« #coupable ! » : j'accuse , suis-je un cyberbuyller ? par Nadine Touzeau

Nadine Touzeau

Certains forums et réseaux sociaux, en particulier Tweeter et Facebook, sont réputés pour véhiculer des rumeurs, des mensonges, des critiques non constructives, des propos diffamatoires, des images trafiquées à des fins de nuire, des propos détournés, des reproches publiques, des plaintes, etc. Ces propos et images sont très souvent vindicatives et si le sujet évoqué peut être légitime, il n'en demeure pas moins que le déchaînement des propos le soit ! On constate aussi que sous le couvert d'un titre ou d'être représentant de X ou Y organisation influente, la parole semble donner encore plus de crédit sans contrôler que l'acte de diffamer conte une cible précise ait été commandité. 

Force est de constater que même les messages privés sont rendus public sans respecter la moindre valeur humaine, des images privées divulguées sans se rendre compte des impacts sur la victime, des approches envers des personnalités intimes sans s'imaginer que ces personnalités peuvent en être blessées. Une kyrielle de violence verbale mais pas que !

Le fait d'afficher des propos et images sans accord sur la toile, que ressentent les victimes face à cela ? Quelles émotions s'expriment : suées, peurs, maux de ventre, pleurs ! Les bourreaux en sont-ils conscients ? Du reste, ces bourreaux ont été choisis pour leur potentiel à détruire une personne, un projet, etc. Certains aspects de leur profil sont communs : faible sensibilité, non respect d'autrui et donc de soi-même, peu de partage de valeur, manipulable, intéressé, mal dans leur peau, froid, peureux, en manque de reconnaissance, n'ayant pas évacué voire même identifié des maux, opportuniste, peu instruit, n'ayant pas d'esprit analytique, etc.

Ce qui est le plus intéressant dans ce cheminement, c'est que ces personnes qui diffament sur la toile contre telle personne suite à tels propos sortis dans la presse ne se posent pas la question de vérifier les dit-propos avant de diffamer ? Ont-elles analysé la raison de ces propos ? Ont-elles réfléchi même simplement ? Très rarement. Je ressens et je tweete. A peine ai-je lu le titre que je diffuse et je commente sur Facebook

Et lorsque vous échangez avec ces personnes, elles se disent toutes justes et de belle moralité. En les testant sur d'autres sujets, nous les voyons s'offusquer face à des décès suite à des cyberbuyllings, c'est à dire le harcèlement en ligne. Pourtant ces cyber harcèlements ont été provoqués de la même manière que ces personnes, soit en lançant des rumeurs, divulguant des informations privées, etc sur la toile ! Le processus est identique : juger sans savoir, sans avoir vérifier, sans connaître, divulguer des éléments privés et personnels sans accord, sans imaginer le mal que cela produire et souvent sans explication non plus. Et surtout s'en prendre à une personne que l'on ne connaît pas sur un fait, réel ou pas. Juger autrui ! Qui sommes nous pour le faire ?

Les cyberbuyllers qui s'estiment des redresseurs de tords, des Robin des Bois de la toile devraient se poser la question de savoir ce que cela leur ferait à eux si on agissait de la sorte contre eux avant de diffamer sur la toile et de donner des leçons tout en clamant être contre le e-harcèlement.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.