nadine touzeau
Net-profiler, chercheur en comportement des cybercriminels
Abonné·e de Mediapart

5 Billets

0 Édition

Billet de blog 29 mars 2017

« #coupable ! » : j'accuse , suis-je un cyberbuyller ? par Nadine Touzeau

nadine touzeau
Net-profiler, chercheur en comportement des cybercriminels
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Nadine Touzeau

Certains forums et réseaux sociaux, en particulier Tweeter et Facebook, sont réputés pour véhiculer des rumeurs, des mensonges, des critiques non constructives, des propos diffamatoires, des images trafiquées à des fins de nuire, des propos détournés, des reproches publiques, des plaintes, etc. Ces propos et images sont très souvent vindicatives et si le sujet évoqué peut être légitime, il n'en demeure pas moins que le déchaînement des propos le soit ! On constate aussi que sous le couvert d'un titre ou d'être représentant de X ou Y organisation influente, la parole semble donner encore plus de crédit sans contrôler que l'acte de diffamer conte une cible précise ait été commandité. 
Force est de constater que même les messages privés sont rendus public sans respecter la moindre valeur humaine, des images privées divulguées sans se rendre compte des impacts sur la victime, des approches envers des personnalités intimes sans s'imaginer que ces personnalités peuvent en être blessées. Une kyrielle de violence verbale mais pas que !
Le fait d'afficher des propos et images sans accord sur la toile, que ressentent les victimes face à cela ? Quelles émotions s'expriment : suées, peurs, maux de ventre, pleurs ! Les bourreaux en sont-ils conscients ? Du reste, ces bourreaux ont été choisis pour leur potentiel à détruire une personne, un projet, etc. Certains aspects de leur profil sont communs : faible sensibilité, non respect d'autrui et donc de soi-même, peu de partage de valeur, manipulable, intéressé, mal dans leur peau, froid, peureux, en manque de reconnaissance, n'ayant pas évacué voire même identifié des maux, opportuniste, peu instruit, n'ayant pas d'esprit analytique, etc.
Ce qui est le plus intéressant dans ce cheminement, c'est que ces personnes qui diffament sur la toile contre telle personne suite à tels propos sortis dans la presse ne se posent pas la question de vérifier les dit-propos avant de diffamer ? Ont-elles analysé la raison de ces propos ? Ont-elles réfléchi même simplement ? Très rarement. Je ressens et je tweete. A peine ai-je lu le titre que je diffuse et je commente sur Facebook. 
Et lorsque vous échangez avec ces personnes, elles se disent toutes justes et de belle moralité. En les testant sur d'autres sujets, nous les voyons s'offusquer face à des décès suite à des cyberbuyllings, c'est à dire le harcèlement en ligne. Pourtant ces cyber harcèlements ont été provoqués de la même manière que ces personnes, soit en lançant des rumeurs, divulguant des informations privées, etc sur la toile ! Le processus est identique : juger sans savoir, sans avoir vérifier, sans connaître, divulguer des éléments privés et personnels sans accord, sans imaginer le mal que cela produire et souvent sans explication non plus. Et surtout s'en prendre à une personne que l'on ne connaît pas sur un fait, réel ou pas. Juger autrui ! Qui sommes nous pour le faire ?
Les cyberbuyllers qui s'estiment des redresseurs de tords, des Robin des Bois de la toile devraient se poser la question de savoir ce que cela leur ferait à eux si on agissait de la sorte contre eux avant de diffamer sur la toile et de donner des leçons tout en clamant être contre le e-harcèlement.

L’auteur n’a pas autorisé les commentaires sur ce billet

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Social
Lidl : les syndicalistes dans le viseur
Dans plusieurs directions régionales de l’entreprise, les représentants du personnel perçus comme trop remuants affirment subir des pressions et écoper de multiples sanctions. La justice est saisie.
par Cécile Hautefeuille et Dan Israel
Journal — Social
Conditions de travail : la souffrance à tous les rayons
Le suicide de la responsable du magasin de Lamballe, en septembre, a attiré la lumière sur le mal-être des employés de l’enseigne. Un peu partout en France, à tous les niveaux de l’échelle, les burn-out et les arrêts de travail se multiplient. La hiérarchie est mise en cause.
par Cécile Hautefeuille et Dan Israel
Journal — Politique
Zemmour : quand le candidat parle, ses militants frappent
À Villepinte comme à Paris, des antifascistes se sont mobilisés pour ne pas laisser le premier meeting d’Éric Zemmour se tenir dans l’indifférence. Dans la salle, plus de 10 000 personnes s’étaient réunies pour l’entendre dérouler ses antiennes haineuses, dans une ambiance violente.
par Mathieu Dejean, Mathilde Goanec et Ellen Salvi
Journal — Politique
En marge du meeting de Zemmour, des habitants de Seine-Saint-Denis fustigent « sa politique remplie de haine »
Éric Zemmour a tenu le premier meeting de sa campagne présidentielle dans un département qui représente tout ce qu’il déteste. Cibles quotidiennes des injures du candidat d’extrême droite, des citoyens de Villepinte et des alentours témoignent.
par Hannah Saab (Bondy Blog)

La sélection du Club

Billet de blog
« Pas de plateforme pour le fascisme » et « liberté d’expression »
Alors que commence la campagne présidentielle et que des militants antifascistes se donnent pour projet de perturber ou d’empêcher l’expression publique de l’extrême droite et notamment de la campagne d’Éric Zemmour se multiplient les voix qui tendent à comparer ces pratiques au fascisme et accusent les militants autonomes de « censure », d' « intolérance » voire d’ « antidémocratie »...
par Geoffroy de Lagasnerie
Billet d’édition
Dimanche 5 décembre : un déchirement
Retour sur cette mobilisation antifasciste lourde de sens.
par Joseph Siraudeau
Billet de blog
Aimé Césaire : les origines coloniales du fascisme
Quel est le lien entre colonisation et fascisme ? Comme toujours... c'est le capitalisme ! Mais pour bien comprendre leur relation, il faut qu'on discute avec Aimé Césaire.
par Jean-Marc B
Billet de blog
Le fascisme est faible quand le mouvement de classe est fort
Paris s’apprête à manifester contre le candidat fasciste Éric Zemmour, dimanche 5 décembre, à l’appel de la CGT, de Solidaires et de la Jeune Garde Paris. Réflexions sur le rôle moteur, essentiel, que doit jouer le mouvement syndical dans la construction d’un front unitaire antifasciste.
par Guillaume Goutte