut alimenter " la nature " du journal , ce qui n'est pas forcément ce que je veux.

Je dis " je" donc, je me mouille . J'ai lu il y a deux jours un billet plus que bien d'un bloggueur que je ne citerais pas , et qui pourtant avait une avance colossale , ( et je pèse mes mots ),  sur notre rapport a notre futur écologie.

Ce billet d'ailleurs , n'à fait l'objet que de cinq commentaires ce, de la part bien entendu toujours des mêmes personnes

C'est si j'ose dire , du pifomètre calculé de la part du journal  comprenne qui peut  ,  ( j'ai la plume et vous le savez : paresseuse ou arabe, au choix ).

Mediapart , (dans ce domaine ),  est empêtré dans la culture capitaliste  ce qui prouve , que nous ne pouvons pas, et que nous ne pourrons sans doute pas ,  nous extraire de cette culture de l'argent , du scoop , de l'effet loupe, de la récupération a grande échelle.

Ces mêmes billets redondants qui font la une , sont toujours de plus , de la pub pour se vendre.

C'est ce que les grecs appelaient une allodoxia .Par contre, mais ce n'est pas le sujet de ce billet , j'aime vraiment la façon dont Mediapart traite l'information.

Sans retour critique, le journal ne peut pas faire évoluer les blogs. Mediapart  doit donc sortir de sa culture de l'instant  pour oser la culture du futur, comme l'avait fait l'alchimiste arabe El asard , le poète français J.du Bellay , le philosophe Allemand  Nietzsche .

Je n'ai a travers ce billet nullement l'intention d'apporter une rupture au supplément d'âme culturelle comme pourrait dire le sémillant nul Houellecque.

Je pose un avis sans doute difficile a entendre mais bon ! A la limite, je m'en tamponne comme de la premiére rose que j'ai offert a une soubrette de passage, en lui disant qu'elle avait de beaux yeux alors, que ce n'était pas ce qui me " passionnait " le plus chez elle.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.