Nakor
Abonné·e de Mediapart

3 Billets

0 Édition

Billet de blog 28 oct. 2010

La fameuse "Compétitivité de nos Entreprises"

Nakor
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

"Compétitivité de nos entreprises"

J'ai horreur de cette expression qu'on ne cesse d'entendre un peu partout.

Cette expression a en fait été façonnée pour faire accepter un honteux chantage : il faut accepter la diminution de notre protection sociale sinon nous aurons à subir la délocalisation et donc la destruction de notre tissu industriel.

Mais qui peut croire qu'un salarié français puisse être aussi compétitif qu'un travailleur asiatique avec une protection sociale minimaliste, avec un salaire 10 fois inférieur et un temps de travail supérieur. Alors on évite cette comparaison. On compare avec nos voisins allemands. Oh mais eux ont réduit le coût du travail ! Il faut donc le faire aussi. Paradoxe encore... à l'époque de la mondialisation, nous comparons avec un pays voisin... effectivement aller voir plus loin rendrait la couleuvre trop grosse à avaler.

Divisons nos salaires par 2, supprimons l'ensemble de nos protections sociales. Notre industrie même comme cela, ne sera toujours pas assez compétitive contre les pays où les multinationales délocalisent. Et nous ne parlons plus uniquement des "ouvriers". D'ores et déjà, de grandes sociétés française n'ont plus aucun développeur informatique en France, ils sont tous en Inde, en Chine ou en Amérique du sud. Ne restent en France que des chefs de projet pour piloter cette main d'oeuvre qualifiée.

Compétitif ? Quand tout à été fait pour qu'on ne puisse pas l'être, nous faire croire que c'est possible est juste une façon de nous faire accepter la destruction progressive de notre protection sociale et l'abaissement de notre niveau de vie, et en définitive, c'est donc accepter à notre détriment un enrichissement supplémentaire de ceux qui contrôlent les moyens de production. Ça n'est nullement rendre notre industrie plus compétitive.

Mais l'expression est un outil puissant pour modifier notre perception de la réalité. Qui serait contre le fait d'être compétitif ... ? tout le monde veut être compétitif.

Et le paradoxe est là. Etre compétitif c'est être leader dans un secteur, c'est être gagnant et porter haut les couleurs de notre pays. Des symboles positifs. Etre compétitif c'est avoir de bons résultats et donc "rapporter" plus. Les conséquences qui en découleraient, c'est de l'emploi en plus et donc une meilleure vie pour les travailleurs. Quel paradoxe, puisque pour être compétitif, c'est justement l'inverse qui nous est demandé. Un mal pour un bien futur probablement... reculer pour mieux "sauter".

Mais ça n'est au final qu'un élément de langage qui est fait pour être perçu comme tellement "logique" qu'on ne pourrait pas le réfuter.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
« Ouvrez l’Élysée » : échangez avec Usul et Ostpolitik
Venez échanger avec Usul et Ostpolitik d’« Ouvrez les guillemets », qui ont chroniqué toute la campagne un lundi sur deux. Posez vos questions en direct.
par La rédaction de Mediapart
Journal — France
Sarkozy-Kadhafi : des mises en examen dans l’opération Hannibal
Une partie de l’équipe impliquée dans la fausse rétractation de Ziad Takieddine a été mise en examen en juin pour « corruption d’agent public étranger », pour avoir tenté de faire libérer le fils de Mouammar Kadhafi, Hannibal, incarcéré au Liban. Noël Dubus, qui pilotait l’opération, a été écroué vendredi.
par Karl Laske et Fabrice Arfi
Journal
Harcèlement sexuel et moral : un influent avocat renvoyé en correctionnelle
Star de l’arbitrage, associé de l’ancien garde des Sceaux Dominique Perben, l’avocat d’affaires Jean-Georges Betto est renvoyé en octobre devant le tribunal correctionnel de Paris, à l’issue d’une enquête pour « harcèlement sexuel » et « moral ».
par Marine Turchi
Journal — Violences sexuelles
Le youtubeur Léo Grasset est visé par une plainte pour harcèlement sexuel
La vidéaste Clothilde Chamussy, de la chaîne « Passé sauvage », accuse l’animateur de « DirtyBiology » de harcèlement sexuel. Il est mis en cause par sept autres femmes pour violences psychologiques, sexistes et sexuelles. Il « conteste totalement les accusations » relayées à son encontre.
par Sophie Boutboul et Lénaïg Bredoux

La sélection du Club

Billet de blog
Sous Macron, l'écologie chute en 10ème place mais l'homophobie se classe en 1ère
Au dernier remaniement, plusieurs homophobes rentrent définitivement au gouvernement. Le plus notable, Christophe Béchu, maire d'Angers, devient Ministre de la transition écologique, domaine où il n'a aucune compétence. Le rang protocolaire du Ministère de l’Ecologie, lui, passe du 5ème au 10ème rang.
par misterjbl
Billet de blog
Est-ce la fin du Bac Pro ?
Carole Grandjean vient d'être nommée ministre déléguée à l'enseignement professionnel. Dans un tweet daté du 17 mars, elle expliquait vouloir "une réforme du lycée professionnel sur le modèle de l'apprentissage" laissant présager d’un bouleversement de l’éducation nationale.
par Germain Filo
Billet de blog
Un ministère au double intitulé et à la double tutelle pour un double jeu ?
Carole Grandjean vient d'être nommée ministre déléguée en charge de l'Enseignement et de la formation professionnels auprès du ministre de l'Education nationale et de la Jeunesse mais aussi du ministre du Travail. Cet intitulé et cette double tutelle n'ont pas de précédent. Serait-ce propice à un double jeu ?
par claude lelièvre
Billet de blog
Boone : « La pauvreté est contenue »
Quand l’économiste Laurence Boone considérait que « l’argent est très bien redistribué vers les pauvres » et quand le chef de l’État fustige les « profiteurs de guerre ». Petit retour également sur les Gilets jaunes d’avant les Gilets jaunes.
par YVES FAUCOUP