mot de passe oublié
11 euros par mois

Construisez avec nous l'indépendance de Mediapart

Souscrivez à notre offre d'abonnement à 11€/mois et découvrez notre nouvelle application mobile disponible sur Android et iOS.

Je m'abonne
Le Club de Mediapart sam. 30 avr. 2016 30/4/2016 Dernière édition

TINARIWEN / SAHARA BLUES ...

TINARIWEN / "Amassakoul'n'Tenere"
© jh
© jh
© jh
TINARIWEN / "Amassakoul'n'Tenere"

 

--------------------------------------------------

- A écouter : Diffusion le lundi 4 octobre 2010, à 17h00, sur France Culture/Sur les Docks de

"Sahara Blues", documentaire écrit et produit par Arnaud Contreras et réalisé par Vincent Abouchar sur les actuels problèmes liés à AQMI au Sahara et le traitement de cette actualité par les médias et les pouvoirs publics. Arnaud Contreras y donne la parole à quelques activitistes amoureux du désert : le photographe Jean-Marc Durou, Maurice Freund (Point Afrique), Jean-Luc Gantheil (Croq'Nature), Moussa Bilalan Ag Ganta (musicien du groupe Takrist N'Akal)...

--------------------------------------------------

LE BLOG SAHARIEN : http://www.saharafragile.org/blog/

"Les « sahariens » ont le blues. Toute une communauté de français liée aux peuples du grand désert par l’amitié, l’amour, l’histoire familiale ou l’industrie touristique subit de plein fouet la dégradation des conditions sécuritaires au Sahara, du terrorisme d’Al-Qaida au Maghreb Islamique (AQMI), ne peut pas y séjourner.

Chacun confie son lien personnel avec le Sahara, tente d’expliquer la situation actuelle au travers de sa propre expérience, de l’histoire des relations fortes entre la France et les peuples Sahariens.
Ils se retrouvent lors de festival tel Afrikabidon, en Ardèche, de concerts des rockers du désert pour échanger des nouvelles, parler de géopolitique, défendre leurs amis touaregs contre les jugements rapides.

Le blues. La déprime de ne pas maîtriser ce qui se dit sur la zone, la méfiance vis-à-vis des acteurs politiques et énergétiques qu’ils soupçonnent de laisser la zone à l’abandon pour faire des affaires discrètement.

Le blues de pas avoir d’écoute de la part des autorités françaises, de ne pas pouvoir leur donner des clefs pour maintenir un lien avec cette zone tampon où l’islamisme radical n’avait jamais réussi à pénétrer.

Le blues de ne plus pouvoir vivre leur passion, leur amour, qu’à distance.

Et quand même des projets… L’an prochain un festival à Agadez ?"

--------------------------------------------------

L'Aïr, un poème de Rhissa Rhossey compagnon de route et de combat du leader Touareg Mano Dayak (http://www.saharafragile.org/blog/2010/09/23/poeme-lair/)

L’Aïr
Chez moi. Il y a plein de vallées
Peuplées de jardiniers
Au salut facile
Plein de plaines
Aux noms de femmes
Des montagnes
Aux écritures oubliées.
Dans ce pays
Il n’y a pas toujours
De quoi se vêtir
Mais le cœur y est
Chaud à l’amour
Très souvent
Le ventre y est vide
Le cœur ramassé
Pour s’y amuser
Il suffit d’une peau de chèvre
D’un mortier de bois
Quelques belles
Et la fête commence
Les fêtes balancent
Et cadencent
Ce pays est beau
Et pour les yeux
Et pour le cœur

--------------------------------------------------

- Le site des musiques touarègues : http://www.tamasheq.net/

--------------------------------------------------

Takoba une danse targui ...

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

Tous les commentaires

flammes d ' ébène

la même raison que la vie et la mort

le rythme des uns et le rythme des autres

la même mélopée dans les deux cas

la danse est le véritable mur du son qui traverse le Sahara