Mylène vesentini
Abonné·e de Mediapart

1 Billets

0 Édition

Billet de blog 3 sept. 2015

Mylène vesentini
Abonné·e de Mediapart

L'usine Areva-Malvési à Narbonne au centre des débats

Mylène vesentini
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

   Contrairement au texte qui titrait " L'usine Areva-Malvési à Narbonne au centre des débats " évoquant l'hypothèse d'une délocalisation de l'usine Comurhex ( qui n'est pas une proposition du PCF), les communistes narbonnais et audois appellent à un débat sur le devenir de la filière nucléaire française, sur la nécessaire cohérence et maîtrise publique du secteur énergétique, sur la question de la sécurité de ce site face à la décision gouvernementale de démantèlement d'Areva qui entérine de fait des suppressions massives d'emplois....

           Ce débat aura lieu à Narbonne en octobre dans le cadre d'une réflexion globale sur les questions d' énergie.

           S ‘il y a une urgence écologique pour laquelle la collectivité territoriale doit se mobiliser, c’est bien le réchauffement climatique, exigeant la réduction de l’utilisation des énergies fossiles….

C’est pourquoi, les régions doivent accélérer encore une politique d'économies d'énergie, que ce soit dans le domaine du logement, des transports, de l’agriculture, de l'industrie ( qu’il faut pourtant développer au regard du chômage endémique dans le bassin d’emploi de Narbonne, touchant notamment notre jeunesse )

 Cela exige de rompre avec les choix de libéralisation qui mettent à mal nombre de ces secteurs économiques comme le  transport ferroviaire, et la politique d’austérité qui limite les possibilités d’intervention des collectivités  dans ce domaine.

Une autre  priorité est d’encourager les énergies renouvelables.

En concertation avec les habitants et les associations,  les régions peuvent s'impliquer par des appels à projets à produire localement de l'énergie photovoltaïque ou éolienne, ainsi que  de l’énergie verte par la méthanisation de déchets agricoles.

 Dans le Narbonnais et la Haute vallée de l’Aude, où l’éolien s’est développé de façon anarchique pour le bénéfice de sociétés bancaires, au détriment de l’efficacité et de l’environnement, les candidats « AUDE » aux dernières élections départementales, soutenus par plusieurs associations et mouvements écologistes ont demandé un moratoire sur l’éolien afin de mettre en place, dans un souci de maîtrise publique, un schéma départemental cohérent prenant en compte les intérêts divers des populations

Se pose aussi la question de l’énergie nucléaire.

Quelles que soient nos opinions personnelles sur cette question, force est de constater que la production d'uranium, d'électricité par les centrales nucléaires, de production de déchets ne cesseront pas au cours de la prochaine mandature régionale.

Or les logiques libérales qui ont guidé les différents gouvernements successifs ont abouti à une privatisation importante du secteur de l’énergie, qui devrait pourtant être du domaine public.

La filière nucléaire n’y a pas échappé.

Suite aux choix gouvernementaux et privés (investissements à l’étranger, politique de profit immédiat et maximum) elle se trouve aujourd’hui confrontée à une crise financière comme toute entreprise … sauf qu’Aréva n’est pas n’importe quelle entreprise… Elle a en charge la filière nucléaire, du traitement de l’uranium (Comhurex à Narbonne) à la gestion des déchets, en passant par les centrales…

Le choix du gouvernement est inquiétant: il s’inscrit dans le « dépeçage » de cette filière (pour reprendre  l’expression utilisée par les syndicats). Il entérine, de fait, la suppression de près de 6000 emplois à Areva.

Moins d‘emplois, moins de savoir-faire, moins de statut… c’est la sécurité qui est interrogée! C’est au cœur de la lutte menée par les syndicats de ce groupe notamment  sur le site narbonnais.

Ce souci de la sécurité, nous n’avons cessé de le mettre en avant lors des précédentes  élections - municipale et départementale (sur ce canton) - à  travers des exigences de transparence, d’information, de suivi…

Pour la Comhurex, il appartient à l'État et à AREVA de prendre toute disposition pour que , sur ce site classé Seveso, soient assurées les règles de sécurité optimales pour les salariés et la population. Cela passe par des moyens humains et financiers à la hauteur des enjeux liés à la sûreté indispensable à cette industrie.

Nous nous saisissons donc  de l'actualité de la restructuration d'AREVA et de la confrontation  publique que vont favoriser les régionales pour interpeller le gouvernement, la direction du groupe AREVA et celle de son partenaire EDF et  exiger l'organisation d’un débat citoyen et d'une concertation associant également l'ensemble des collectivités locales concernées, les représentants des salariés et des associations.

 Sans préjugés ni tabous, menons le débat :

.  Quel avenir pour la filière nucléaire française ? Comment s’opposer à son démantèlement? Comment reconquérir une véritable cohérence et maîtrise publique du secteur énergétique?

 . Quelles  seront les conséquences de la décision gouvernementale de dépeçage du groupe, accompagné d’une réduction importante des emplois  sur la sécurité de la population et des salariés, sur notre environnement?

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Europe
Le jour où le post-fascisme a pris le pouvoir en Italie
Le parti de Giorgia Meloni a largement dominé les élections italiennes du 25 septembre. La coalition de droite devrait obtenir une majorité absolue au Parlement. Le résultat de décennies de confusionnisme et de banalisation du fascisme dans lesquels se sont fourvoyés tous les mouvements politiques de la péninsule.
par Ellen Salvi
Journal — Europe
« La droite fasciste n’a jamais disparu de la société italienne »
L’historienne Stéfanie Prezioso explique ce qui a rendu probable l’accès d’une post-fasciste à la tête du gouvernement italien. De Berlusconi en « docteur Frankenstein » au confusionnisme propagé par le Mouvement Cinq Étoiles, en passant par le drame des gauches, elle revient sur plusieurs décennies qui ont préparé le pire.
par Fabien Escalona
Journal — Santé
En Mayenne : « J’ai arrêté de chercher un médecin traitant »
En Mayenne, des centaines de personnes font la queue pour un médecin traitant. Dans ce désert médical, le nombre de médecins n’est pas suffisant face à une énorme demande. Inciter les médecins à s’installer dans des zones sous-dotées ne suffit peut-être plus. Certaines voix prônent une autre solution : la contrainte. 
par Célia Mebroukine
Journal — Politique
La justice dit avoir les preuves d’un « complot » politique à Toulouse
L’ancienne députée LR Laurence Arribagé et un représentant du fisc seront jugés pour avoir tenté de faire tomber une concurrente LREM à Toulouse. Au terme de son enquête, le juge saisi de cette affaire a réuni toutes les pièces d’un « complot » politique, selon les informations de Mediapart.
par Antton Rouget

La sélection du Club

Billet de blog
Tenir bon et reprendre l’offensive
Sept mois de guerre et d’atrocités en Ukraine, un peuple héroïque qui ne rompt pas et reprend l’initiative. La perspective, même lointaine, d’une libération de l’Ukraine devrait faire taire ceux qui théorisaient l’inaction devant les chars russes, validant la disparition d’un peuple et de ses libertés.
par Yannick Jadot
Billet de blog
La gauche en France doit sortir de son silence sur la guerre en Ukraine
[Rediffusion] La majorité de la gauche en France condamne cette guerre d'agression de l'impérialisme russe, demande le retrait des troupes russes de l'Ukraine. Mais en même temps reste comme paralysée, aphone, abandonnant le terrain de la défense de l'Ukraine à Macron, à la bourgeoisie.
par Stefan Bekier
Billet de blog
« Avoir 20 ans en Ukraine » : un témoignage plus nuancé
Dans son édition du 12 septembre 2022, l'équipe de « C dans l'air » (France 5) diffusait un reportage de 4 minutes intitulé : Avoir 20 ans à Kiev. Festif, le récit omettait que ces jeunes ukrainiens font face à des impératifs bien plus cruels. M'étant aussi rendu en Ukraine, j'écris à Maximal Productions un email ré-adapté dans le présent billet afin de rappeler une réalité moins télégénique.
par vjerome
Billet de blog
Ukraine : non à la guerre de Poutine
Face à la guerre, la gauche au sens large a pris des positions divergentes, divergences largement marquées par des considérations géopolitiques. Le mot d'ordre « non à la guerre de Poutine » permet d'articuler trois plans : la résistance des Ukrainiens contre l'agression russe, les mobilisations contre la guerre en Russie, la course aux armements.
par denis Paillard